ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 BATAILLE DE TRASIMENE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 28
Date d'inscription : 25/02/2017

MessageSujet: BATAILLE DE TRASIMENE   Sam 25 Fév - 14:57

BATAILLE DE TRASIMENE (-217)

Quittant la vallée du Pô, Hannibal décide de faire passer ses troupes en Etrurie ; pour cela, il choisi l’itinéraire le plus court, et le moins évident pour son ennemi Flaminius ; celui qui passe par les marécages, qui malheureusement sont grossis en cette saison, par une crue de l’Arno.

L’armée est réticente à s’engager dans cette aventure, car les soldats craignent de s’enliser dans les fondrières, et les bourbiers de cette région. Ayant fait reconnaître soigneusement l’itinéraire, il fait lever le camp ; il met en tête de colonne les Africains et les Ibères, ainsi que tous les corps d’élite de son armée. Il les fait suivre par l’intendance, afin qu’ils aient sous la main de quoi subsister dans l’immédiat. L’avenir ? Il pense que si son équipée se termine mal, il n’aura plus à se préoccuper de ce genre de souci, et que si il réussit, la richesse du pays le nourrira certainement. En queue de colonne, son frère Magon avec la cavalerie presse les traînards. Beaucoup de chevaux perdent leurs sabots, et la vie dans la vase, tandis qu’Hannibal sur le seul éléphant rescapé, avance péniblement dans la boue. Il contracte une ophtalmie, qu’il ne peut soigner. Dans les plus vives douleurs, il perd l’usage d’un œil.

Même les pires aventures ont une fin, il débouche enfin dans la vallée verdoyante de Fiesole. Flaminius qui campe à Arrétium en Etrurie, est « surpris » de le savoir si près. Lui-même établit le sien, juste au débouché des marais, puis lance des reconnaissances. Celles-ci lui apprennent que le général romain est avide de popularité et d’honneurs, sans aucun talent pour mener des opérations militaires ; il est de plus très satisfait de ses décisions. Hannibal en déduit qu’il va ravager le pays, et que redoutant les moqueries de ses soldats, le consul va le poursuivre en tous lieux ; impatient de prendre l’avantage, sans attendre l’arrivée de son collègue, avec qui il partage le commandement. Ainsi est fait, et l’analyse du carthaginois se vérifie en tous points. Flaminius rendu furieux par les exactions que l’armée carthaginoise commet sous son nez ; prend cela comme une insulte personnelle, et négligeant les avis de ses officiers, fait lever le camp pour poursuivre « l’insolent pillard ». Il est suivi d’une horde de civils – presque aussi nombreuse que ses soldats – charriant des chaînes, et des entraves pour les futurs esclaves qui ne manqueront pas d’être raflés. Hannibal de son côté va son bonhomme de chemin à travers l’Etrurie, en incendiant, et en pillant pour exacerber la rage de son poursuivant. Il a à sa gauche la ville de Crotone et ses montagnes, et à sa droite le lac de Trasimène. C’est alors que son ennemi l’ayant presque rattrapé, il repère une position favorable, et se prépare au combat. Un vallon au terrain plat bordé sur les côtés de collines élevées et continues, avec au fond un escarpement difficilement accessible. A l’arrière, il y a le lac qui ne laisse qu’un passage étroit, le long de la paroi rocheuse.

Le général carthaginois entre dans le vallon avec son armée, l’inspecte, installe son camp, puis place de nuit ses troupes soigneusement. Les Ibères et les Africains avec lui, Les frondeurs baléares et les lanciers derrière le vallon à droite en ligne ; la cavalerie et les Celtes derrière les collines de gauche également en ligne. Son poursuivant campe près du lac ; à l’aube, dans une brume épaisse il s’engage dans le défilé. Alors que l’avant-garde romaine est presque au contact avec lui, il lance le signal, et ses troupes attaquent des deux côtés à la fois. C’est un invraisemblable méli-mélo, les centurions ne savent où donner de la tête, le général romain n’a aucune vue d’ensemble à cause du brouillard. La plupart des cohortes sont taillées en pièces dans leur ordre de marche, sans pouvoir se défendre, livrées aux coups des Carthaginois, par la bêtise de leur général. La terre tremble pendant la bataille, mais personne ne s’en aperçoit.

Quinze mille romains tombent avec leur général, tué par Ducarius, un cavalier insubre désireux de venger la défaite infligée à son peuple par ce même Flaminius en 223. L’arrière garde, enfermée dans le défilé, est refoulée vers le lac, où les soldats se noient en tentant de se sauver. Seuls six mille hommes de l’avant-garde continuent à avancer en combattant, sortent du vallon, puis gagnent une hauteur. Le brouillard se dissipant, ils constatent l’étendue du désastre, et se réfugient dans un bourg voisin ; ils y retrouvent des rescapés du massacre. Hannibal envoie Maharbal s’occuper d’eux ; il fait quinze mille prisonniers. Il donne une sépulture aux morts de son armée soit une trentaine d’hommes s’étant distingués au combat, et aux mille cinq cents celtes tombés lors de la bataille. A Rome, le sénat annonce aux romains épouvantés :

Pugna magna victi sumus.

(Nous avons été vaincus dans une grande bataille).

Voir la biographie d'Annibal


© Vae Victis, Lulu Press Inc. 2010

Bibliographie :

Carthage et Hannibal, Belles Lettres, 2007
Histoire de Rome, Dion Cassius, Lacus Curtius
Histoires, Livres I & III, Polybe, PUF 1971
La destruction de Carthage, Gérard Walter, Albin Michel, 1947
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archedescombattants.forumactif.com
 
BATAILLE DE TRASIMENE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bataille d'EYLAU (Russie)
» Ordre de bataille des Armées à Waterloo. E-M, et Garde
» Bataille de la NIVELLE (Pyrénées-Atlantiques), 10 novembre..
» Historique de la bataille de Ligny
» Sondage bataille d’Eylau.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: LES AFFRONTEMENTS DE L'ANTIQUITE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: