ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 CHRONIQUES MOIS DE MARS

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: CHRONIQUES MOIS DE MARS   Jeu 1 Mar - 10:13

1er mars 1808 : création des dignités d'Empire. Par décret impérial, Napoléon crée (sans l’écrire spécifiquement dans le texte de 1808) la noblesse d'Empire après avoir réalisé qu'il ne pourrait durer qu'en s'attachant les meilleurs. Ce qui passe, à l'époque, pour un retour à l'ancien régime, est en fait dans l'esprit de l'Empereur plus un système de récompenses que la restauration pure et simple de ce que la Révolution conçoit comme des inégalités. Il s'agit aussi d'une certaine manière d’amalgamer les nouvelles élites issues de la Révolution à l'ancienne noblesse, haïe mais aussi admirée. La Restauration ne remettra pas en cause cette création :« la noblesse ancienne reprend ses titres ; la nouvelle conserve les siens ».Charte de 1814.

1er mars 1815 : le premier des cent jours. Après s'être échappé de l'ile d'Elbe, Napoléon débarque à Golfe Juan. Il rallie à lui la plupart des troupes venues l'arrêter dont celle du maréchal Ney. Il arrive aux Tuileries, à Paris, le 20 mars.

1er mars 1896 : défaite italienne à Adoua (Ethiopie). Les Italiens participent comme les grandes puissances européennes de l’époque, à la course aux conquêtes coloniales, mais subissent un revers très important près de la localité d’Adoua. Les 18 000 hommes qu’engagent imprudemment les Italiens sont battus par un prince éthiopien, le Ras Makkonen à l’appel de l’empereur, le négus Ménélik II. Bien armés et dotés d'une artillerie anglaise, les Ethiopiens écrasent l’armée italienne qui perd 6000 tués et 3000 prisonniers. Cette victoire fait suite à d’autres moins importantes mais déjà victorieuses pour les Ethiopiens. Par ailleurs, Ras Makonnen avait déjà participé à l’extension vers l’est du royaume du Negus avant cette guerre. Il est aussi le père du Ras Tafari, futur négus Haïle (Selassie).

1er mars 1916 : bombardements de Vaux et Damloup (Verdun). « A Verdun, pause dans les attaques de l’infanterie allemande, mais début d’un très violent bombardement de toutes les positions françaises». LCL Rémy Porte (EMAT). Pour un suivi au jour le jour de la bataille de Verdun, voir les ouvrages mentionnés ci-dessous.

1er mars 1925 : création des SS. Hitler demande à son chauffeur de créer une équipe de protection dévouée corps et âme. En quelques mois, les Schutzstaffel (SS) se structurent en tant que sous groupement des SA (Sturm Abteilung). Le rapport de force changera lors de la nuit des longs couteaux (29 juin 1934) : les chefs SA seront alors méthodiquement éliminés par les SS.

1er mars 1948 mort au combat du lieutenant-colonel Brunet de Sairigné (Lagnia Biên Hoa – Indochine). « Saint-cyrien de la promotion « du roi Albert 1er », il est affecté au 29è bataillon de chasseurs puis rejoint en 1939 la Légion. Il connait son baptême du feu à Bjerkvik avec la 13è DBLE et combat dans ses rangs durant presque toute la deuxième guerre mondiale. A l’été 1946, il rejoint l’Indochine et prend le commandement de la Phalange Magnifique : c’est alors le plus jeune chef de corps de l’armée française (32 ans) . Il est tué dans l’embuscade de son convoi en route vers Dalat. La 154è promotion de l’ESM (1967-1969) porte son nom ».  CNE Jean-Baptiste P.

1er mars 1954 : explosion de Castle Bravo (atoll de Bikini – Iles Marshall). Lors de l’opération Castle, les Etats-Unis testent une bombe H (à fusion) de 15 mégatonnes en surface de l’atoll. Même si elle était plus de 1000 fois plus puissante que les explosions d’Hiroshima et Nagasaki, elle reste très largement inférieure à l’essai soviétique de la Tsar Bomba (50 mégatonnes le 30 octobre 1961).

1er mars 1974 : création officielle du GIGN (Maison-Alfort). Le 11 octobre 1973, une unité spécialisée, dénommée GIGN, est créée à l’escadron parachutiste de Mont-de-Marsan. Le 1er décembre, est créée une équipe commando régionale d’intervention (ECRI) sous les ordres du lieutenant Prouteau. En 1976, les deux unités vont fusionner.

1 er mars 1999 : entrée en vigueur du traité d'Ottawa. Ouvert à la signature des Etats le 3 décembre 1997, le traité interdisant la production, la vente, le transport et l'utilisation de mines antipersonnel prend effet dans les pays signataires de ce traité que lady Diana Spencer a fortement contribué à promouvoir. Aujourd’hui plus de 150 Etats l’appliquent dont la France. L’Ecole du génie (Angers) est le pôle d’expertise pour la lutte contre les mines antipersonnel et la pollution du champ de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 2 mars   Ven 2 Mar - 8:37

2 mars 1698 : découverte de l’embouchure du Mississipi (actuels Etats-Unis). Le capitaine de frégate Pierre Lemoyne d’Iberville remonte l’embouchure du fleuve et établit un fort à Biloxi où s’installe une petite garnison. En explorant le fleuve, il rencontre des Indiens qui délimitent leur territoire avec des poteaux peints en rouge… Il nomme cette région « Bâton Rouge ». Cavelier de la Salle avait déjà découvert l'embouchure du Mississipi en 1682.

2 mars 1476 : les Suisses battent les Bourguignons à Grandson (Suisse). L'Etat bourguignon, dirigé par Charles le Téméraire, est à l'époque pris entre le Royaume de France de Louis XI et l'Empire romain germanique. Pour s'imposer face à ce vassal trop puissant, Louis XI dresse les cantons suisses contre la Bourgogne. Le Téméraire intervient alors dans les Cantons suisses avec 20 000 hommes et grâce à son artillerie prend les châteaux de Vaumarcus et Grandson. Maladroitement, il laisse massacrer les prisonniers suisses de Grandson. Environ 400 soldats de la garnison sont pendus ou noyés en dehors de toute bataille ! La nouvelle se répand et crée un choc psychologique permettant aux 8 cantons de s'unir et d'attaquer avec environ 18 000 hommes. Le Téméraire commet deux nouvelles erreurs : Tout d'abord, il quitte Grandson et butte avec ses éléments de tête sur l'avant-garde ennemie en terrain peu propice. Ses cavaliers équipés de lance (4 mètres) ne parviennent pas à disloquer les carrés de piquiers suisses (piques de 6 mètres). Voulant rompre l'imbrication et attirer les piquiers sur un terrain que son artillerie peut atteindre, il fait manœuvrer en arrière ses troupes mais son ordre est mal compris d'autant plus qu'il le donne au moment où le gros des troupes suisses apparait. Les Bourguignons cèdent à la panique et s'enfuient laissant 300 des leurs sur le champ de bataille.

2 mars 1793 : début de l’insurrection vendéenne (Cholet). Refusant la levée en masse décrétée par la Convention quelques jours plus tôt (cf. 23 février), des habitants de Cholet s’en prennent aux gardes ayant apporté les décrets parisiens et déclenchent un tumulte qui va se transformer les jours suivants en véritable soulèvement populaire dans le Grand Ouest.

2 mars 1916 : le capitaine de Gaulle est fait prisonnier (Verdun). En tentant de repousser une attaque allemande sur le fort de Douaumont avec sa compagnie, de Gaulle est blessé à la cuisse. C'est sa troisième blessure depuis 1914. Il est porté disparu puis cité à l'ordre de l'armée par Pétain. De Gaulle passe le reste de la guerre en captivité malgré 5 tentatives d'évasion.

2 mars 1941 : serment de Koufra (Libye). La colonne Leclerc prend aux Italiens l'oasis de Koufra. Leclerc fait le serment de ne déposer les armes qu'une fois le drapeau français flottant sur les cathédrales de Metz et Strasbourg .

2 mars 1943 : bataille de la mer de Bismarck (Pacifique Sud). Un important convoi de troupes japonaises est coulé par l'aviation américano-australienne. Les Japonais perdent près de 3000 soldats en une seule bataille pour avoir voulu transférer des forces en Nouvelle-Guinée suite à la défaite de Guadalcanal.

2 mars 1969 : premier vol d’essai du Concorde (Toulouse). Construit en association par Sud-Aviation (future Aérospatiale) et British Aircraft Corporation( future British aerospace), il sera le seul avion de ligne supersonique de transport de voyageurs sans compter le malheureux Tupolev TU-144.

2 mars 1983 : transfert des restes de Doudart de Lagrée. Les autorités vietnamiennes remettent au consul général de France à Hô Chi Minh-ville une urne contenant les cendres du capitaine de frégate Doudart de Lagrée.  L’urne est embarquée à Singapour sur l’aviso-escorteur Doudart de Lagrée puis transportée à Saint-Vincent-de-Mercuze (Isère), village natal du marin explorateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 3 mars   Sam 3 Mar - 8:49

3 mars 1685 : Louis XIV envoie un ambassadeur au Siam (principalement actuelle Thaïlande). A titre de réciprocité,  Louis XIV envoie le capitaine de vaisseau de Chaumont à la tête d’une mission à caractère politique, religieux, commercial et scientifique à bord des vaisseaux l’Oiseau et la Maligne. Parmi l’état-major, se trouve le lieutenant de vaisseau Claude de Forbin-Gardanne que le roi de Siam nommera plus tard amiral et général des armées siamoises.

3 mars 1590 : prise de Breda (actuels Pays-Bas). La garnison espagnole de Breda est surprise par une attaque de type commando de Maurice de Nassau. Un groupe d’Hollandais cachés dans la cale d’un navire marchand parvient jusque dans le fossé de la forteresse d’où il neutralise le poste de garde. Ne pas confondre avec l’autre siège, celui de 1624-1625, quand les Espagnols du général Spinola reprennent la ville aux Hollandais et que Velazquez a immortalisé par le tableau La rendicion (1635) de Breda (aussi appelé Las Lanzas). Lire l’excellent Le soleil de Breda d’Arturo Perez-Reverte.

3 mars 1808 : entrée de Murat à Madrid (Espagne). Napoléon confie les 50 000 hommes de l'armée d'Espagne à son maréchal d’Empire, le Prince Joachim Murat qui se rend très vite compte de l'hostilité de la population. Hostilité qui se transformera en guerre civile déclarée dès le 2 mai suivant.

3 mars 1916 : Verdun. « A Verdun, les combats se poursuivent autour du saillant de Fresnes et du village de Douaumont, tandis que les Français progressent légèrement dans le secteur de la cote du Poivre. Les Allemands font exploser une mine de 20 tonnes d’explosifs sous la butte de Vauquois ». LCL Rémy P.

3 mars 1918 : signature du traité de Brest-Litovsk (actuelle Biélorussie). Les Bolcheviks, au pouvoir en Russie après la révolution d'Octobre 1917, demandent la paix aux Empires centraux et acceptent, en signant, toutes les conditions imposées.

3 mars 1968 : fin de la bataille de Hué (Vietnam). Le Viêt-Cong, après avoir gardé le contrôle de la ville de Hué pendant un mois, à la faveur de l'offensive du Têt, en est chassé par les troupes américaines et celles de la République du Vietnam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 4 mars   Dim 4 Mar - 9:11

4 mars 1193 : mort de Saladin (Damas). Al-Malik an-Nâsir Salâh ad-Dîn Yûsuf est l'un des héros du monde musulman. En plus d'être l'unificateur de l’Égypte et de la Syrie, Saladin est parvenu, après avoir déclenché le petit Djihad, à chasser presque complètement les croisés installés depuis un siècle dans les États latins d'Orient. Malgré cela, et en dépit des batailles féroces qu'il a livrées, il a acquis en Occident un très grand prestige alors même qu'il reprenait Jérusalem (1187) aux Chrétiens. Bon combattant, il a montré que l'esprit chevaleresque n'était pas un monopole occidental, surprenant parfois ses ennemis par des gestes généreux et inattendus qui dénotaient, certes, à côté de la série de massacres qu’il a ordonnés.

4 mars 1578 : fraternité avec les soldats invalides. Le roi Henri III, par édit, oblige les congrégations et ordres religieux à réserver des places en leur sein pour les soldats invalides. Ce système disparaîtra avec la construction de l’Hôtel des Invalides à partir de 1670.

4 mars 1733 : mort de Claude de Forbin. (Marseille). Ancien mousquetaire, ancien gouverneur de Bangkok et amiral de la flotte siamoise. Héros de la marine française, il s’est, entre autres exploits, évadé d’une prison anglaise en traversant la Manche à bord d’un canot en compagnie de Jean Bart. Une frégate de défense aérienne de classe Horizon porte son nom.

4 mars 1916 : prise du village de Douaumont (Verdun). Les Allemands s’emparent du village après une semaine de combats pour conquérir les 500 mètres de terrain qui séparent le fort de la commune. C’est durant ces combats, que meurt le peintre impressionniste allemand, Franz Marc, ami de Klee et Kandinsky.

4 mars 1916 : explosion à Saint-Denis (banlieue parisienne). Le fort dit de la Double Couronne qui sert de dépôt de munitions explose de manière accidentelle tuant 28 personnes (10 soldats et 18 civils).

4 mars 1942 : le général de Gaulle accepte la démission de l’amiral Muselier remplacé par le capitaine de vaisseau Auboyneau.

4 mars 1947 : signature du traité franco-britannique de Dunkerque. Craignant une réunification de l’Allemagne sous l’égide soviétique, les deux nations s’allient et jettent les bases du premier pôle européen de Défense. En effet, un an plus tard, l’Union occidentale (future UEO) voit le jour (Traité de Bruxelles – 17 mars 1948).

4 mars 1970 : le sous-marin Eurydice coule en Méditerranée. Sous-marin français, commandé par le lieutenant de vaisseau de Truchis de Lays, déplaçant 1000 tonnes en plongée, il coule au large de Saint -Tropez avec ses 57 hommes d'équipage par 750 mètres de fond. La cause du naufrage reste inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 5 mars   Lun 5 Mar - 9:00

5 mars 1814 : combat de Berry-au-Bac (Aisne). Après la perte de Soissons, Napoléon laisse un rideau de troupes face à Blücher, qui a échappé au désastre, puis se retourne contre les Russes. Afin de les déborder sur leur gauche, il franchit l'Aisne à Berry-au-Bac grâce à la conquête en force du seul pont de la région. Les cavaliers du général Nansouty et les lanciers polonais du général Pac délogent alors les Cosaques avant de les repousser.

5 mars 1946 : officialisation de la guerre froide (Etats-Unis - Missouri). Winston Churchill, ancien premier ministre britannique, acte dans un discours prononcé au Westminster College de Fulton, qu'un  « rideau de fer » s'est abattu en Europe centrale, séparant un bloc soviétique d'un bloc occidental.

5 mars 1951 : prise de la cote 1037 (Corée). Dans le cadre de l'offensive alliée (ONU) d'hiver, le bataillon français prend cette cote au prix de 33 morts et de 115 blessés mais ouvre à la 2ème DI américaine la route vers Hongchon et Chuchon. La cote 1037 est tenue par deux bataillons chinois bien retranchés, dans la région Nord de Pyong Yang. Après avoir escaladé dans la nuit du 2 mars les pentes glacées qui lui font face, puis observé le dispositif ennemi, le bataillon français passe à l'attaque le 5 mars à 9 heures. Les pentes et les arêtes de la cote sont truffées de blockhaus qu’il faut prendre les uns après les autres, par une température proche des -20 degrés. Une ultime contre-attaque chinoise est arrêtée vers 16 heures grâce à l'aviation d'assaut à qui la météo permet enfin d’intervenir. L’épreuve n’est pas pour autant finie car à l’issue de la relève, de nuit, commence le brancardage des morts et des blessés (il faut parfois jusqu’à 11 heures au personnel disponible, pour descendre un homme du sommet jusqu'au poste de secours). Sur la guerre de Corée, lire l’ouvrage du capitaine Ivan Cadeau la guerre de Corée 1950-1953 et la très belle biographie que la fille du général Ralph Monclar (de son vrai nom, Raoul Magrin-Vernerey) a faite sur son père : Monclar, le Bayard du XXe siècle de Fabienne Monclar.
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t21-parcours-du-bataillon-francais-de-coree

5 mars 1953 : mort de Staline (Moscou). A 74 ans, après 25 ans de pouvoir personnel absolu, Iossif Vissarionovitch Djougachvili, le Vojd (« Père des peuples »), meurt officiellement d’une hémorragie cérébrale dans sa datcha de Kountsevo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 6 mars   Mar 6 Mar - 8:54

6 mars 1204 : Philippe Auguste prend Château-Gaillard (Eure). Le roi de France, Philippe Auguste, profite de la faiblesse du roi d'Angleterre, Jean sans Terre, pour conquérir une à une les forteresses de Normandie. Château-Gaillard, dont Richard Cœur de Lion était si fier, tombe assez rapidement, non pas à cause du blocus mais plutôt du fait des défauts de conception de la place. Le manque de réactivité de Jean pour envoyer des secours aux places fortes normandes, n’incite pas ces dernières à lutter. En deux ans, Philippe Auguste conquiert la Normandie.

6 mars 1429 : Jeanne d'Arc arrive à Chinon. Partie début février de son village natal lorrain, elle a chevauché par étapes, le plus souvent à la faveur de la nuit, pour ne pas éveiller le soupçon des Anglais, maîtres de tout le nord du royaume. Jeanne quitte au petit matin le village de Sainte-Catherine-de-Fierbois, près de Tours, pour se rendre à Chinon. Elle arrive vers midi, sous les hautes murailles de la forteresse royale qui dominent la Vienne. Elle patiente deux jours encore avant d'être reçue par son "gentil dauphin" le futur Charles VII. Une épopée spectaculaire commence : une bergère conduit un roi déshérité au trône de France et bat les Anglais dont la suprématie est écrasante depuis Azincourt.
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t49-biographie-de-jeanne-d-arc

6 mars 1619 : naissance de Cyrano de Bergerac (Paris). Hercule Savinien Cyrano n'est pas gascon même s'il a servi dans la compagnie « Royal Gascogne » du régiment des gardes du roi. Fine lame, extravagant, poète, écrivain anticonformiste et effectivement... doté d'un long nez dont il est fier, il meurt à 36 ans après une vie de guerres (guerre de 30 ans), duels et scandales littéraires. Il a inspiré Edmond Rostand pour sa très célèbre pièce de théâtre Cyrano de Bergerac (1897). Le génie d’E. Rostand et le succès de sa pièce ont magnifié le vrai Cyrano qui tout en s’essayant aux lettres (non sans originalité et sens de la polémique) maniait mieux l’épée que la plume.

6 mars 1836 : prise de Fort Alamo (Etats-Unis - Texas). Les Etats-Unis cherchent à coloniser le Texas appartenant au tout jeune Mexique (1821). Les Anglo-Américains qui s'y installent finissent par fomenter une révolution indépendantiste qui débouche sur une guerre dont le siège de Fort Alamo devient le symbole. La garnison du fort (189 hommes) est massacrée par l'armée mexicaine (de 1 500 à 6 000 hommes selon les sources) du général Santa Anna. L'événement soude les rebelles texans qui parviennent à obtenir leur indépendance. Davy Crockett, meurt durant le siège de Fort Alamo.

6 mars 1916 : début du siège de Fort Charlet ou Djanet (Algérie). Une colonne de 500 combattants de la confrérie sénoussiste, partie de Ghat (Libye - Fezzan), franchit la frontière et attaque le fort Charlet où le maréchal des logis Lapierre résiste avec 50 hommes jusqu’au 24 mars. Les forces sénoussistes, composées principalement de déserteurs italiens et français aguerris au combat, sont par ailleurs équipées de 2 canons de 65 mm italiens. Fait prisonnier, Lapierre sera bien traité par Abd al Salam mais libéré seulement en avril 1919. La colonne du LCL Meynier reprend le fort en mai mais doit progressivement évacuer le massif des Ajjers en proie à une rébellion qui se nourrit de chacun des replis français.

6 mars 1946 : les troupes françaises débarquent à Haiphong (Vietnam). Alors que le général Leclerc vient de signer un accord avec Ho Chi Minh dans lequel la France reconnait le Vietnam comme un Etat libre au sein de la fédération indochinoise et de l'Union Française, le corps expéditionnaire français est accueilli par des tirs chinois lors de son débarquement. Les batteries terrestres chinoises sont réduites au silence par les tirs du contre-torpilleur Triomphant. C’est le lieutenant de Vaisseau Bernard Favin Lévêque qui rend rapidement opérationnelle l'artillerie du bâtiment (endommagée par les premiers tirs chinois) après s'est porté volontaire à la mort de l'officier de tir, le LV Cruchet, tué à son poste de combat. Le Triomphant était commandé par le futur Amiral Jubelin, grande figure de la Marine de la France Libre, auteur de Marin de métier, pilote de fortune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 7 mars   Mer 7 Mar - 8:54

7 mars 1759 : fin du siège de Madras(Inde).Les 8000 Français commandés par le comte Lally-Tollendal ne parviennent pas à prendre la ville de Madras fermement défendue par 4000 Anglais. Les Anglais bénéficient d’un ravitaillement maritime à la différence des Français. Cet échec est réputé entraîner celui de Fort Wandiwash (janvier 1760) et marquer la défaite française aux Indes. Tenu par Louis XV pour personnellement responsable, Lally-Tollendal est victime d’une campagne de dénigrement très violente qui aboutit à son embastillement et son exécution en place de Grève (1766), actuelle place de l’Hôtel-de-ville de Paris.

7 mars 1814 : bataille de Craonne. Après le franchissement de l'Aisne à Berry-au-Bac, Napoléon cherche une bataille décisive contre les coalisés. Le choc se produit le sur le plateau de Craonne. Il charge Ney et Victor de faire plier les Russes sur les ailes, et conduit au centre une attaque frontale. L'échec des deux maréchaux l’oblige à engager les grognards de la Vieille Garde qui poussent les Russes à la retraite. Les vaincus rejoignent Blücher à Laon, laissant 7 000 hommes sur le terrain.C'est sur ce même terrain que Français et Allemands s'affronteront un siècle plus tard. (Offensive du Chemin des Dames)

7 mars 1908 : le maréchal des logis Ernest Psichari (1883-1914) est décoré de la médaille militaire. Petit-fils du célèbre historien Ernest Renan (Qu'est-ce qu'une Nation?), il obtient une Licence de Français mais pour "échapper au bourbier de son âme" finit par s'engager dans l'artillerie coloniale, cherchant ordre et action. La vie de soldat aux colonies (Congo) et l'expérience du désert (Mauritanie) sont pour lui une révélation. Il commence à écrire et rencontre un certain succès. Devenu officier, il est contre toute attente (puisque petit-fils de Renan), un modèle pour la droite conservatrice de l'époque qui voit en lui un double du père de Foucaud. Il meurt au combat le 22 aout 1914 à St Vincent Rossignol en Belgique.
Il a écrit: Terres de soleil et de sommeil (1908), L’Appel des armes (1913). A titre posthume, le voyage du centurion (1916),les voix qui crient dans le désert (1920).

7 mars 1936 : Hitler envahit la Rhénanie. En violation de tous les accords passés, l’Allemagne remilitarise la Rhénanie. Malgré leurs protestations, les puissances européennes n’agissent pas.

7 mars 1945 : les Américains franchissent le pont de Remagen. Les ponts sur le Rhin sont tous détruits sauf le pont Ludendorff à Remagen pour d'obscures raisons administratives. Découvrant cette aubaine, les Américains qui viennent de remporter la bataille des Ardennes, se ruent sur Remagen. En moins de 30 minutes, la section du lieutenant Timmerman prend le pont que le petit détachement allemand n'est pas parvenu à faire sauter à cause de l'explosif médiocre utilisé. Le général Eisenhower modifie ses plans d'invasion de l'Allemagne pour profiter du passage et fait franchir 8000 hommes immédiatement. Les Allemands tentent dans les jours qui suivent de détruire l’ouvrage avec des bimoteurs à réaction Arado 234, en trois tentatives de bombardement mais sans l'atteindre, avec les nageurs de combat de Skorzeny puis des attaques de V2. Le pont s’effondre 10 jours plus tard.

7 mars 1966 : retrait de la France de la structure militaire intégrée de l'OTAN. Le retour dans le commandement militaire intégré de l’OTAN a été annoncé le 11 mars 2009 par le Président de la République, à l’Ecole Militaire et entériné par le sommet de l’OTAN de Strasbourg un mois plus tard.

7 mars 1996 : le Triomphant rallie l’Ile Longue (Presqu’ile de Crozon). Le premier SNLE français de nouvelle génération quitte Cherbourg et son atelier de construction pour sa base opérationnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 8 mars   Jeu 8 Mar - 8:42

8 mars 1262 : bataille de Hausbergen (Strasbourg). Les bourgeois de Strasbourg ayant goûté à l'indépendance de leur ville durant les quelques années de vacance du pouvoir impérial (1250-1273), ils ont beaucoup de mal à accepter leur nouvel évêque et comte, le jeune et bouillant Walter de Hohen-Geroldseck (29 ans). Le différend se transforme en une petite guerre : les bourgeois attaquent les convois épiscopaux. L'évêque excommunie ses ouailles et réplique avec ses alliés. Un nouvel incident déclenche la bataille : les chevaliers de l'évêque chargent la milice piétonne strasbourgeoise sans attendre leur propre infanterie. Ils laissent 70 nobles sur le champ de bataille.

8 mars 1815 : Napoléon à Grenoble. Des soldats gardant les approches de la ville refusent de laisser passer l’avant-garde de Napoléon qui échappé de l’ile d’Elbe (26 février), remonte vers Paris. Il marche droit au détachement, suivi de sa garde, arme baissée : « Eh ! quoi mes amis, vous ne me reconnaissez pas ? Je suis votre empereur ; s'il est parmi vous un soldat qui veuille tuer son général, son empereur, il le peut ; me voilà ».

8 mars 1862 : bataille navale d'Hampton Roads (côte Est des Etats-Unis). Durant la guerre civile américaine, Nordistes et Sudistes s'affrontent et testent leur nouveau cuirassé en présence d'observateurs français et britanniques, intéressés par les conclusions tactiques et techniques du combat. Les cuirassés (CSS Virginia et USS Monitor) font la preuve que la marine en bois et à voile a vécu. Le RETEX est si flagrant qu'il est immédiatement intégré par toutes les marines du monde pouvant se payer un cuirassé à vapeur et blindé.

8 mars 1910 : Elisa Deroche dite baronne Raymonde Delaroche est la première femme au monde à décrocher le brevet de pilote. (Née en 1882 – décède dans un accident d’avion en 1919).

8 mars 1916 : contre-attaque de Cumières (Verdun). Le général Pétain ayant ordonné de tenir coute que coute la ligne Malancourt-Béthincourt, le 92ème RI monte à l’assaut du bois de Cumières qui en constitue le principal point d’appui. Le colonel Macker en tête, le régiment monte à l’assaut et franchit les 400 mètres le séparant de l’ennemi. Une fois les positions allemandes saisies, le régiment est immédiatement relevé.  Pendant ce temps les Allemands s'emparent de l'ouvrage d'Hardaumont sur la rive droite.

8 mars 1944 : début de la bataille d'Imphal (Inde). La XVème armée japonaise qui tente d'envahir l'Inde depuis fin février, attaque la ville d'Imphal, couloir stratégique entre les deux régions. Surprises dans un premiers temps par l'incursion, les forces britanniques (du Commonwealth) s'accrochent à ce point d'appui et repoussent les nippons. L'ouverture de ce nouveau front est une erreur qui permet aux britanniques de reprendre l'initiative dans la zone. Les commandos Chindits continuent d'ailleurs à agir sur les arrières japonais en Birmanie, obligeant l’envahisseur à combattre tous azimuts.

8 mars 1944: arrestation de Marc Bloch à Lyon. Historien et patriote français fusillé le 16 juin après avoir été torturé par la Gestapo. Outre des ouvrages remarqués sur l'histoire médiévale, et la fondation de l’Ecole des Annales, il a écrit L'étrange défaite (publié en 1946 à titre posthume), livre dans lequel il s'interroge sur les raisons de la débâcle de mai - juin 1940. Il débute la Première Guerre Mondiale avec le grade de sergent et la termine avec celui de capitaine. Cité quatre fois, il reçoit la légion d'honneur. La Seconde Guerre Mondiale éclate alors qu'il a 53 ans. Le conflit qui débute par la « drôle de guerre » ne le trouve cependant pas ramolli, ni par les honneurs, ni par la maladie. Il demande à combattre et est cité à nouveau. Démobilisé, il est obligé de se cacher, lorsque la zone libre est envahie (parce que d'ascendance juive) et entre en résistance fin 1942.

8 mars 1946 : homologation du premier hélicoptère (Etats-Unis). Le Bell 47 reçoit son certificat de navigabilité civil après avoir effectué son premier vol militaire le 8 décembre 1945. Plus de 5000 exemplaires vont être construits.

8 mars 1990 : l’Allemagne reconnait sa frontière orientale. Le Bundestag vote l’intangibilité de sa frontière avec la Pologne. La frontière s’appuie sur la ligne Oder-Neisse (deux cours d’eaux) fixée par la Conférence de Potsdam en 1945.

8 mars 2005 : élimination d'Aslan Mashkadov (Tchétchénie -Tolstoï Yurt). Ancien colonel artilleur de l'armée rouge, Mashkadov rejoint le camp des indépendantistes tchétchènes et défend Grozny contre les Russes durant la première guerre de Tchétchénie (déc. 94 - Aout 96). Auréolé par l'accord de paix qu'il signe avec le général Lebed, il est élu président de la Tchétchénie (janv. 97) mais se fait déborder par la mouvance islamiste tchétchène. Le Kremlin décide d'enrayer le développement islamiste et au passage de prendre une revanche sur Mashkhadov : deuxième guerre de Tchétchénie (oct. 99 - avril 09). Le FSB en charge des opérations à partir de 2003, recherche Mashkhadov intensément. Les circonstances de sa mort sont encore troubles, plusieurs hypothèses étant généralement avancées : assassiné par un de ses gardes du corps, tué par grenade lors de l'assaut du FSB ou encore exécuté après interrogatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 9 mars   Ven 9 Mar - 8:45

9 mars 1814 : bataille de Laon et Hurrah d’Athies. Poursuivant les Russes, repoussés à Craonne, Napoléon attaque les coalisés (Russes et Prussiens) retranchés sur le versant sud de la  "montagne couronnée",  mais il est contraint à la retraite vers Reims par la déroute de Marmont sur sa droite à Athies. Ce combat appelé par les Allemands, le Hurrah d’Athies est l’un des plus hauts faits d’armes de la cavalerie allemande : « dans la nuit du 9 au 10, les Ier et IIème corps prussiens et la cavalerie de von Zieten, sous les ordres de York, attaquent de nuit les bivouacs du corps de Marmont qui s’est établi dans une position aventurée et n’a pris aucune des précautions les plus élémentaires pour assurer sa sûreté. Composé de jeunes conscrits qui ont reçu le baptême du feu la veille, appuyé par une artillerie armée par des canonniers de marine ignorants du service en campagne, le corps de Marmont est surpris et jeté dans une affreuse déroute et n’est sauvé de la destruction que de justesse. Le colonel Fabvier revenu à la hâte d’une liaison manquée à la tête d’un détachement de 400 cavaliers et 4 pièces se jette dans le village de Veslud et l’interdit au corps de Kleist, puis un détachement de 100 soldats de la Vieille Garde cantonnés pour la nuit par hasard à Festieux interdit à l’ennemi l’entrée du défilé, permettant la retraite. Marmont perd 3000 hommes sur 9000 et presque toute son artillerie et doit le lendemain aller jusqu’à Berry-au-Bac rallier ses fuyards. L’aile droite française a disparu, Napoléon ne peut plus gagner sa bataille de Laon et devra retraiter vers Paris. La cavalerie prussienne a pris à elle seule plus de 20 pièces dans une succession de charges nocturnes ».

9 mars 1831: promulgation de la loi autorisant à la création d’une légion d’étrangers. « Elle précise qu’il pourra être formé dans l'intérieur du royaume une légion d'étrangers, mais elle ne pourra être employée que hors du territoire continental du royaume (article 1er). Suite à la dissolution du Régiment de Hohenlohe le 5 janvier 1831, Louis-Philippe reprend  la tradition des régiments étrangers attachés aux rois de France (Suisses, Irlandais, Hongrois, Polonais, etc.). Elle instaure aussi une clause restrictive d’emploi, car cette légion ne pourra être employée que hors du territoire du royaume : l’histoire nous contraindra 3 fois (1870/71, première et seconde guerre mondiale). Cette loi résulte, d’une part, de la nécessité d’envoyer des troupes en Algérie pour assurer la présence française sans pour autant faire appel au 80 000 français de la classe 1830. Et d’autre part, de l’inquiétude des députés quant aux considérations d’humanité, d’ordre public et d’économie ainsi que de sécurité publique qu’engendre la concentration exceptionnelle d’étrangers dans Paris, estimée à 10% (rapport du 12 février 1831). En pleine crise ministérielle, ce texte de loi, amendé par les Pairs de France, est voté le 5 mars par la Chambre des députés ». CNE Jean-Baptiste P.

9 mars 1945 : coup de force japonais en Indochine. Les forces japonaises (65 000 hommes) occupent l’Indochine depuis la défaite française de juin 1940 mais n’ont pas revendiqué le pays,  ni démembré la petite armée française locale (20 000 Français et 40 000 Indochinois) avec laquelle elles sont imbriquées. La situation générale du Japon devenant critique, les Nippons veulent empêcher que l’Indochine serve de base d’attaque vers leur archipel et prennent le contrôle par surprise de la péninsule. Le général Tsushibashi invite officiellement les autorités françaises à diner et en profitent pour procéder au coup de main dans toute l’Indochine. La surprise est grande mais la combativité des garnisons attaquées est excellente. Le comportement des militaires nippons est ahurissant pour les Européens puisqu’ils procèdent à l’exécution (au sabre) de nombreux prisonniers désarmés, dont le général Lemonnier et des administrateurs. Pour un officier japonais, être fait prisonnier est infamant et le fait de le décapiter lui restitue son honneur...

Au total, la prise de contrôle cause la mort de 2650 Français. Les scènes d’horreur sont nombreuses notamment en ce qui concerne les familles européennes. Sous les ordres du général Alessandri, un groupement de quelques milliers d’hommes s’échappe dans une longue marche et livre de durs combats de guérilla tant contre les japonais que des bandes chinoises qui cherchent à s’emparer de leur matériel. Le commandement allié de la zone, assumé par les américains applique la doctrine du président Roosevelt pour la décolonisation et abandonne complètement ce groupement à son sort. Seul l’amiral britannique Mountbatten enfreint les consignes pour, aussi souvent que possible, intervenir au profit d’Alessandri par des parachutages de vivres et matériels, des missions d’appui aérien ou encore des évacuations sanitaires.

9 mars 1968 : décès du général Charles Ailleret (La Réunion). Le DC-6 transportant le général d’armée Ailleret (CEMA) et appartenant au GLAM s’écrase contre une colline peu après le décollage de l’aéroport de Saint-Denis. Polytechnicien (1926), artilleur, chef de l’O.R.A (zone Nord), déporté à Buchenwald (1944), responsable des applications militaires du CEA (1958), il s’oppose au putsch d’Alger alors qu’il commande la zone Nord-Est Constantinois (1961). Nommé CEMA en juillet 1962, c’est lui qui organise le retrait français du commandement intégré de l’OTAN. Avec son frère, Pierre (polytechnicien comme lui), il constitue un tandem historique de la recherche nucléaire française. C’est le CEMA qui est resté jusqu’à présent le plus longtemps à son poste (plus de 5 ans 1/2). Le général d’armée aérienne Michel Fourquet lui succède dans la fonction.

Le même jour, l’ingénieur aéronautique René Leduc meurt dans sa 69ème année. Il est le concurrent malheureux de Dassault.

9 mars 1974 : reddition du lieutenant Onoda (Ile Lubang –Philippines). Près de 30 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, le sous-lieutenant Onoda, soldat japonais vivant caché dans les montagnes et pensant le Japon toujours en guerre, accepte de se rendre à son supérieur, le commandant Taniguchi toujours en vie, qui est venu spécialement du Japon lui confirmer la fin de sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 10 mars   Sam 10 Mar - 11:14

10 mars 1679 : Vauban écrit à Louvois (Toulon). Commissaire général des fortifications, Vauban, après avoir passé trois semaines à étudier le site de la rade de Toulon, en propose l’extension vers l’ouest du port militaire pour y recevoir la flotte de Louis XIV.

10 mars 1831  : « création de la Légion étrangère par  une ordonnance de Louis-Philippe, Roi des Français, stipulant qu’il sera formé une légion composée d’étrangers : cette légion prendra la dénomination de Légion étrangère (article 1er). Les compagnies sont créées par nationalités pour faciliter le commandement. Cette décision est à l’origine de vives tensions entre unités et donc contraire à l’effet recherché. C’est lors de la création de la 2è Légion étrangère en 1835 que le colonel Bernelle imposera l’amalgame par le choix d’une organisation pluriethnique et de l’utilisation de la langue française pour le commandement. Cette organisation demeure actuellement en vigueur. La Légion étrangère d’aujourd’hui a gardé dans sa règlementation des  aspects de cette ordonnance tels que la notion de volontariat (article 5), la possibilité d’engagement jusqu’à l’âge de 40 ans (article 6), et l’emploi d’une identité ne pouvant être vérifiée: l’absence des deux premières pièces indiquées à l’article précédent (acte de naissance ou toute autre pièce équivalent ainsi qu’un certificat de bonne vie et mœurs), l’étranger sera renvoyé par devant l’officier général commandant qui décidera de son engagement (article 7), ouvrant la voie à l’identité d’emprunt ».  CNE Jean-Baptiste P.

10 mars 1893 : création de la colonie de Côte d’Ivoire

10 mars 1916 : attaques allemandes nocturnes (Verdun). Relevés par des troupes fraîches, les Allemands s’emparent du bois des Corbeaux (Ouest de Verdun) mais échouent à reprendre le village de Vaux (Est de Verdun).

10 mars 1917 : utilisation des condamnés de droit commun. « Après l’Allemagne en début d’année, la France décide que les condamnés de droit commun, jusque-là à l’abri d’un service au front, pourront être employés à des travaux de défense dans la zone des armées s’ils sont reconnus physiquement aptes ». LCL R. Porte.

10 mars 1944 : mort du lieutenant Tom Morel. (Entremont). « Né le 1er août 1915 à Lyon, Théodose Morel entre à Saint-Cyr en 1935 et choisit le 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins à Annecy, qu’il rejoint le 1er octobre 1937. Chef de la section d’éclaireurs skieurs (S.E.S.), il mène, en 1940, des combats victorieux face à l’assaillant italien ; il est fait chevalier de la Légion d’Honneur à 24 ans. A l’été 1940, il retrouve, dans l’armée d’armistice, un 27e B.C.A. reconstitué sous le commandement du chef de bataillon Vallette d’Osia. Sous l’autorité de celui-ci, tous sont puissamment orientés vers la préparation de la revanche : entraînement forcené, préparation d’une mobilisation clandestine, cache d’armes soustraites à la commission d’armistice. Le lieutenant Morel se voit confier plus particulièrement cette dernière mission. En 1941, il est affecté comme instructeur à Saint-Cyr, replié à Aix-en Provence. Démobilisé en novembre 1942 à la suite de la dissolution de l’armée d’armistice consécutive de l’invasion de la zone sud par l’occupant allemand, il rejoint la Haute-Savoie et s’engage dans l’action clandestine, sous le pseudonyme de Tom. A la fin janvier 1944, il reçoit la mission d’organiser  la réception, au plateau des Glières, des parachutages d’armes massifs que Londres venait de décider. Progressivement, les effectifs s’étoffent avec, notamment, la montée au plateau de groupes de maquisards menacés par l’instauration de l’état de siège dans le département. A cet ensemble disparate, réfractaires au service du travail obligatoire, membres des mouvements de jeunesse catholique, anciens du 27e B.C.A., militants communistes, Républicains Espagnols, Tom Morel va insuffler « l’esprit des Glières ». Il leur donne pour devise « vivre libre ou mourir ». Il trouve la mort dans la nuit du 9 au 10 mars 1944 au cours d’une opération lancée contre le PC des Groupes Mobiles de Réserve (GMR) à Entremont. Inhumé sur le plateau le 13 mars, son corps est transféré dès le 2 mai dans ce qui deviendra la Nécropole Nationale de Morette. Tom Morel a été fait Compagnon de la Libération. » GA J-R Bachelet.

10 mars 1945 : bombardement de Tokyo (Japon). 334 bombardiers B-29 américains larguent 496 000 bombes incendiaires au phosphore, magnésium et napalm soit 1 700 tonnes de bombes. Plus de 100 000 morts. C’est le bombardement le plus meurtrier de la guerre.

10 mars 1953 : combat aérien en Bavière (Allemagne actuelle). En pleine guerre froide, deux Migs 15 tchécoslovaques abattent un F84 Thunderjet américain en patrouille à l’intérieur de la zone d’occupation américaine de la République fédérale d’Allemagne. Le pilote parvient à s’éjecter.

10 mars 1977 : évasion de Spaggiari (Nice). Albert Spaggiari, l’auteur du casse du siècle (société générale de Nice - juillet 1976), saute par la fenêtre du juge d’instruction alors que celui-ci est en train de procéder à son interrogatoire. Il atterrit sur le capot d’une voiture et est pris en charge par un complice qui l’attend. (cf. Chronique 27/02).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 11 mars   Dim 11 Mar - 14:47

11 mars 1387 : bataille de Castagnaro (Italie). A l'époque où les villes italiennes s'affrontent via des troupes de condottiere, le seigneur de Padoue engage l'Anglais sir Hawkwood et son armée pour prendre Vérone. Hawkwood assiège la ville pendant deux mois mais manquant lui-même de vivres se replie vers Padoue qu'il ne peut atteindre, contraint par ses poursuivants véronais à livrer bataille. Professionnel expérimenté, l'anglais utilise le terrain : sa ligne de défense s'appui d'un côté sur une zone marécageuse, de l'autre côté sur un canal. De plus, il veille à se constituer une troupe de réserve. Au centre sa cavalerie met pied à terre car le terrain n'est pas propice au combat à cheval. Alors que les Véronais chargent son centre, il fait déborder ses archers qui franchissent discrètement le canal et prennent la cavalerie ennemie à revers, empêchée de prendre de l'élan sur un terrain très lourd. C’est à ce moment qu'il engage ses réserves et remporte la victoire.

11 mars 1794 : création de la future Ecole Polytechnique. Par un décret du Comité de salut public, la Commission des travaux publics est créée afin de servir de nouvelle école de cadres scientifiques. Naissance sous l’appellation d’école centrale des travaux publics. Le nom de « Polytechnique » ne verra le jour qu’un an plus tard.

11 mars 1862 : achat du territoire d’Obock (dans l’actuelle République de Djibouti). Le ministre des Affaires étrangères de Napoléon III, Thouvenel, négocie et signe, à Paris, l’achat d’Obock et dépendances avec les envoyés du sultan de Tadjourah pour un montant de 10 000 Thalers (55 000 francs-or).

11 mars 1862 : acquisition du territoire d’Obock par la France (dans l’actuelle République de Djibouti). « Le Sultan de Tadjourah cède à la France par un traité signé à Paris « les ports, rade et mouillage d'Obock (…) avec la plaine qui s'étend depuis ras Ali au sud jusqu'à Ras Doumeira au nord ». Ce traité fait suite à l’arrestation des coupables présumés de l’assassinat de Henri Lambert et à l’envoi d’une délégation Afar à Paris pour demander la protection de la France. En effet, ce commerçant réunionnais et agent consulaire de France à Aden fut assassiné sur l’ile Musha dans le Golf de Tadjourah le 4 juin 1859, probablement sur ordre des britanniques qui craignent une implantation française dans la région. Cependant le lieu ne fait l'objet d'aucune occupation pendant presque 20 ans. Par ce traité est créé le territoire d’Obock qui deviendra Côte française des Somalis en 1896 puis territoire français des Afars et des Issas en 1967 avant de devenir en 1977 à l’indépendance de ce territoire d’outre-mer, la République de Djibouti. Le 5e RIMa assure à partir de 1890 la relève du poste d’Obock, faisant ainsi du 5e RIAOM le régiment de tradition de Djibouti. » CNE Christophe I.

11 mars 1882 : Qu'est-ce qu'une Nation? (La Sorbonne). Ernest Renan prononce pour la première fois cette célèbre démonstration : « Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. [...] Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment de sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé, elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible: le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours, comme l’existence de l’individu est une affirmation perpétuelle de vie. »

11 mars 1912 : première revue aérienne militaire (Vincennes). Le président de la République passe en revue les troupes de la garnison de Paris sur le polygone de Vincennes où pour la première fois a lieu une revue aérienne militaire.

11 mars 1916 : tentative de reprise de Cumières (Verdun). Sous la neige, une puissante contre-attaque française échoue devant les lignes de la division Guretsky.

11 mars 1917 : entrée des Britanniques à Bagdad (actuel Irak). 50 000 soldats britanniques entrent dans Bagdad que les Turcs ont désertée. Cette victoire lave en partie l’affront de la cuisante défaite de Kout El Amara. La division Townshend avait en effet dû s’enfermer dans la forteresse de Kout El Amara pendant 5 mois pour finalement se rendre le 29 avril 1916.

11 mars 1943 : l’Aconit coule deux U-Boot.(Atlantique Nord). La corvette des Forces navales françaises libres, commandée par le lieutenant de vaisseau Levasseur, coule en moins de 5 heures les sous-marins allemands U 444 et U432. Le premier est canonné, le second éperonné. Levasseur est fait Compagnon de la Libération le 19 avril 1943. Une frégate de type La Fayette porte aujourd’hui ce nom, la F713 Aconit. Levasseur meurt accidentellement le 15 avril 1947 sur le site du « 2è Massif » de la Commission de Gâvre (Morbihan) , lors d’une démonstration pyrotechnique pour des élèves de la Jeanne d’Arc alors qu’il est directeur des études de l’école d’application des enseignes de vaisseaux.

11 mars 1963 : exécution du LCL Bastien-Thiry (Fort d'Ivry). Responsable de plusieurs tentatives d'assassinat contre le général de Gaulle, ce polytechnicien, ingénieur de l'armement pour l'armée de l'air est fusillé une semaine après son procès.

11 mars 2004 : attentats de Madrid (Espagne). Dans plusieurs gares de Madrid explosent 10 bombes à peu près au même moment, tuant 191 personnes. L'attentat survient 3 jours avant les élections espagnoles. Après avoir suspecté l'ETA, la justice espagnole attribue la responsabilité à une mouvance islamiste marocaine.

11 mars 2009 : annonce de la réintégration de la France dans le commandement intégré de l'Otan. Le Président de la République annonce lors d'un discours à l'Ecole Militaire (Paris) que la France réintégrera la structure militaire intégrée de l'OTAN. La France en était sortie en 1966, suite à une décision du général de Gaulle.

11 mars 2011 : tsunami japonais sur la centrale nucléaire de Fukushima (Japon)

11 mars 2012 : début d’une série d’attentats toulousains. Mohamed Merah tue un sous-officier de la brigade parachutiste. Le 15, il abat 3 autres parachutistes. Le 19, il s’en prend à une école et tue 3 enfants et un adulte. Il est tué le 22 mars dans l’assaut de son appartement par le RAID
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 12 mars    Lun 12 Mar - 8:34

12 mars 1678 : fin du siège éclair de Gand (actuelle Belgique). Alors que la guerre de Hollande visant à prendre le contrôle des Pays-Bas espagnols, dure depuis près de 6 ans, Louis XIV cherche à obtenir une victoire décisive avant les négociations qui s’annoncent. Secondé par son nouveau commissaire général des fortifications, Vauban, il élabore une vaste manœuvre de déception au cours de laquelle il conduit une armée de 120 000 hommes en Lorraine, laissant supposer qu’il envisage d’attaquer Luxembourg ou Namur. Puis, à une vitesse surprenante pour l’époque (près de 250 km en 3 jours), il rejoint l’armée qu’il avait positionnée à Oudenaarde, menaçant Ypres et Gand. Ne sachant pas où se ferait l’attaque des français, le gouverneur espagnol a dispersé ses forces sur l’ensemble des citadelles. En à peine une semaine, Vauban conquiert Gand assez faiblement défendu. Peu après, la citadelle d’Ypres tombe dans les mêmes conditions, couronnant la stratégie royale soutenue par la science de Vauban.

12 mars 1689 : débarquement français en Irlande (Kinsale). Louis XIV envoi 10 000 hommes prêter main forte au roi catholique anglais Jacques II qui s'est fait confisquer sa couronne par Guillaume d'Orange, le protestant. Ce secours ne servira à rien et les franco-irlandais seront battus à la bataille de la Boyne. Lire Le grand exil – les Jacobites en France 1688-1715 de Nathalie Genet-Rouffiac.

12 mars 1854 : alliance contre la Russie. La France, l'Angleterre et le sultan ottoman concluent une alliance contre la Russie. Le traité débouchera sur la guerre de Crimée.


12 mars 1867 : rembarquement des troupes de Bazaine (Mexique - Veracruz). Après cinq années de présence au Mexique et une série de combats glorieux (Puebla, Camerone), les Français ne parviennent pas à soutenir l'empereur catholique Maximilien contre les libéraux et la population. Maximilien est fusillé peu après.

12 mars 1930 : marche du sel de Gandhi (Inde). L'évènement, malgré les apparences, est une bataille que Gandhi remporte sur l'empire britannique. La production de sel est à l'époque un monopole économique de la couronne qui empêche tout indien de recueillir dans la mer sa propre consommation courante. Gandhi annonce qu'il va faire cesser cette injustice et à terme obtenir l'indépendance du pays sans recourir à la violence. Il marche vers l'Océan (300 km) en compagnie d'amis (et de journalistes …) dont il exige qu'ils ne répondent pas à la violence que les soldats britanniques ne manqueront pas de déployer contre eux lorsqu'ils enfreindront la loi et récolteront leur sel. Le charisme de Gandhi est tel qu'aucun des milliers d'Indiens engagés dans cette marche ne cède à la violence alors que 60 000 personnes sont emprisonnées. Les soldats constatant que la courageuse asymétrie qu'acceptent les manifestants, leur fait tenir le mauvais rôle, finissent par renoncer à la force. La stratégie de Gandhi est gagnante parce qu’il sait son combat légitime et surtout que l’empire n’est pas un pouvoir totalitaire.

12 mars 1938 : Hitler annexe l’Autriche. Au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, Hitler décrète l’Anschluss. Ses troupes envahissent le pays voisin, certes sans violence, mais en toute illégalité.

12 mars 1947 : doctrine Truman. La pauvreté économique faisant le lit des révolutions bolcheviques, le président américain décide d’endiguer le péril rouge en proposant une aide économique massive aux pays affaiblis par la seconde guerre mondiale et subissant la pression de l’URSS. Cette aide sera concrétisée par le plan Marshall.

12 mars 1954 : veille de la bataille de Diên Biên Phu. « Les renseignements qui affluent depuis quelques jours au 2e bureau des Forces terrestres du Nord-Vietnam (FTNV) et à celui du Groupement opérationnel du Nord-Ouest ( GONO – l’organisme de commandement français à Diên Biên Phu) ne laissent plus place au doute : l’attaque du camp retranché par les divisions viêt-minh est imminente. De fait, en fin d’après-midi, le colonel de Castries réunit son état-major et les principaux chefs de bataillon et leur annonce : « Messieurs, c’est pour demain ». CDT Yvan Cadeau.

12 mars 1956 : pouvoirs spéciaux en Algérie. Afin de rétablir l’ordre en Algérie et de donner plus de moyens à l’armée, le gouvernement de Guy Mollet demande et obtient les pouvoirs spéciaux après un vote écrasant à l’Assemblée nationale (446 pour, 76 contre).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 13 mars   Mar 13 Mar - 9:25

13 mars 1569 : bataille de Jarnac. Le parti catholique inflige une défaite au parti protestant. Le prince de Condé (protestant) est tué à l’issue de l’engagement.

13 mars 1663 : début de chasse aux pirates (Toulon). Le chevalier Paul, à la tête d’une division navale (6 bateaux), appareille pour attaquer les pirates barbaresques qui harcèlent les navires marchands européens en Méditerranée. Le futur lieutenant général des armées navales, Abraham Duquesne, fait partie de l’équipage de l’un des 6 bateaux.
note : La plupart des commandants ont été formés à bord des bâtiments de l'Ordre de Malte, dont ils faisaient partie.

13 mars 1806 : bataille navale du Cap Vert (Iles du Cap Vert). De Linois revenant d’une campagne dans l’Océan indien tombe malencontreusement sur l’escadre de l’amiral Waren. Il est fait prisonnier.

13 mars 1811 : bataille navale de la Lissa (côte dalmate). L’ile de Lissa servant de repère aux corsaires et à une flotte britannique, l’ordre de nettoyer la zone est donné au contre-amiral Dubourdieu qui déjà l’année dernière a tenté un raid sur l’ile. Malgré la supériorité de la flotte franco-italienne, le capitaine W. Hoste défait les assaillants. Dubourdieu est tué dans l’attaque.

13 mars 1814 : bataille de Reims. Napoléon met en déroute le corps russe du général de Saint-Priest, qui décède de ses blessures après la bataille. Ce dernier est issu de l’émigration des aristocrates français au moment de la Révolution . « Napoléon est à Soissons lorsqu’il apprend la nouvelle de la chute de Reims. C’est un évènement grave, car dès lors, les communications directes entre l’armée de Silésie et l’armée de Bohême sont rétablies. L’Empereur décide de tomber sur Saint-Priest qui occupe le chef-lieu de la Marne. S’il écrase ce dernier, l’échec de Laon, qu’il vient de subir sera effacé et le moral des troupes revu à la hausse. Saint-Priest qui sait que l’Empereur a été battu à Laon se croit en sécurité et dissémine ses troupes autour de la ville…Il n’en croit pas ses yeux, les français attaquent ! A un de ses officiers qui lui demande quelle direction prendre « si on a affaire à l’Empereur des français » le général en chef ennemi répond : « on ne reculera pas ! ».la première brigade des gardes d’honneur (1er régiment et 10ème hussards), commandée par le général Picquet est stoppée net par un adversaire qui fait d’abord bonne contenance, mais qui est finalement enfoncé par la division Ricard. Puis c’est au tour de la deuxième brigade des gardes d’honneur de s’élancer (3ème et 4ème régiments). « Nous chargeâmes donc un contre huit », nous dit Ségur ; onze canons sont pris, Saint Priest est tué, l’armée ennemie totalement battue se replie par la route de Berry-au-Bac ». LCL Georges H.

13 mars 1954 : début de la bataille de Dien Bien Phu (Haut Tonkin). La bataille emblématique de la défaite française en Indochine va durer près de deux mois opposant les 15 000 hommes du camp retranché aux 80 000 Viet Minh du général Giap. Le poste Béatrice est le premier à tomber. A 19h, les obus s’abattent simultanément sur le point d’appui et sur le PC du camp retranché. Lcl Gaucher qui commande la 13e DBLE et Béatrice est tué avec 8 de ses officiers. Survivant des combats contre les Japonais au Tonkin en 1945, Gaucher est, après le LCL Dimitri Amilakvari et le LCL Gabriel Brunet de Sairigné, le 3ème chef de corps de cette jeune unité (13ème DBLE créée en 1940) à tomber au champ d’honneur ; tous trois donneront leur nom à des promotions de Saint Cyr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 14 mars   Mer 14 Mar - 8:42

14 mars 1369 : bataille de Montiel (Espagne). Le roi de France Charles V envoie Du Guesclin en Espagne pour aider à nouveau Henri de Trastamare à reprendre la couronne de Castille à son demi-frère, Pierre le cruel. Cette mission vise aussi à débarrasser la France des compagnies de mercenaires qui, faute de combat, écument le pays. Pierre le cruel s'est allié avec les Anglais, les arabes et les Juifs. Du Guesclin à qui le commandement des troupes a été sagement remis, prépare scrupuleusement l’attaque et ordonne qu’aucun quartier ne soit fait.  Les forces du Cruel sont nettement supérieures en nombre mais manquant d’unité, sont littéralement massacrées.  Le chef de guerre breton remporte une victoire sanglante (la plus meurtrière de sa carrière selon Georges Minois dans Du Guesclin) et se venge de la défaite de Naveja (1367) qui l’avait vu tomber aux mains des Anglais du Prince Noir.

14 mars 1590 : victoire d'Henri IV à la bataille d'Ivry. Luttant contre les ligueurs catholiques conduits par le duc de Mayenne (famille des Guise), le roi protestant Henri IV détruit leur armée pourtant trois fois plus nombreuse et s’ouvre la route de Paris. Avant la bataille, le Béarnais harangue ses troupes : « … ralliez-vous à mon panache blanc, vous le trouverez toujours au chemin de la victoire et de l’honneur. ». Le blanc devient symbole du ralliement à la monarchie.

14 mars 1793 : prise de Cholet. L’armée catholique et royale de Stofflet et de Cathelineau conquiert la ville.

14 mars 1800 : prise de contrôle de la Danaé. Cinq marins français, prisonniers  à bord de la frégate anglaise Danaé se rendent maîtres du bâtiment.

14 mars 1823 : mort du général Dumouriez (Londres). Charles-François du Perrier du Mouriez, dit Dumouriez est un général français tout à la fois héros et traitre de la République. Le livre de J-P Bois permet de comprendre l’itinéraire tourmenté de ce soldat surprenant. Dumouriez : héros et proscrit : un itinéraire militaire, politique et moral entre l’Ancien régime et la Restauration.

14 mars 1917 : le ministre de la Guerre tance les parlementaires (Assemblée nationale). « Interpellé à la Chambre des députés, le Général Lyautey  alors ministre de la Guerre, répond par un discours dûment préparé dans lequel il déplore le manque de discrétion des débats sur les questions techniques, même en comité secret, parce qu’il estime «…en pleine responsabilité, que c’est exposer la défense nationale à des risques pleins de périls… ». Il était parfaitement au courant des nombreuses fuites et interprétations diverses auxquelles donnaient lieu les débats parlementaires (dont les Allemands n’ignoraient rien). Il se refusait en outre à cautionner par sa présence au ministère l’offensive préparée par le Gal Nivelle et soutenue par le gouvernement en vue de la conquête du Chemin des Dames. Il est aussitôt attaqué par les députés qui considèrent comme une injure personnelle l’idée qu’un secret de défense nationale puisse ne pas être conservé par six cents bouches. Le 3 avril suivant, Lyautey était replacé à la tête de la résidence générale au Maroc ».  Ephéméride TDM.

14 mars 1945 : largage de Disney. (Pays-Bas). 9 Forteresses B-17 du 92nd BG larguent leurs "Disney rockets" sur les abris de la base de sous-marins d'Ijmuiden. La Disney Rocket-Assisted Bomb" est une des armes alliées destinées à la destruction des abris "super durcis", tels que ceux des U-boot. Imaginée par un officier de la Royal Navy, cette bombe a une masse de 4500 livres. Elle doit être larguée à environ 20000 pieds. Lorsque la bombe arrive vers 5000 pieds, un dispositif barométrique allume la fusée qui augmente la vitesse de l'arme jusqu'à 730 m/s à l'impact. Cette munition a été utilisée pour la première fois le 10 février 1945. Chaque B-17 charge une seule "Disney rocket". Au total, 158 seront larguées pendant la WW2. LCL Pierre B.

14 mars 1954 : Gabrielle est attaqué (Indochine - Haut Tonkin). La bataille de Dien Bien Phu a commencé hier avec la chute de Béatrice, écrasé sous un déluge d'obus d'artillerie puis une marée de soldats Viet Minh. Gabrielle, le poste le plus au Nord est attaqué à son tour et tombe dans la matinée du 15. Les combats sont d'une extrême violence. Les bataillons viets subissent d’énormes pertes lors des assauts qui finissent systématiquement au corps à corps. L’ennemi submerge les défenses françaises grâce à la loi du nombre. Les actes d'héroïsmes sont très nombreux.

14 mars 2007 : mort de Lucie Aubrac (Issy les Moulineaux). Résistante célèbre pour son courage. De son vrai nom Lucie Samuel, née Bernard. Elle était l’épouse de Raymond Aubrac, décédé en avril 2012.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 15 mars   Jeu 15 Mar - 8:18

15 mars - 60 : bataille de Magetobriga (Alsace). Les riches terres de l'Alsace actuelle attirent les Germains qui passent le Rhin en - 72. Les tribus gauloises finissent par s'unir pour tenter de repousser les envahisseurs, mais sont vaincues et doivent se replier vers « l'intérieur ». César, nommé consul des Gaules en - 59, est appelé à l'aide par les Éduens. Après avoir tenté de négocier avec Arioviste, le chef des germains, César prend conscience du danger que représentent ces peuplades non seulement pour les Gaules mais aussi pour Rome et décide de régler le problème : la bataille de Ochsenfeld (- 58) boute les Germain sur la rive Est du Rhin.

15 mars - 44 : assassinat de Jules César (Rome). Au pouvoir depuis cinq ans, César, en modernisant Rome, accroit son pouvoir et inquiète les sénateurs. Une soixantaine d'entre eux fomentent un complot et le tuent en réunion.
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t37-biographie-de-jules-cesar

15 mars 1311 : bataille de Copais (Grèce). À la suite d'un désaccord entre anciens alliés, la chevalerie franque du duché d'Athènes est sévèrement battue par la compagnie catalane, petite armée de mercenaires espagnols qui avait initialement vendu ses services à l'empire byzantin pour lutter contre les Turcs.

15 mars 1891 : première publication du Rôle social de l’officier . Lorsque l'article paraît dans La Revue des deux mondes, le retentissement est grand. Écrit sans signature pour ne pas mettre à mal le devoir de réserve, le texte est concis et clair, le style incisif. En cette fin de siècle, la description faite des travers de l'armée est sévère mais juste et se veut constructive. Elle n'est pas une lubie subite puisque elle s'appuie sur une observation du corps de troupe pendant près de vingt ans. Vite découvert, Lyautey est autant félicité que critiqué mais n'est pas inquiété outre mesure par sa hiérarchie. Les principes développés par Lyautey étaient déjà en partie connus et vont finir progressivement par être appliqués.

15 mars 1892 : naissance de Charles Nungesser (Paris). Personnage hors normes dont la vie est un roman. As de l'aviation française pendant la Première Guerre mondiale avec 43 victoires homologuées. Il disparait avec François Coli le 8 mai 1927, au-dessus de l'Atlantique, lors d'une tentative de traversée Paris-New York sans escale à bord de L'Oiseau blanc. Durant la bataille de Verdun, il remporte 10 victoires en combat aérien.

15 mars 1916 : à la poursuite de Pancho Villa (Mexique). Le président américain Woodrow Wilson ordonne au général Pershing une expédition punitive contre Pancho Villa dont les hommes viennent d’attaquer la ville américaine de Colombus (09/03/1916). Pershing franchit la frontière le 15 mars et cherche pendant près d’un an en territoire mexicain celui qu’on soupçonne d’être à la solde de Guillaume II pour semer des troubles sur la frontière américano mexicaine dans le but de faire diversion aux opérations européennes. A noter que le futur général Patton et le futur général puis président Eisenhower participaient en tant que lieutenant à cette incursion mexicaine.

15 mars 1935 : le service militaire français passe de 1 à 2 ans. Le contingent appelé sous les drapeaux est à l’époque fort de 230 000 hommes, cependant, le gouvernement français s’aperçoit, après une petite étude démographique, qu’il ne sera plus que de 118 000 hommes en 1936, avec l’arrivée des classes creuses (dues à la Première Guerre Mondiale).  Le lendemain, Adolf Hitler annonce le rétablissement du service militaire en Allemagne portant les effectifs de la Wehrmacht de 100 000 à 500 000 hommes.

15 mars 1939 : l’Allemagne envahit la Tchécoslovaquie. Après l’annexion des Sudètes en 1938, le gouvernement tchécoslovaque a perdu sa ligne de défense (équivalente en modernité à la ligne Maginot). Il a aussi perdu toute crédibilité face aux indépendantistes slovaques et ruthéniens qui la veille (14 mars) par l'intermédiaire de Mgr Tiso ont proclamé l’indépendance de la Slovaquie. La Wehrmacht envahit ainsi la Bohême-Moravie sans encombre mais en violant les accords de Munich. L’Allemagne prend le contrôle des usines d’armement Skoda. A noter que le parc allemand de chars moyens lors de la campagne de France était composé d’un tiers de chars d’origine tchécoslovaque (Panzer 35 et 38).

15 mars 1941 : opération Savannah (région de Vannes). Pour la première fois, un commando de 5 Français (FFL) est parachuté en France. Commandé par le capitaine Bergé, l’objectif du commando lui a été dévoilé moins de 2 semaines auparavant : tendre une embuscade au personnel d’une escadrille spécialisée de la Luftwaffe qui conduit des bombardements de nuit sur Londres. Les services secrets anglais n’ayant personne pour cette mission se sont résignés à demander l’appui de la France Libre, à qui ils fournissent les moyens logistiques. Une fois sur place, le capitaine Bergé constate que les renseignements ayant provoqué la mission sont erronés, l’empêchant d’agir. Il décide de disperser ses hommes pour ramener un maximum de renseignements sur différents secteurs, en attendant de se faire exfiltrer comme prévu quinze jours après. Seuls deux commandos rejoignent Bergé sur le sous-marin venu les récupérer. Si la mission initiale n’a pas pu être réalisée, les renseignements ramenés par les 3 hommes s’avéreront d’une importance stratégique pour d’autres opérations. Savannah a aussi permis de valider le concept de telles incursions en territoire occupé, tout en renforçant la crédibilité de Forces Françaises Libres encore embryonnaires. Une promotion de l’École militaire interarmes porte le nom de général Bergé (1998-2000).

15 mars 1954 : point de situation à Dien Bien Phu (Indochine – Tonkin). « Au matin du 15 mars 1954, le réveil est difficile pour la garnison de Dîen Biên Phu : Gabrielle, aux termes d’une défense énergique qui a duré toute la nuit, tombe. La contre-attaque conduite à l’aube parle 5e bataillon parachutiste vietnamien (5e BPVN), largué la veille et engagé dans les pires conditions,  appuyé de deux compagnies du 1er bataillon étranger parachutiste (1er BEP) et d’un peloton de M 24 Chaffee, s’est heurté à de forts éléments de l’armée populaire qui l’attendaient. Surtout, par suite d’incompréhensions et de mauvaises interprétations des ordres, la mission de reprendre Gabrielle s’est transformée en mission de recueil des derniers défenseurs... Avec la chute de Gabrielle, c’est l’une des pièces maîtresses du camp retranché qui s’évanouit : la protection de la piste d’aviation, élément clé du dispositif français, n’est plus assurée. Avant la bataille, l'organisation défensive de Diên Biên Phu reposait sur trois sous-secteurs comprenant au total 8 centres de résistance (CR) -auxquels des prénoms féminins avaient été donnés. Chaque CR était défendu par la valeur d’un bataillon et était divisé en points d’appui (PA) qu’une compagnie occupait. Au 15 mars, deux CR parmi les plus importants ont disparu. Par ailleurs, les deux bataillons de réserve générale (1er BEP et 8e Choc) chargés des contre-attaques ont été entamés et/ou sont dépensés dans des missions défensives. A cette date, si le sort de la bataille n’est pas encore joué, les chances de succès français ont été considérablement réduites ». CDT Ivan Cadeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chronique du 16 mars    Ven 16 Mar - 8:43

ERRATUM pour le 15 mars 1916 : à la poursuite de Pancho Villa. Même si Eisenhower était stationné au Texas (Fort San Antonio) à l’époque, il n’a pas participé à l’expédition punitive américaine au Mexique et était dans les préparatifs de son mariage. Le lieutenant Patton, lui, y était bien.   Merci au COL Martin R.

16 mars 1720 : édit royal organisant la maréchaussée.  Une ordonnance royale crée une compagnie de maréchaussée « pour veiller à la sûreté publique » au niveau de chaque gouvernement ou provinces. Elle est divisée en lieutenances, elles-mêmes fractionnées en brigades. La brigade est composée de 4 à 5 hommes qui surveillent les routes et paroisses rurales situées dans leur arrondissement ou district.

16 mars 1797 : bataille du Tagliamento (ou Valvasone). Pour stopper l’expédition française de l’armée d’Italie qui s’aventure jusqu’aux marches de l’empire, François II, empereur d’Autriche envoie l’un de ses meilleurs généraux, Charles Louis d’Autriche à la rencontre du général Bonaparte. L’Autrichien choisit les plaines du Tagliamento propices à l’emploi de sa cavalerie. Dès son arrivée, Napoléon fait immédiatement engager le combat par ses avant-gardes.  Il l’interrompt au bout de quelques heures et ordonne le bivouac au gros des forces simulant une fatigue de ses troupes. Le général autrichien décide de faire de même sur la rive opposée sans s’être aperçu que le Tagliamento est franchissable à gué en plusieurs endroits. Une fois le relâchement des forces autrichiennes certain, à un signal convenu d’avance, les troupes françaises, conduites notamment par Bernadotte, reprennent les armes et se ruent sur l’ennemi qui ne parvient pas à se réorganiser. La défaite autrichienne est totale.

16 mars 1802 : 2ème création de West Point (USA). L’académie militaire a été créée une première fois par un vote du congrès en date du 9 mai 1794. L’organisation de l’école doit alors beaucoup au lieutenant-colonel Béchet de Rochefontaine (1755-1814), un officier français émigré qui fut nommé à la tête du génie américain de 1795 à 1798. Le 16 mars 1802, l’école est recrée, suite à la séparation des corps de l’artillerie et du génie américains. Durant la guerre d’Indépendance américaine, Georges Washington constate que ses troupes ne maîtrisent ni la guerre de siège ni la fortification et demande à Louis XVI le renfort du génie militaire français. Quelques semaines avant Lafayette, le capitaine le Bègue du Portail est envoyé officieusement au nouveau monde avec une poignée de camarades ingénieurs militaires. Il  crée l’arme du génie américaine dont la devise est d’ailleurs  toujours « Essayons ». Il supervise la construction des défenses de West-Point que le président Jefferson baptise finalement en 1802, USMA (académie militaire des Etats-Unis). C’est encore le général français Simon Bernard qui définit les études à West Point et crée toutes les défenses de la côte Est des Etats-Unis dont Fort Monroe. Le président américain Van Buren décrètera un deuil de 30 jours en apprenant la mort de Bernard ! L’ingénieur Pierre Charles l’Enfant quant à lui dresse les plans de Washington, dessine l’insigne de la société des Cincinnati et repose aujourd’hui au cimetière d’Arlington. Sans oublier Louis de Tousard (1749-1817) qui joue un rôle fondamental pour l’artillerie américaine.  Le bon mot qui court à West Point « Much of the History we teach was made by people we taught » peut tout à fait s’adapter à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr (créée aussi en 1802 par Napoléon).

16 mars 1863 : début du siège de Puebla (Mexique). Le général Forez met le siège à la ville tenue par les défenseurs mexicains. Puebla tombe le 17 mai.

16 mars 1882 : création du corps du contrôle de l’administration de l’armée.

16 mars 1943 : la Guyane rejoint de Gaulle. « La population de la Guyane proclame son rattachement à la France libre et acclame les deux Républiques américaines (USA et Brésil) en guerre contre l’axe. Le maire de Cayenne s’adresse directement au Gal de Gaulle en s’affranchissant de la tutelle du Haut- Commissaire pour les Antilles et la Guyane, l’amiral Robert, mis en place par le gouvernement de Vichy ». Ephéméride des TDM.

16 mars 1968 : massacre de Mylai (Vietnam). La compagnie "C" à laquelle appartient le Ltn Calley tue entre 300 et 500 civils dans le village de Mi Lay  au cours d’une opération planifiée. L'officier de 26 ans prétend avoir obéi aux ordres de son capitaine, Ernest Medina, mais la cours martiale ne retient que la responsabilité personnelle et le condamne à la prison à vie pour le crime de 22 civils. Le président Nixon intervient trois jours plus tard pour commuer sa peine. Il est gracié en 1974 après 3 années de prison. Le scandale est grand dans l'opinion publique américaine. Des photos prises juste après le massacre, mais publiées au moment du procès, montrent au grand public des cadavres de civils dont beaucoup sont ceux de femmes et d’enfants.

16 mars 1978: naufrage de l’Amoco Cadiz (Portsall - Finistère). « L’Amoco Cadiz, pétrolier géant battant pavillon libérien s'échoue sur les rochers de Portsall avec à son bord 220 000 tonnes de pétrole brut qui vont très rapidement souiller 350 km de côtes bretonnes. Cette catastrophe écologique est à l'origine d'une prise de conscience des pouvoirs publics ayant conduit au renforcement des pouvoirs et des moyens des préfets maritimes: pouvoir de mise en demeure, mise en place d'un radar à Ouessant, affrètement de puissants remorqueurs de haute mer sur chaque façade maritime... ». CV Bertrand D.

16 mars 1988 : bombardement chimique d’Halabja (Irak). Les Kurdes irakiens ayant pris le parti des Iraniens, Saddam Hussein fait bombarder Halabja avec de l’armement chimique en représailles : 5000 morts (principalement des civils)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chronique du 17 mars   Sam 17 Mar - 8:45

17 mars : Saint Patrick (patron de l’Irlande). En 1690 à la demande de Louis XIV, une brigade irlandaise est constituée à partir de réfugiés de l'armée du roi Jacques II, dernier roi catholique d’Angleterre (défaite de la Boyne et prise de Limerick) et compte 6000 hommes en 1698. Composée d’1 régiment de cavalerie et de 5 régiments d'infanterie, elle se distingue à la bataille de Fontenoy (1745) ce qui lui vaut estime et récompenses de la part du roi Louis XV. Ces soldats irlandais, surnommés Wild geese (Oies sauvages), entendent poursuivre la lutte pour la cause irlandaise et constituent pour le Roi de France un apport militaire non négligeable. La brigade est dissoute à la Révolution. Napoléon 1er récrée en 1803 une Légion irlandaise qui est licenciée lors de la Seconde Restauration. Le 87e (dissous) et 92e régiment d’infanterie sont issus respectivement des régiments irlandais de l’armée royale de Dillon et de Walsh.

17 mars 1677 : prise de Valenciennes. Durant la guerre de Hollande, Louis XIV en personne, secondé par plusieurs maréchaux et Vauban (alors lieutenant-général) fait le siège de Valenciennes, garnison appartenant au Saint Empire. Conseillé par Vauban, le roi décide d’attaquer de jour contrairement aux habitudes de l’époque afin de surprendre l’ennemi. La ville est prise de manière fulgurante (30 minutes) par mousquetaires et grenadiers qui, constatant la surprise et la fuite de l’ennemi, exploitent leur avantage jusqu’à la reddition. (cf. Image).

17 mars 1769 : arrivée de Bougainville (Saint-Malo). Louis-Antoine de Bougainville boucle son tour du monde avec la frégate Boudeuse et la flûte Etoile après deux ans et quatre mois de navigation, consacrée principalement à l’exploration scientifique. Capitaine d’infanterie, colonel des Dragons et capitaine de vaisseaux , Bougainville finit « officier général de terre et de mer, le premier circumnavigateur français ».

17 mars 1808 : création du Baccalauréat. Par décret de Napoléon Ier, lors de l’instauration de l’Université.

17 mars 1916 : Guillaume Apollinaire est blessé à la tête. Wilhelm Apolinaris de Kostrowitzky (son vrai nom) est d’origine polonaise. Il s’engage dans l’armée française en décembre 1914 (38ème régiment d’artillerie de campagne). Naturalisé français le 9 mars 1916, il est blessé d’un éclat d’obus à la tête le 17, au Bois des Buttes. Affaibli par la blessure reçue, il meurt des suites de la grippe espagnole le 9 novembre 1918.

17 mars 1945 : le pont de Remagen s'effondre (Allemagne). Les ponts sur le Rhin sont tous détruits sauf le pont Ludendorff à Remagen pour d'obscures raisons administratives. Découvrant cette aubaine, les Américains qui viennent de remporter la bataille des Ardennes, se ruent le 7 mars sur Remagen. En moins de 30 minutes, la section du lieutenant Timmerman prend le pont que le petit détachement allemand n'est pas parvenu à faire sauter à cause de l'explosif médiocre utilisé. Le général Eisenhower modifie ses plans d'invasion de l'Allemagne pour profiter du passage et fait franchir 8000 hommes immédiatement. Dans les jours qui suivent, les Allemands tentent de détruire l’ouvrage avec les nageurs de combat de Skorzeny puis des attaques de V2 et enfin par deux Arado Ar-234B "Blitz" (premier bombardier à réaction), mais échouent. Cependant, le pont s'écroule 10 jours après sa conquête, ébranlé par les combats et l’onde de choc créée par l’explosion d'un V2. Une compagnie de sapeurs américains qui travaille au durcissement de l'ouvrage est durement frappée par l'accident : l'équivalent d'une section périt dans le Rhin.

17 mars 1954 : révélation sur les travaux atomiques français. René Pleven, ministre de la Défense nationale et des forces armées annonce lors d’un débat budgétaire que le CEA est en mesure à court terme de fabriquer des bombes nucléaires et de se lancer dans la propulsion nucléaire de navires. Le 13 février 1960 dans la région de Reggane en Algérie a lieu le premier essai nucléaire français, baptisé Gerboise bleue. En 1971, lancement du premier missile balistique depuis le Redoutable, premier SNLE français. Le Redoutable a quant à lui été lancé le 29 mars 1967. Lire de Patrick Boureille, La Marine et le fait nucléaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chronique du 18 mars   Dim 18 Mar - 8:31

18 mars 1314 : exécution de Jacques de Molay, 23e et dernier maitre de l’Ordre du Temple. « Arrivant aux plus hautes fonctions en 1292 soit un an après la chute de Saint-Jean-d’acre, il veille à réorganiser l’ordre entre ses fractions d’Orient et d’Occident, à reconquérir les lieux saints et étendre ses alliances politiques avec les souverains européens. Sur ordre de Philippe le Bel, il est arrêté en 1307 et accusé, ainsi que l’ensemble de l’ordre, d’hérésie et de pratiques obscènes. Après un procès lapidaire, il est supplicié sur un bûcher dressé sur l’île aux Juifs à Paris, actuellement square de Vert-Galant sur le Pont Neuf. La légende voudrait qu’il ait alors lancé une malédiction sur la dynastie des Capétiens. Maurice Druon dans Les rois maudits, et les adaptations télévisée éponymes, ont largement contribué à la populariser ».  CNE Jean-Baptiste P.

18 mars 1871 : début du soulèvement de « la commune de Paris ». Première insurrection prolétarienne selon Karl Marx, elle est involontairement déclenchée par la tentative de récupérer les canons que le « petit peuple Parisien » conserve à Montmartre à la suite de la guerre franco-prussienne. Les généraux Leconte et Thomas sont faits prisonniers puis assassinés par la population et une partie de la troupe. L'insurrection dure 2 mois et sera très sévèrement réprimée par l'armée.

18 mars 1913 : mort du général André (Dijon). Né en 1838, Louis Nicolas André est polytechnicien et choisit l'artillerie, arme dans laquelle il fait une belle carrière en raison de réelles qualités techniques et de commandement. Positiviste et libre penseur, il se range dans le camp des Dreyfusards au moment de l'Affaire et dévoile son attachement à la République ce qui pour l'époque et le milieu des officiers est encore assez peu répandu. Nommé général en 1893 autant pour ses qualités que ses appuis (camarade de promotion du Président Sadi Carnot), il commande l'École polytechnique puis est appelé par Waldeck Rousseau comme ministre de la guerre en 1900. Républicain convaincu, André cherche à promouvoir les officiers de même sensibilité politique que lui et cautionne plus ou moins clairement le système des fiches mis en place par le Grand Orient de France et l'un des officiers de son cabinet. Le fichage est révélé et déclenche un scandale politique qui l'oblige à démissionner après 4 ans passés au ministère.

18 mars 1915 : attaque navale des Dardanelles (détroit des Dardanelles): La flotte franco-britannique, commandée par l’amiral Guépratte et l’amiral de Robeck, bombarde les forts intérieurs du détroit des Dardanelles et est soumise à une riposte intense de l’artillerie germano-turque. Le cuirassé Bouvet, touché par une mine, coule en 50 secondes tuant 637 marins dont le commandant, le capitaine de vaisseau Rageot de La Touche. Les cuirassés L’irrésistible et L’Océan, coulent eux aussi après avoir heurté une mine mais leur équipage est sauvé. Voir la RHA n°79 et n°143 ou consulter le catalogue en ligne de la bibliothèque du SHD qui possède au moins 217 ouvrages traitant de cet épisode.
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t26-lexpedition-des-dardanelles

18 mars 1916 : prémices de l’attaque du 111ème RI ( Malancourt – Verdun). Les reconnaissances aériennes françaises signalent de toutes nouvelles tranchées allemandes près du bois d’Avaucourt. Deux jours plus tard, la 11ème division bavaroise du général Kneussel attaque le secteur du 111ème RI (au front depuis 34 jours) après un bombardement d’une violence inouïe. Le front rompt sans presque combattre permettant aux Allemands de prendre à revers l’état-major de la 57ème brigade. 2500 soldats du 111ème RI sont capturés. Cette affaire fait grand bruit jusqu’à Paris et le 111e RI est dissous après enquête de commandement. C’est le seul régiment d’active à être sanctionné de la sorte de toute la grande guerre.

18 mars 1921 : assaut contre les marins révoltés de Kronstadt. Lassés par les violences de la Révolution communiste et surtout irrités de voir le pouvoir confisqué par Lénine, la garnison de Kronstadt se mutine. Les troupes de Trotsky, commissaire à la guerre et fondateur de l'Armée rouge, attaquent l'île de Kronstadt et exécutent 900 marins pendant que 9000 autres fuient vers la Finlande

18 mars 1962 : signature des accords d’Evian. Louis Joxe (représentant la France) et Belkacem Krim (FLN) signent l’accord qui prévoit la reconnaissance de la souveraineté de l’Algérie, l’évacuation progressive du territoire par la France, une aide économique pour 3 années encore et un cessez le feu pour le lendemain. Le conflit est officiellement terminé mais sur le terrain des combats vont pourtant se poursuivre.

18 mars 1963 : le Balzac de Dassault passe du vol stationnaire à l’horizontal. Lors de son 17ème vol, le prototype de Dassault réussit la transition entre le décollage vertical et le vol horizontal.

18 mars 1965 : première sortie dans l’espace. Le cosmonaute soviétique Alexei Leonov sort du vaisseau Voskhod 2 pendant 12 minutes. C’est ce même Leonov qui à bord de Soyouz 19 s’arrimera au vaisseau Apollo 18 en juillet 1975 lors de la première mission spatiale conjointe USA-URSS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 19 mars    Lun 19 Mar - 8:38

19 mars 1793 : l’ile Bourbon devient La Réunion (Océan Indien).

19 mars 1799 : début du siège de Saint Jean d’Acre (Syrie). Le rêve oriental de Bonaparte meurt devant Acre. Il a jusqu’à présent remporté une série de victoires (Pyramides, Mont Thabor) mais après 2 mois de siège de la ville et quelques 11 assauts infructueux, Bonaparte se repliera. La ville assez peu fortifiée selon les normes de l’époque est cependant remarquablement défendue par le Pacha Djezzar qui se fait conseiller par le colonel d’artillerie Antoine de Phelippeaux (condisciple de Bonaparte à l’école royale militaire de Paris en 1785 puis émigré passé au service de la Grande-Bretagne) et le capitaine de vaisseau britannique Sidney Smith. Lire la série que le LCL (ER) Fabrice Delaître a consacré à ces batailles (St Jean d’Acre, Héliopolis) chez Historic’one.

19 mars 1807 : début du siège de Dantzig (actuelle Gdansk – Pologne) . Alors qu’il progresse plein Est, à la poursuite de l’armée russe de Bennigsen, Napoléon veut éviter de laisser sur ses arrières la ville portuaire de Dantzig où un débarquement coalisé viendrait menacer l’aile gauche de son armée. L’empereur envoi le maréchal Lefebvre diriger le siège de la forteresse. Secondé par le général Chasseloup-Laubat qui commande le génie, il maintient l’ennemi dans ses murs et parvient même à repousser les tentatives de débarquement russes, britanniques et suédoises depuis la Vistule. La chute, le 29 avril, de Stralsund (ville portuaire prussienne plus à l’Ouest) qu’assiège depuis janvier 1807 le maréchal Mortier, permet d’amener les renforts et conduit indirectement à la capitulation de Dantzig le 27 mai. Lefebvre est nommé duc de Dantzig par Napoléon. L’arme du génie a choisi cette bataille comme fête d’arme puisque selon l’empereur lui-même, « le génie s’y est couvert de gloire ».

19 mars 1945 : entrée des forces françaises en Allemagne : La 6°Cie du II/4e RTT est la première unité française à franchir la rivière Lauter (qui marque la frontière entre la France et l’Allemagne) et s’empare du village de Scheibenhardt. Unité de l’armée d’Afrique, le 4e régiment de tirailleurs tunisiens s’est déjà distingué lors des combats du Belvédère et dans les âpres combats des Vosges à l’hiver 1944.

19 mars 1962 : cessez le feu en Algérie. La guerre d'Algérie s'achève officiellement ce jour-là, même si de très nombreuses exactions sont commises par le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA) après la signature du cessez-le feu.

19 mars 1982 : occupation de l'ile britannique de Géorgie du Sud par des Argentins. Une quarantaine de ferrailleurs argentins débarquent à San Pedro pour démanteler les restes d'un cargo ayant servi d'usine baleinière. Peu après, ils hissent le drapeau argentin provoquant l'indignation des autorités britanniques locales qui télégraphient immédiatement à Londres. Les iles de Géorgie du Sud sont gérées par Port Stanley, chef-lieu des iles Falkland (situées à 1300 km de San Pedro).

19 mars 1997 : mort de Jacques Foccart (Paris). Résistant, officier de réserve au SDECE, secrétaire général du RPF puis des Affaires Africaines et Malgaches, il est le M. Afrique du général de Gaulle puis de Pompidou de 1959 à 1974. Il fut aussi cofondateur du SAC (service d'action civique). Considéré parfois comme l'un des personnages les plus puissants de la Veme République, il s'est avant tout singularisé par son rôle dans le processus de décolonisation en Afrique. Lire le syndrome Foccart – la politique française en Afrique de 1959 à nos jours de Jean-Pierre Bat.

19 mars 2003 : début de la seconde guerre d'Irak. Officiellement, pour éliminer les stocks irakiens d’armes de destruction massive, cette deuxième campagne anglo-saxonne s’est achevée en décembre 2011. Aucune de ces armes n’a été trouvée, mais Saddam Hussein a été arrêté puis exécuté.

19 mars 2011 : début de l'intervention en Libye. La résolution 1973 de l’ONU instaurant une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye, la France déploie l’opération Harmattan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 20 mars   Mar 20 Mar - 8:47

20 mars 1800 : bataille d'Héliopolis (Egypte). Assurant le commandement de l’armée d’Égypte depuis le départ de Bonaparte, le général Kléber sort du Caire et s’oppose aux charges de janissaires (65 000 hommes) en formant ses quatre brigades en carrés (15 000 hommes au total) sur la rive droite du Nil. Il remporte la bataille et matte la rébellion qui se développe dans Le Caire. Son assassinat le 14 juin marque le tournant de la fortune des Français en Égypte, avec une reddition finale le 31 août 1801.

20 mars 1814 : bataille d'Arcis sur Aube. Durant la campagne de France qui conduit l'Empereur à abdiquer, Napoléon donne un sursis à Paris en obligeant les forces coalisées à rebrousser chemin. Il livre bataille à Arsis sur Aube croyant prendre à revers les Autrichiens. Les Français  (28 000 hommes) se battent très bien contre plus nombreux qu'eux obligeant l'ennemi à se réorganiser. Lorsque Napoléon attaque à nouveau, c'est à l'armée coalisée entière (90 000 hommes) qu'il a affaire et il se résout à battre en retraite pour ne pas être écrasé.

20 mars 1894 : création du ministère des Colonies. Auparavant les affaires coloniales étaient traitées par les ministères de la Marine ou du Commerce, selon leur objet.

20 mars 1908 : naissance du colonel Roger Trinquier. « Officier des troupes coloniales, pionnier des parachutistes, il a combattu en Indochine de 1934 à 1955 que ce soit à la tête d’un poste isolé, d’un commando du 5e RIC/CLI ou en dirigeant le service action du SDECE. Adjoint du général Massu lors de la bataille d’Alger, il remplace le général Bigeard à la tête du 3e RPC. Membre du comité de salut public, il reprend ensuite le combat à la tête de son régiment. Proche du général Salan qu’il a connu au Tonkin, il ne prend pas part au putsch des généraux même s’il restera fidèle à ses compagnons d’armes impliqués. Auteur de La Guerre moderne, éditions de la Table Ronde, 1961 ; il est un des théoriciens de la guerre contre-insurrectionnelle et une référence en la matière dans les écoles de guerre, en particulier au Panama ainsi qu'aux États-Unis ». CNE Christophe I.

20 mars 1912 : création du service de l’aviation maritime (Fréjus Saint-Raphaël). Par décret présidentiel et sur les bases des recommandations de la commission Le Pord (1910), la future aéronavale voit le jour. Elle est initialement constituée d’un hydravion Canard Voisin embarqué sur le croiseur Foudre dont le premier commandant est le capitaine de frégate Fatou (par ailleurs commandant supérieur de l’aviation maritime).

20 mars 1917 : entrée en guerre des Etats-Unis (Washington). « Le président Wilson convoque le Congrès des Etats-Unis en session extraordinaire. A l’unanimité, le gouvernement décide d’engager le pays dans la guerre. » LCL R. Porte.
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t20-2017-centenaire-de-l-intervention-de-l-aef

20 mars 1929 : mort du maréchal Foch (Paris). A l’âge de 77 ans. Il repose aux Invalides.

20 mars 1995 : attentat au sarin à Tokyo (Japon). La secte Aum Shinrikyo (la vérité suprême) disperse du sarin (liquide neurotoxique) dans le métro tuant 10 personnes et en blessant plus de 4000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 21 mars   Mer 21 Mar - 9:32

21 mars 1801 : bataille de Canope ou d’Alexandrie (Egypte). Devenu général en chef des troupes françaises en Egypte après l'assassinat de Kleber, le général Menou ne fait pas l'unanimité de ses généraux : bon organisateur, il est cependant jugé piètre tacticien, ce que la bataille de Canope va confirmer. Sa conversion à l'Islam et son mariage avec une Egyptienne accentuent les mauvaises relations entretenues au sein de son état-major. Lorsque les Anglais d'Abercromby débarquent en force à Aboukir (16 000 hommes) le 8 mars, il tarde à intervenir, les laissant écraser la petite garnison d'Aboukir puis s'installer efficacement. Réalisant que chaque jour qui passe renforce les Anglais, il décide d'attaquer le 21 dans la nuit. Après une diversion réussie, l'attaque sur le centre du dispositif anglais échoue : Le général Lanusse, mortellement blessé, laisse ses troupes désemparées. L'obscurité et le manque de coordination conduisent à des combats fratricides. L'assaut est manqué. Menou, mal renseigné sur les opérations en cours, lance tout de même sa cavalerie. Les dragons tuent Abercromby mais sont eux-mêmes anéantis. Menou se replie à Alexandrie où il capitule le 31 août. La campagne d'Egypte est finie.

21 mars 1803 : exécution du duc d’Enghien (Vincennes). Le nombre relativement important de complots (échoués ou réprimés) contre le Premier Consul font craindre à Napoléon Bonaparte une tentative majeure de prise du pouvoir de la part des émigrés royalistes français. Conseillé par Talleyrand qui voit dans le duc d’Enghien une menace potentielle que pourraient utiliser les Anglais contre la France, Napoléon Bonaparte fait secrètement arrêter le duc à Ettenheim (près de Baden) par son homme de confiance, le général Savary. Le duc d’Enghien est jugé dès son arrivée au château de Vincennes de manière expéditive, sans possibilité de défense, et sans pouvoir prendre connaissance des éventuelles preuves l’incriminant. Il est fusillé dans les fossés du château immédiatement après la sentence de mort.

21 mars 1814 : bataille d’Arcis-sur-Aube. « Après une nuit de combat à 1contre 2, les troupes du maréchal Ney ont tenu en échec les Bavarois à Torcy-le-Grand. Voyant la combativité des français et surestimant leur nombre, le Prince Schwarzenberg hésite à lancer son l’offensive vers Arcis-sur-Aube. Napoléon prend l’initiative le matin du 21 mars, mais se retrouve face à un dispositifs de 100 000 hommes et 370 canons. Il ordonne alors le repli sur la rive droite de l’Aube en passant par le pont d’Arcis. Schwarzenberg attaque à 16h30, mais Oudinot couvre la retraite et résiste avant de détruire le pont vers 21h. En Russie, au Württemberg et en Bavière, cette bataille est commémorée comme une victoire sur Napoléon ».  CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).

21 mars 1905 : le service passe à deux ans. La loi du 21 mars 1905, porte le service militaire à deux ans et supprime toutes les dispenses sauf l'incapacité physique.  Les polytechniciens et saint-cyriens sont tenus de servir un an dans les régiments avant d'intégrer leur école. Les élèves des grandes écoles  accomplissent la 1° année dans le rang et la 2° comme sous-lieutenant. Les autres diplômés peuvent au bout d'un an, après concours, devenir élève-officier de réserve et être nommés sous-lieutenant au bout de 18 mois.
                                 
21 mars 1918 : opération Michael. Le commandant en chef des forces allemandes, le général Luddendorf, lance à la charnière entre les zones d'action britannique et française l'opération destinée à percer le front allié dans le secteur de la Somme, en direction d'Amiens. Les Allemands engagent l’Abteilung 1 composé de 5 tanks A7V et de 5 Mark IV Britanniques (tanks pris aux britanniques). Pour la première fois, le front est percé et les alliés jettent toutes les troupes disponibles pour combler la brèche. Leur mauvaise coordination pour faire face à cette menace conduira cinq jours plus tard (conférence de Doullens) à confier au général Foch la coordination des armées sur tout le front Ouest.

21 mars 1946 : prise de Thakkek (Laos). Le commando Léger n°2 (appartenant au 5ème RIC) prend la ville de Thakkek occupée par 1300 Viet Minh. Ce Commando a été affecté début février au Laos et mis à la disposition du Col de Crevecoeur. Il  est le premier avec le Commando Conus,  le 1er bataillon de Chasseurs laotiens (BCL) et deux pelotons de scout-cars à exploiter le désarroi causé par l’aviation alliée dans les rangs du VM pour investir Thakkek. L’opération est commandée par le Ces Vaucheret (bigor) qui sera tué au cours de l’action et remplacé par le Cba Delaplanque. Le bilan de notre côté est de 19  tués dont 4 officiers et 8 Européens et de 30 blessés dont 17 Européens. L’ennemi laisse sur le terrain 250 tués, 150 prisonniers, 3 canons de 80, 1 de 25 et 10 mortiers. Le nettoyage de la région de Vientiane est entrepris aussitôt. Ephéméride des TDM.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 22 mars   Jeu 22 Mar - 8:43

22 mars 1421 : bataille du Viel Baugé (Maine-et-Loire). Thomas, duc de Clarens et frère du roi d'Angleterre (Henry V) est chargé par ce dernier d'accroitre les possessions anglaises en France. Il vient d'échouer à prendre Angers et se dirige vers Tours lorsqu'il apprend que le Dauphin Charles (le futur roi de France, Charles VII) bénéficie d'une aide de 5000 soldats écossais qui bivouaquent à Baugé. Voulant profiter de l'effet de surprise, le duc de Clarens ne prend pas le temps de réunir toutes ses forces (3000 hommes) et décide d'attaquer uniquement avec sa cavalerie (1500 hommes) un peu avant la tombée de la nuit. Les troupes franco-écossaises commandées par le duc Motier de Lafayette (ancêtre du fameux Lafayette) sont sur leurs gardes et s'installent sur les hauteurs du Viel Baugé pour recevoir l'ennemi.  La cavalerie anglaise alors qu'elle est repérée, en infériorité numérique et de plus en contrebas de l’objectif, maintient son attaque et se fait massacrer. Cet Azincourt (1415) inversé est la première vraie défaite des Anglais en France durant la guerre de cent ans. Le duc de Clarens meurt au combat avec 1000 de ses cavaliers anglais à cause de son entêtement.  La même attitude a perdu les Français à Azincourt, 6 ans plus tôt., Jeanne d’Arc n’a que 9 ans et il faudra attendre encore 8 ans avant qu’elle ne lance la reconquête des terres françaises occupées par les Anglais. La ville de Baugé est jumelée depuis 1965 avec la ville écossaise de Milngavie en souvenir de cette bataille victorieuse.

22 mars 1594 : début de la fin des guerres de religion (Paris). Henri IV entre nuitamment dans la capitale défendue par la Ligue catholique.  Après avoir abjuré le protestantisme à Saint Denis (25 juillet 1593) et avoir été sacré roi de France à Chartres (27 février 1594), Henri IV sans pour autant être acclamé par les Parisiens, prend possession du Louvres. L’Edit de Nantes (1598) mettra fin à la 8ème et dernière guerre de religion même si les tensions perdureront sous Louis XIII et Louis XIV.

22 mars 1869 : décès de Jomini (Paris). Né en Suisse, il est repéré par le général Ney qui l’enrôle dans la Grande Armée en 1803. Il participe à quasiment toutes les campagnes du premier empire mais ne pouvant accéder au grade de général de division pour de sombres raisons, passe à l’ennemi en 1813 et devient aide de camp du Tsar Alexandre 1er. Il a publié de nombreux ouvrages de tactique et d’histoire militaire. Lire Guibert, Jomini, Clausewitz - les trois colonnes de la stratégie occidentale de Bernard Pénisson (Economica).

22 mars 1885 : début de l’affaire de Lang Son (Protectorat du Tonkin). L’armée chinoise du Kouang Si et les pirates chinois de la haute vallée du fleuve Rouge attaquent la garnison française de Lang Son en dépit du traité de Hué instituant le Protectorat. Le général Négrier blessé lors de l’attaque laisse le commandement au LCL Herbinger qui ordonne la retraite.  Le général Brière de l’Isle, commandant des troupes au Tonkin, télégraphie à Paris de manière alarmiste lorsqu’il apprend les événements et provoque sans le savoir la chute du gouvernement Ferry (30 mars). Le revers n’est cependant que momentané au Tonkin puisque la Chine, vaincue à terre et sur mer, confirmera le traité de Hué en signant la paix le 9 juin.

22 mars 1943 : Normandie-Niemen rejoint le front russe. Formés aux procédures soviétiques et à la langue russe, les pilotes de  l'escadrille française Normandie-Niemen, commandée par Jean Tulasne, rejoignent avec leurs chasseurs Yak-1 la base de Polotniani-zavod à proximité du front.

22 mars 1944 : mort de Pierre Brossolette (Paris). Intellectuel et homme d'action, Brossolette se caractérise certes par un grand courage et une grande intelligence mais surtout par une indépendance d'esprit faisant de lui un homme libre. Avant-guerre, il est un moment dans le camp des pacifistes, mais réalise le danger du nazisme et fustige l'attentisme de ses anciens compagnons. Lors de la retraite de 1940, il se comporte brillamment et est nommé capitaine. Il entre dans la résistance aux côtés du colonel Rémy (confrérie Notre Dame) et accomplit plusieurs missions entre Londres et la zone occupée. Il est l'un des principaux artisans de l'unification des mouvements de résistance avec Jean Moulin. Arrêté le 3 février lors d'un contrôle de routine, il est reconnu et transféré au QG parisien de la Gestapo où malgré la torture, il ne parle pas. Il se défenestre à la faveur d'un moment d'inattention de ses gardiens.

22 mars 1945 : Kamikazes contre l’Enterprise (Pacifique). Le porte-avions USS Enterprise est endommagé à la suite d'un incendie de pont provoqué par ses propres défenses anti-aériennes qui visaient des avions kamikazes japonais. Au cours des missions menées par la TF 58, l'US Navy revendique 528 appareils japonais détruits. Les Japonais, pour leur part, admettent 163 avions perdus en combat aérien et "quelques-uns" au sol. Les attaques kamikazes ne sont ici guère probantes.

22 mars 1991 : F15 contre Sukhoi (Irak). Un McDonnell F-15C "Eagle" du 36th TFW abat un Sukhoï Su-22 irakien avec un missile Sidewinder. L'ailier du Su-22 abattu se crashe en tentant des manœuvres évasives à l'approche du F-15.

22 mars 2006 : mort de Pierre Henry Clostermann. L'as français de la chasse est bien évidemment un personnage hors normes : à 24 ans, il possède 33 victoires homologuées en combat aérien. Né au Brésil du fait des fonctions de diplomate de son père, il rejoint la France libre dès 1940 et est affecté dans les escadrilles de chasse les plus prestigieuses (Groupe de chasse Alsace). Après la guerre, il est ingénieur, chef d'entreprise, député et écrivain. Sa vie continue sur le mode aventure mais dans un registre différent : il rencontre de gaulle, Joseph Kessel, Romain Gary, Ernest Hemingway, Che Guevara, Salazar,... Homme de conviction et ayant le courage de les assumer, il rempile lors de la guerre d'Algérie, alors que son statut de parlementaire pourrait l'en dispenser. Son ouvrage, Le grand cirque (1948) s'est vendu à plus de 3 millions d'exemplaires : Témoignage d'un pilote de chasse pendant la seconde guerre mondiale, ce classique est à l'origine de bon nombre de vocations de pilotes. Après la guerre d’Algérie, il rédige Appui feu sur l’oued Hallail. Il a aussi préfacé beaucoup de livres dont Pilote de stuka d’H.U Rudel, l’as allemand du front de l’Est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 23 mars   Ven 23 Mar - 8:35

23 mars 1372 : prise de Niort par Du Guesclin. En utilisant une ruse de guerre, Du Guesclin reprend la ville qui est aux Anglais depuis 12 ans. Il déguise en soldats anglais, 200 des siens qui se font ouvrir les portes par des sentinelles imprudentes.

23 mars 1782 : publication des Liaisons dangereuses. La seule guerre dont il est question dans cet ouvrage mondialement célèbre, est celle des sentiments. Ecrit par le général d'artillerie Pierre Choderlos de Laclos, les liaisons dangereuses font scandale et sont un succès littéraire immédiat et durable.

23 mars 1800 : bataille de Coraim (Egypte). Après le retour de Napoléon en France, l’armée d’Orient est restée aux ordres du général Kléber. Il a battu les armées turques, poussées par les Britanniques, à Héliopolis le 20 mars, et parachève sa victoire en écrasant les dernières troupes regroupées à Coraim. Il peut ainsi entreprendre la reconquête de toute la haute Égypte, mais son assassinat, le 14 juin suivant, met un coup d’arrêt à son entreprise.

23 mars 1918 : premier bombardement longue portée sur Paris. Le PariserGeschutz, canon longue portée allemand (210 mm, obtenu en re-chemisant des canons de cuirassés allemands de 305 mm) tire pour la première fois sur Paris depuis Crepy-en-Laonnais (à 120 km de Paris) et envoie une vingtaine d'obus entre 07h00 et midi sans que personne ne comprenne l'origine du bombardement étant donné qu'aucun survol de bombardier Gotha n'a été repéré. Baptisé Grosse Bertha à tort par les Français, ce canon longue portée est à lui seul plus meurtrier que les Zeppelins et les Gothas réunis.

23 mars 1942 : l’OKW décide la construction du mur de l’Atlantique. « La directive n°40 signée du maréchal von Rundstedt ordonne de renforcer les côtes des pays occupés. Persuadés que les Alliés ne peuvent débarquer que près d’un port, les Allemands décident d’installer des batteries d’artillerie de longue et de moyenne portées près des principales installations portuaires notamment celles abritant des abris pour les U-Boot. L’organisation Todt réalisera l’ensemble des ouvrages. La réelle densification du système défensif arrivera après l’inspection du maréchal Rommel en décembre 1943 ».  CNE Jean-Baptiste P.

23 mars 1943 : prise du djebel Mateb (Tunisie). En prenant d’assaut le lieu-dit, la force L du général Leclerc fait pour la première fois des prisonniers allemands.

23 mars 1978 : premier mandat français de la FINUL (Liban). Le 3ème RPIMA débarque à Beyrouth en application des résolutions 425 et 426 du 19 mars 1978. Daman au sein de la FINUL fête aujourd'hui ses 40 ans d'existence.  

23 mars 1994 : collision de sous-marins (Mer de Barents). Deux sous-marins atomiques russes entrent en collision alors qu'ils font surface.

23 mars 1999 : déclenchement de l’opération « allied force » (République fédérale de Yougoslavie). L’OTAN déclenche les frappes aériennes contre les forces serbes dans la province du Kosovo et bombarde des infrastructures notamment à Belgrade. Les 350 avions de la coalition réalisent 25 000 sorties durant 78 jours. L’opération terrestre débute le 12 juin. La KFOR pénètre au Kosovo.

23 mars 1983 : lancement de la guerre des étoiles (Washington). Le président Ronald Reagan annonce lors d'un discours télévisé le début des recherches pour doter le territoire des Etats-Unis d'un bouclier anti-missiles que les médias baptisent très vite programme guerre des étoiles. Sa véritable appellation est initiative de défense stratégique (IDS) et représente une surenchère technologique et financière insupportable pour l'URSS qui explique en partie (selon certains analystes) la chute de cette dernière en 1991.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 24 mars   Sam 24 Mar - 9:38

24 mars 1825 : Duperrey boucle son tour du monde (Marseille). Le lieutenant de vaisseau Duperrey rentre en France à bord de la gabare Coquille après une circumnavigation de près de trois ans.  Il a fait escale au Chili, au Pérou, en Polynésie, en Insulinde, en Australie et Nouvelle-Zélande et enfin à l’île Maurice et à Sainte-Hélène. Il ne déplore aucune perte dans son équipage et ramène une véritable moisson dans le domaine scientifique : une cinquantaine de cartes nouvelles établies, de nombreuses espèces inconnues rapportées au Muséum d’histoire naturelle.

24 mars 1913 : tentative d'attentat de Sài Gòn (auj. Hồ Chí Minh-Ville, Cochinchine). « Huit bombes sont trouvées dans des points sensibles de Sài Gòn, tels que le parc du Gouvernement général, le palais de justice, le camp des tirailleurs annamites et le marché. L'attentat devait s'accompagner d'une révolte populaire et de l'avènement de l'imposteur Phan Xích Long, de son vrai nom Phan Phát Sanh, comme empereur d'Annam. Il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité. L'enquête de la Sûreté déterminera plus tard des liens avec le prince Cường Để et les indépendantistes vietnamiens exilés en Chine ». Mathieu Gotteland.

24 mars 1916 : torpillage du ferry Sussex par le U-29. « L’explosion arrache la proue du navire qui cependant ne coule pas, il sera à déplorer une cinquantaine de victimes parmi les passagers ainsi que de nombreux blessés, dont des américains. Cet acte choque fortement l’opinion publique aux Etats-Unis et le président Wilson menace l’Allemagne de rompre ses relations diplomatiques. La crainte de l’entrée en guerre des Etats-Unis conduit les Allemands à publier la promesse du Sussex, le 4 mai. Quant au navire, il termine la guerre dans le port du Havre avant d’être réparé et vendu à une compagnie maritime. Devenu l’Aghia Sophia, il est détruit par un incendie en 1921 ». CNE Jean-Baptiste P.

24 mars 1944 : chute libre miraculeuse (Schmallenberg – Allemagne). Plus de 50 bombardiers sont abattus par les défenses antiaériennes et la chasse allemandes, lors d’une attaque de Berlin par la RAF.Le sergent mitrailleur Nicholas "Nick" Alkemade saute sans parachute de son bombardier Avro Lancaster abattu et survit à une chute de 5 600 m. Il tombe dans une forêt où les branches des sapins et une épaisse couche de neige amortissent sa réception. Il passera le restant de la guerre au Stalag III.

24 mars 1946 : annonce de l’arrestation de Mihailovic (Belgrade). Le général Draza Mihailovic, officier serbe des forces yougoslaves est exécuté sur ordre du maréchal Tito (Jozip Broz) le 17 juillet 1946 après un procès à charge. Lorsque le 6 avril 1941, Hitler déclenche l’opération 25 contre la Yougoslavie qui refuse de s’aligner sur l’Allemagne, celle-ci est écrasée en 5 semaines malgré ses tentatives de résistance. Mihailovic gagne les montagnes de Bosnie où avec des partisans (qu’on appellera Tchetniks) fidèles au roi Pierre II de Yougoslavie, il  mène une guérilla féroce contre l’occupant nazi durant toute la guerre. Les historiens estiment aujourd’hui qu’Hitler a en grande partie échoué sur le front russe à cause de ces 5 semaines perdues en Yougoslavie. Le comportement héroïque de Mihailovic est alors salué par le général de Gaulle et Churchill. Il fait même la une du Time Magazine. Les partisans communistes de Tito n’entrent quant à eux en guerre contre les Allemands qu’après le plan Barbarossa. Partisans et Tchetniks luttent dès lors contre l’occupant tout en se combattant à l’occasion. Lâché par les Alliés et surclassé en nombre par les partisans communistes, Mihailovic vit dans la clandestinité, y compris après-guerre,  jusqu’à son arrestation.

24 mars 1944 : la grande évasion (Pologne). Dans la nuit du 24 au 25 mars, 76 prisonniers de guerre appartenant à la R.A.F s'échappent du Stalag Luft III, situé près de Zägan. 50 sont capturés et exécutés. Cet épisode a inspiré le film La grande évasion.

24 mars 1971 : les Américains renoncent au supersonique commercial. Le Congrès américain abandonne le projet du Boeing 2707-200 SST, un avion supersonique. Le prototype du Concorde vole déjà depuis 2 ans.

24 mars 1986 : F14 contre Mig 23 (Golfe de Syrte). « Les hostilités éclatent dans le Golfe de Syrte entre l'armée libyenne et les forces navales US. Trois porte-avions sont engagés, les USS Saratoga CV-60, USS America CV-66 et USS Coral Sea CV-43. Un combat entre deux Mig-23 libyens et deux Grumman F-14 "Tomcat" se déroule à distance sans qu'aucune action de tir ne soit effectuée, d'un côté comme de l'autre. Les batteries côtières de SAM envoient des missiles vers les F-14 sans succès. En réponse, les appareils US attaquent et détruisent un site radar, un site de missiles SAM et deux navires ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 25 mars   Dim 25 Mar - 9:57

25 mars 1957 : naissance de l'Europe (Rome). Signature du traité de Rome qui instaure la CEE et l'EURATOM.

25 mars 1962 : arrestation du général Jouhaud (Algérie - Oran).
Ayant terminé sa carrière comme chef d'état-major puis inspecteur de l'armée de l'air, le général Edmond Jouhaud appartient au "quarteron de généraux" (Challe, Zeller, Salan, Jouhaud) qui tente un putsch contre de Gaulle en avril 1961 à Alger. Il devient après Salan, le chef de l'OAS (organisation de l'armée secrète).
Condamné à mort, Jouhaud est finalement gracié (nov 1962), amnistié (1968) puis réhabilité (1982). Il est arrêté en compagnie du commandant Julien Camelin alors qu’il séjourne clandestinement à Oran sous une fausse identité.
A Tlemcen, un peu plus tard, c’est au tour du lieutenant de vaisseau Pierre Guillaume d’être arrêté.
Plus connu sous le nom de Crabe-Tambour (voir le film de Schoendorfer), il a lui aussi choisi la clandestinité. Guillaume est libéré en 1966 et poursuit dans le civil sa vie d'aventures autour du globe comme il l'avait d'ailleurs commencée dans la marine nationale (Dinassaut) et l'armée de Terre (Commando Guillaume).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CHRONIQUES MOIS DE MARS   

Revenir en haut Aller en bas
 
CHRONIQUES MOIS DE MARS
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» verset biblique en ce mois de Mars 2015
» Ma priere jour apres jour pour le mois de mars
» Aspects du mois de Mars
» Prières et NEUVAINE à Saint Joseph en ce mois de Mars 2014
» Le mois de mars est consacré à saint Joseph

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: CHRONIQUES JOURNALIERES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: