ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 CHRONIQUES MOIS DE JUIN

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: CHRONIQUES MOIS DE JUIN   Ven 8 Juin - 19:54

Précision pour le 31 mai 1916 : bataille navale du Jutland (Mer du Nord). Ce ne sont pas les Britanniques qui ont rompu le combat à la bataille du Jutland mais les Allemands alors même que ces derniers ont infligé des pertes supérieures à la Royal Navy et ont réussi à fuir sans être submergés. Tactiquement les Allemands ont probablement gagné. Stratégiquement, ils ont perdu puisqu’ils ne sortiront plus jamais de leurs ports. Merci au CV Jacques R.

1er juin 1808 : transformation du Prytanée militaire français.  Dénommé Prytanée militaire de la Flèche sous la Troisième République. Un Collège royal  avait déjà été fondé par Henri IV à La Flèche en 1604 sous la direction de la Compagnie de Jésus. Ce collège de jésuites n’était pas militaire. Sa transformation en une institution militaire en 1764 est une conséquence de la création de l’Ecole royale militaire en 1751. En effet, dans la première moitié du XVIIIe siècle, les jeunes gens de la bonne noblesse et de la bourgeoisie fortunée qui se destinaient à la carrière des armes n’entraient pas d’emblée dans l’armée, avant d’avoir reçu une solide instruction générale. Après une instruction élémentaire (souvent par précepteur), ils fréquentaient, aux côtés de congénères qui ne se destinaient pas à la carrière des armes, un collège, soit un collège des universités, soit un collège d’une institution religieuse, jésuites ou oratoriens. Le collège des jésuites de La Flèche était simplement un de ces collèges…

En 1751 est créée l’Ecole royale militaire à Paris, pour donner, aux frais de la monarchie, aux gentilshommes pauvres qui se destinaient à la carrière des armes (prioritairement les orphelins et les fils de militaires) l’instruction que leurs moyens financiers ne leur permettaient pas d’acquérir dans des collèges. Or le niveau des élèves est très inégal à l’entrée (du fait qu’il n’y a pas d’examen d’entrée), même si une instruction élémentaire est requise pour postuler. Donc en 1764, la monarchie crée, à La Flèche, une école préparatoire, pour donner aux enfants un enseignement élémentaire avant leur entrée à l’Ecole royale militaire de Paris. Cette école préparatoire est installée dans les locaux de l’ancien collège jésuite de La Flèche (les collèges de jésuites ont été fermés en 1762, après la condamnation de la Compagnie de Jésus par le Parlement de Paris). Lire André Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, Paris, PUF, tome 2, 1992, p. 68-75 (chapitre écrit par Jean Chagniot) et Des Premières écoles militaires aux lycées de la Défense, l’éducation des enfants au sein de l’armée de Frédéric de Berthier.

1er juin 1815 : mort du maréchal Berthier (Allemagne). Né en 1753, il commence sa carrière comme ingénieur cartographe à l'école du génie de Mézières, fait la campagne de la guerre d'Indépendance américaine avec La Fayette puis ne quitte plus Napoléon jusqu'à la campagne de Russie où il démissionne pour manifester son désaccord. Grand organisateur, il sert principalement en tant que ministre de la guerre ou chef d'état-major de l'empereur. Il est avec La Fayette l’un des rares Cincinnati français. L’ordre des Cincinnati a été fondé en 1783 par George Washington afin d'honorer les ainés des familles les plus méritantes dans le combat pour l'indépendance des Etats-Unis et notamment les officiers étrangers. Il existe 14 sociétés des Cincinnati (13 américaines et 1 française) toujours actives. Ce sont les plus anciennes sociétés patriotiques américaines. L’appellation fait référence au héros romain Cincinnatus, modèle de l’honnête homme, aussi courageux dans la guerre que dans la paix ». COL Claude F.

1er juin 1823 : mort du maréchal Louis Nicolas d'Avout (dit Davout). Cavalier émérite et d'une grande loyauté, il est l'artisan principal des victoires d'Auerstedt et d’Eckmühl. Il n'a jamais perdu de bataille tout en ayant participé à la plupart des campagnes de l’Empire.

1er juin 1879 : mort au combat du Prince Louis Napoléon (Afrique du Sud). A 23 ans, le fils de Napoléon III demande avec insistance à être intégré dans les troupes britanniques d'Afrique australe. La reine Victoria l'y autorise et il s'embarque en février. Après un passage au Cap, il est versé dans une unité d'éclaireurs au Natal. Il y arrive au moment où les Britanniques, battus quelques mois plus tôt par les Zoulous, reprennent l'offensive. Le 1er juin, il participe à une mission de reconnaissance à cheval avec quelques hommes dans une région située à environ 50 kilomètres à l'ouest de Dundee. Lors d'une halte au bord d'une rivière, la patrouille est surprise par un groupe de 60 guerriers zoulous. Il meurt, atteint de 17 coups de lance (reçus de face). Le chef zoulou, capturé quelques jours plus tard, confirme que le jeune prince « s’est battu comme un lion ». Sa dépouille est inhumée à Chiselhurst, dans le Kent. Elle sera ensuite transférée à l'abbaye St Michel à Farnborough, dans le sud de l'Angleterre. L'impératrice Eugénie l’a fait bâtir pour que lui et son père y reposent. Une stèle existe aussi dans la chapelle royale de Windsor. L’émotion fut beaucoup plus vive en Angleterre qu’en France. Aujourd’hui, la statue du Prince Louis Napoléon est un des monuments les plus symboliques et les mieux mis en valeur à l’académie royale militaire de Sandhurst, où sont actuellement formés les officiers britanniques.

1er juin 1899 : réception triomphale du commandant Marchand (Paris). La mission « Congo-Nil » du CBA Jean-Baptiste Marchand est accueillie par une foule en liesse à Paris après sa traversée de l’Afrique, d’Ouest en Est. 6000 km parcourus en deux ans : une des plus grandes aventures africaines pour l’armée française.

1er juin 1915 : abandon du pantalon rouge au profit de la tenue « bleu horizon »

1er juin 1939 : naufrage du HMS Thetis (Baie de Liverpool). Lancé en 1938, le sous-marin britannique coule par 40 mètres de fond après une série d'erreurs : Un des tubes lance torpilles est resté accidentellement ouvert innondant une partie du submersible qui reste échoué malgré toutes les tentatives de renflouement des secours de la Royal Navy. Seuls 4 hommes parviennent à regagner la surface. 99 hommes périssent.

1er juin 1954 : Genevieve de Gallard rentre à Paris. Convoyeuse de l'air et infirmière en Indochine à 28 ans, elle est faite prisonnière lors de la défaite de Dien Bien Phu (7 mai 1954). Son comportement exemplaire au quotidien dans la tourmente du camp retranché fait d'elle une héroïne. Libérée par le Vietnam, elle est célébrée en France et même décorée par le président américain Eisenhower. Elle est Grand-Croix de la légion d'honneur.
Elle est issue d'une célèbre famille de soldats puisque le corps des arbalétriers de Galard a accompagné les exploits de Jeanne d'Arc

1er juin 2016 : création du commandement Terre pour le territoire national (COM T-TN).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 4 juin   Ven 8 Juin - 19:56

4 juin : sainte Clothilde : patronne de l'ALAT (aviation légère de l’armée de Terre). « Née vers 465-475, fille du roi burgonde Chilpéric II, elle échappe au massacre de sa famille catholique perpétré par l'arien Gondebaud. En 493 elle épouse Clovis, Roi des Francs Saliens, alors païen. Ils ont quatre enfants : Clodomir, Childebert, Clotaire et Clotilde. Sous son influence et après la victoire de Tolbiac, où il s'est écrié:"-Dieu de Clotilde si tu me donnes la victoire je me ferais baptiser", Clovis reçoit le baptême en la Noël 496, des mains de saint Rémi, à Reims.

Depuis 1995 l'Aviation légère de l'armée de terre a choisi sainte Clotilde pour patronne. C'est en effet à ses prières que Clovis put être victorieux à Tolbiac en « submergeant l'ennemi sous le feu du ciel », ce qui est précisément aujourd'hui la fonction des hélicoptères de combat de l'armée française. »

Bonne fête aux Clothilde (avec ou sans « h »).

4 juin 1525 : fin de la guerre des paysans (Allemagne). Prélude à la guerre de Trente ans, la Bauernkrieg qui secoue le Saint Empire pendant deux années trouve en partie ses racines dans la misère. De plus, la Réforme qu'introduit Luther à ce moment, brise beaucoup de tabous et incite les paysans à se révolter, sous l'impulsion de prêcheurs millénaristes. Des bandes se créent arborant la bannière rouge frappée du mot "liberté" et ravagent l'Empire. La répression est méthodique et très meurtrière. Même si ces mêmes paysans révoltés sont ceux qui fourniront les rangs des courageux et robustes Landsknecht, leur armement et tactique sont surclassés par les troupes impériales. Cette guerre aurait fait 100 000 morts. Considérée par Engels comme une des premières manifestations de la lutte des classes, elle a traumatisé l'Allemagne.

4 juin 1629 : naufrage du Batavia (Côte ouest de l'Australie). Cas édifiant de mutinerie montrant les dangers d'un commandement défaillant en milieu hostile et fermé.  Le Batavia navire de la compagnie des Indes Néerlandaises fait naufrage sur un récif. Les rescapés se répartissent sur les îles de l'archipel tandis que le capitaine et 48 passagers embarquent à bord d'une chaloupe pour trouver de l'aide. Ils atteignent, le 7 juillet, Batavia (aujourd'hui Jakarta). Pendant ce temps sur l'archipel, se développe une société de type totalitaire contrôlée par l’un des rescapés les plus habiles qui instaure un climat de terreur avec l’aide d’une partie des soldats du bord. Les secours arrivent le 17 septembre, trouvant l’archipel en pleine guerre. Sur les 320 passagers, seuls un tiers put rentrer (115 furent assassinées sur l'île).

4 juin 1859 : bataille de Magenta (Italie). La bataille de Magenta se termine par une victoire franco-sarde contre les Autrichiens. Dans la nuit du 2  au 3 juin, le génie français, protégé par l'artillerie, jette un pont de barques de 180 mètres à Turbigo : le IIe corps d'armée peut commencer à traverser afin de soutenir les premiers combats à Turbigo et Robecchetto. Le matin du 4 juin, Napoléon III entend tonner le canon, de son observatoire dans la tour de San Martino al Basto et  convaincu que l'attaque de Mac Mahon est engagée, il ordonne aux troupes en attente près du Tessin de se déplacer vers les ponts existant. Les Autrichiens réussissent à en faire sauter 2 sur 3 si bien que les Français ont du mal à se coordonner. L’espace d’une heure, les renforts autrichiens submergent les Français à tel point qu'un télégramme est envoyé à Vienne qui annonce la victoire. Cependant après de féroces combats, les Français réussissent à passer sur le ponte Nuovo après que les Autrichiens, menacés sur leur flanc droit par Mac Mahon qui a repoussé l'attaque à Boffalora, se retirent à Magenta. Les Autrichiens se réfugient dans les habitations espérant défendre le territoire mètre par mètre. Par une manœuvre en tenaille, les Français attaquent l'ennemi retranché dans la ville. Au soir du 4 juin, l'empereur Napoléon III nomme Mac Mahon maréchal de France et duc de Magenta.

4 juin 1940 : les Allemands entrent dans Dunkerque. 40 000 soldats (la plupart français) sont faits prisonniers lorsqu’au petit matin les troupes allemandes atteignent les plages. 340 000 soldats (dont 112 000 français) ont réussi à évacuer la poche de Dunkerque au cours de l'opération Dynamo. L'armement, les munitions et le matériel abandonné sont cependant gigantesques. Lire les RHA n° 12 et 173.

4 juin 1944 : les Américains à Rome. La 5ème armée du général Clark entre dans Rome. La bataille de Monte Cassino s’est achevée le 18 mai.

4 juin 1958 : "Je vous ai compris ! " (Alger). C’est l'un des discours les plus célèbres de Charles de Gaulle. Prononcé sur le Forum à Alger, quelques jours après l'investiture de de Gaulle et devant des milliers de spectateurs qui l'acclament comme le sauveur de l'Algérie française, ce discours sera très souvent cité pour dénoncer l'évolution du nouveau Président de la République sur le devenir de l'Algérie.

4 juin 1982 : début de l’opération Paix en Galilée (Liban). Tsahal entre au Liban malgré le dispositif d’interposition de la FINUL sur la frontière. Les forces palestiniennes sont encerclées dans Beyrouth le 1er aout.

4 juin 1989 : l'armée chinoise tire sur la foule (place Tiananmen). L’armée chinoise intervient pour faire cesser les manifestations étudiantes qui se déroulent place Tiananmen depuis près de 2 mois (15 avril). Le bilan humain varie selon les sources entre 240 et 10 000 morts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 5 juin   Ven 8 Juin - 20:00

5 juin 774 : prise de Pavie (actuelle Italie). Charlemagne en prenant la ville devient roi des Lombards en plus d’être roi des Francs.

5 juin 1856 : création des fusiliers marins. Un décret du ministère de la marine et des colonies instaure la spécialité de fusilier marin. Le Bataillon des apprentis fusiliers s’implante à Lorient et deviendra l’École des fusiliers marins où elle se trouve toujours aujourd’hui (sauf de 1945 à 1962 au centre Siroco près d’Alger). L’école forme aussi les fusiliers marins commandos, créés quant à eux durant la seconde guerre mondiale par le capitaine Kieffer (1er bataillon de fusiliers marins commandos).

5 juin 1912 : débarquement américain à Cuba. En vertu de l’amendement Platt (voté en 1901), le Congrès américain se réserve le droit d’ingérence à Cuba (officiellement jusqu’en 1934) étant donné les très nombreux intérêts économiques qui s’y trouvent.  En mai 1912, le président Gomez (favorable aux États-Unis) est menacé par le parti des indépendants d’Estenoz (soutenu par l’ambassadeur français), ce qui provoque l’intervention des US Marines depuis Guantanamo mais aussi depuis les États-Unis.

5 juin 1925 : le poste du Djebel el Biban tombe (Maroc). Pendant la guerre du Rif, le sergent Bernez-Cambot résiste 51 jours aux assauts de 2000 hommes d’Abd el Krim. Déjà cité à deux reprises par le maréchal Lyautey, Bernez-Cambot s’illustre une dernière fois à la tête de sa compagnie de tirailleurs. Il a été fait chevalier de la Légion d’honneur et une promotion de l’École nationale des sous-officiers d’active porte son nom.

5 juin 1940 : de Gaulle est nommé sous-secrétaire d'État à la Défense. L'attaque allemande reprend sur la Somme et l'Aisne. Daladier quittant le gouvernement, le colonel de Gaulle vient d’être promu général de brigade à titre temporaire et est nommé sous-secrétaire d'État à la guerre par Paul Reynaud. Il quitte alors la 4e DCr (division cuirassée) qu’il commandait depuis 1 mois.

5 juin 1944 : largage des parachutistes sur les arrières ennemis (Normandie). Les 5 000 navires de l'opération NEPTUNE se groupent sur leur base de départ dans la Manche alors que la houle et le mauvais temps rendent impensable une opération de débarquement.

Dans la nuit, les 82e et 101e divisions aéroportées américaines ainsi que la 6e division aéroportée britannique sont larguées en Normandie. Malgré une préparation minutieuse, la plupart des mises à terre (parachutes ou planeurs) s'effectuent avec une grande marge d'erreur. On estime à 50 % les pertes subies par ces précurseurs lors de la seule nuit précédant le débarquement (casse à l'atterrissage, accrochages avec l'ennemi, noyades...). Malgré tout, l’action de ces parachutistes contribue à immobiliser loin des plages une grande partie des troupes locales et à semer la confusion chez l’ennemi.

5 juin 1961 : condamnation du commandant Hélie de Saint-Marc (Haut tribunal militaire). Entré en rébellion lors du putsch des généraux d’avril 1961, il se constitue très vite prisonnier et ne rejoindra donc pas l’OAS. Il est condamné à 10 ans de prison.  Gracié (par de Gaulle), après 5 années passées à la prison de Tulle, il est réhabilité dans ses droits civils et militaires en 1978 (par Valéry Giscard d’Estaing). Il a été élevé à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur par Jacques Chirac en 2002, puis de grand-croix de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy en 2011.

A noter qu’après la sentence condamnant Saint Marc, en 1961, le général Maurice Ingold, Grand Chancelier de l’Ordre de la Libération, a préféré démissionner du Haut Tribunal Militaire et de sa charge de Grand Chancelier.

5 juin 1967 : guerre des Six-jours. Devançant une probable attaque de ses voisins, l'État d'Israël anéantit en une journée l'armée de l'air égyptienne avant de déclencher une offensive terrestre jusqu'au canal de Suez. Basculant son effort, Tsahal conduit la même attaque foudroyante contre la Syrie, la Jordanie et le Liban, et atteint ses objectifs (dont le contrôle de Jérusalem et du plateau du Golan) en 6 jours.

5 juin 1975 : réouverture du canal de Suez (Égypte). Le président Sadate inaugure le canal fermé depuis 8 ans pour cause de guerre (des Six-jours) puis de travaux de déminage.

La France a participé au déminage à travers l’opération DECAN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 6 juin   Sam 9 Juin - 8:50

6 juin 48 (avant Jésus Christ) : bataille de Pharsale (Grèce actuelle). Bien qu’en infériorité numérique (22 000 hommes) César vient battre en Grèce l’armée de son adversaire Pompée (45 000 hommes) qui vient de s’y replier. Il remporte ainsi la bataille décisive dans la guerre civile qui ravage la République romaine et va lui permettre de prendre l’ascendant sur le Sénat. A Pharsale, César a prévu que son aile droite serait son point faible car elle regroupe des troupes insuffisamment homogènes. Il sait que Pompée tentera de le battre en poussant son effort à cet endroit et c’est justement pour ça qu’il positionne discrètement 2 000 soldats d’élite en deuxième échelon. Une fois l’aile droite enfoncée, le deuxième échelon se découvre et brise net l’assaut de Pompée qui pensait la victoire acquise. Les troupes de réserve de César font le reste.

6 juin 1910 : première course d’avions. Robert Martinet remporte la première course d'aéroplanes organisée dans le pays entre Angers et Saumur, en 31 minutes et 35 secondes sur Farman. "Engagé comme réserviste auprès de l’armée depuis 1911, il participe régulièrement à des manoeuvres dans les airs. Lieutenant-aviateur pendant la 1ère guerre mondiale, sa brillante conduite au front lui vaut la croix de guerre. Nommé Capitaine, il commande le parc aéronautique de l’armée Serbe. Attaché à l’armée serbe depuis mars 1915, comme pilote d’escadrille puis comme adjoint technique au commandement de l’aéronautique. Malgrè les épreuves du climat glacial, il exécute de nombreuses reconnaissances à longue portée. Il trouve la mort au cours d’un essai d’appareil près de Mikra en Grèce, le 9 avril 1917".

6 juin 1915 : première victoire contre un Zeppelin. Le Zeppelin Lz-37 (LZ37 pour l'armée impériale allemande), un type « m2 », est le premier dirigeable à être détruit en combat aérien par un chasseur basé à Dunkerque et piloté par le Flt Sub-Lt Reginald Warneford, du Royal Naval Air Service (RNAS).

6 juin 1917 : construction du premier avion torpilleur. Le premier avion au monde à être conçu comme bombardier-torpilleur, le Sopwith « Cuckoo », est construit par le Royal Naval Air Service.

6 juin 1940 : Le Jules Verne part bombarder Berlin. Un quadrimoteur Farman initialement destiné à Air France est militarisé au début de la guerre pour compenser dans l’urgence le manque de bombardiers français. Commandé par le capitaine de corvette Dailliere (aéronautique navale), il effectue avec succès plusieurs bombardements sur Aix la Chapelle, Saint Omer et Anvers avant le raid sur Berlin. Pour ce bombardement, il décolle de sa base de Le Poulmic, le 6 juin, afin de gagner Mérignac qui possède une piste très longue, capable de faire décoller des avions très lourds.

Il décolle le lendemain avec une surcharge d’une tonne et lâche 8 bombes explosives de 250 kg et 80 bombes incendiaires de 10 kg (larguées à la main !) sur une usine de Berlin. Il rentre sans problème et se pose à Chartres. C’est la première fois de la guerre que Berlin est bombardé.

6 juin 1940 : mort du commandant Maurice Arnoux (Angivillers). As français de la chasse durant la Première guerre mondiale, Arnoux est abattu alors qu’il est en combat aérien dans l’Oise avec son Morane 406 contre 7 Messerschmitt Bf 109.

6 juin 1942 : l'américaine Adeline Gray réalise le premier saut en parachute en nylon. À 24 ans, Adeline possède déjà 32 sauts à son actif, effectués depuis l'âge de 19 ans. C'est la seule Américaine à détenir son brevet de parachutiste, dans le Connecticut.
Elle travaille pour un fabricant de parachutes, Pioneer Parachute Company of Manchester. Avant qu'elle ne se lance, le parachute en nylon est d'abord testé avec des mannequins en bois. Elle effectue le grand saut sous le regard de militaires.

6 juin 1944 : opération OVERLORD (plages de Normandie). Commandés par le capitaine de corvette Philippe Kieffer, tout récemment promu, 177 Bérets verts français du 1er bataillon de fusiliers marins commandos, intégrés au Commando n°4 de la 1st Special Service Brigade, débarquent à Sword Beach dans le cadre de l’opération OVERLORD et prennent pied à Ouistreham.

Il faut ajouter la contribution d’un certain nombre de navires français : 2 croiseurs, 1 destroyer, 4 frégates, 4 corvettes et 14 vedettes et dragueurs de mines.

La plus grande opération de débarquement jamais menée à bien mobilise près de 250 000 hommes.

6 juin 1949 : publication de 1984 de George Orwell. George Orwell a mené en Birmanie une guerre contre-insurrectionnelle, en tant que sergent de l’Empire britannique et en a été échaudé.

Revenu à la vie civile, il tente de se rapprocher du parti communiste britannique dans les années 1930 mais n’est pas jugé suffisamment fiable. Il s’engage aux côtés des Républicains lors de la guerre d’Espagne et découvre le double jeu cruel que mènent les services secrets soviétiques contre toutes les mouvances révolutionnaires non-inféodées à Moscou. Blessé et recherché, il regagne le Royaume-Uni. Choqué par les méthodes totalitaires soviétiques qu’il a découvertes en Espagne, il entame une réflexion qui le conduit à publier des ouvrages devenus aujourd’hui des classiques de la critique du totalitarisme : la ferme des animaux, 1984. Il invente également le concept du « Big brother ».

6 juin 1971 : le Surcouf est coupé en deux (au large de Carthagène). L’escorteur d’escadre Surcouf est abordé par un pétrolier soviétique (général Boucharov) qui le coupe en deux alors qu’il croise aux abords du détroit de Gibraltar. 9 morts et 1 blessé.

6 juin 1977 : création de l’armée nationale djiboutienne (AND). « Le Territoire français des Afars et des Issas (TFAI), territoire d’outre-mer qui accédera à l’indépendance le 27 juin 1977 dispose donc de son armée dès le premier jour d’indépendance. Elle se compose du 1er régiment d’infanterie, mis sur pied grâce aux recrues djiboutiennes servant dans les forces françaises à Djibouti et en métropole mais aussi de jeunes djiboutiens recrutés et formés pour l’occasion. S’y ajoutent le groupement nomade autonome et le transfert de la gendarmerie nationale à l’autorité locale. Une partie des rebelles indépendantistes du front de libération de la Côte somalie (FLCS) est également formée pour intégrer les forces armées djiboutiennes. Dès septembre 1976, une trentaine de sous-officiers originaires du territoire et servant dans les régiments de Djibouti ont été envoyés à Fréjus pour suivre une formation d’officier. Il formeront le haut commandement de la future armée djiboutienne. Le général de corps d’armée Zacharia Cheikh Ibrahim, actuel CEMGA de Djibouti, ayant servi 17 ans au 5e RIAOM en faisait partie ».

6 juin 1982 : début de l'opération Paix en Galilée (Liban). Tsahal envahit le Liban pour en chasser l’OLP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 7 juin   Sam 9 Juin - 8:55

Précisions pour le 5 et le 6 juin 1944 : opération Overlord : « […]seuls 177 sont français et participent à l’assaut initial au sein du commando Kieffer ». Plus précisément, d’autres français ont participé à cette opération, puisque 4 sticks SAS du 4°SAS / 2°RCP de la Brigade SAS (pratiquement 40 hommes) ont été largués pour moitié dans le Morbihan (Opération Dingson), et pour l’autre moitié dans les Côtes du Nord (Opération Samwest) le 5 juin. Ils ont contribué à empêcher les 150 000 Allemands présents en Bretagne de rejoindre la Normandie. Le caporal Bouetard, du Stick Marienne, a été tué vers 00h30 heure anglaise à Plumelec dans le Morbihan, ce qui en fait le premier français mort dans l’opération Overlord.

Merci au LCL Jean-Christophe D.

7 juin 1494 : signature du traité de Tordesillas. « C’est le traité signé par les Espagnols et les Portugais crée la ligne de partage de  leurs conquêtes vers l’Ouest. Ces accords sont la matérialisation de la Bulle « Inter cetera »  du Pape Alexandre VI « Borgia » datée du 3 mai 1493 et séparant le monde en deux hémisphères le long d’un méridien passant à 370 lieues à l’ouest du Cap Vert  et attribuant les demi-sphères ainsi délimitées à chacun de ces deux Etats concurrents. Ce qui fera dire  en 1515 à François Ier : «…Le soleil luit pour moi comme pour les autres et je voudrais bien voir l’article du testament d’Adam qui m’exclut du partage du monde… ». Ephéméride des TDM.

7 juin 1863 : entrée des troupes françaises à Mexico (Mexique). Corps expéditionnaire français envoyé par Napoléon III soutenir l’archiduc Maximilien. Il se repliera en 1867. Maximilien est fusillé le 19 juin.

7 juin 1916 : reddition du fort de Vaux (près de Verdun). Le chef de bataillon Raynal résiste avec sa garnison depuis le 2 juin mais doit finalement se rendre, ayant épuisé vivres et munitions. L’ennemi lui rend les honneurs militaires. Il est conduit à l'état-major du Kronprinz, où ce dernier le félicite pour son courage et sa vaillance face à ses troupes et lui offre un sabre-épée d’officier français.

7 juin 1917 : bataille de Messines (Belgique). Britanniques, Australiens et Néozélandais brisent le saillant Sud d'Ypres. Dans la nuit, 19 fourneaux de mines britanniques creusés sous les premières lignes allemandes explosent et donnent le signal de l’attaque. C’est le baptême du feu des 75 chars Marks IV britanniques qui attaquent aux côtés de 15 divisions d’infanterie. Cette attaque permet de soulager le front français où la plupart des unités connaissent des cas de mutineries.

7 juin 1918 : combat du bois Belleau (près de Château-Thierry). C’est le combat fondateur du corps des US Marines. La 2e Division d’infanterie américaine libère le verrou contrôlant Château-Thierry, au cours de combats acharnés.

7 juin 1940 : mort du capitaine Charles N’Tchoréré (Somme). Né en 1896 à Libreville, naturalisé français en 1940, N'Tchoréré s'engage en 1916 et finit la Première Guerre mondiale avec le grade de sergent. Il sert au Maroc, en Syrie et au Mali (Soudan français) et passe officier.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale débute, il demande à partir pour le front où à la tête de sa compagnie, il se comporte brillamment. Il repousse 4 assauts allemands contre Airaines (entre Amiens et Abbeville) et permet à son bataillon de décrocher. Encerclée et à court de munition, la compagnie d' N'Tchoréré se rend. Refusant d'être considéré autrement que comme un officier français lorsque les Allemands séparent les Noirs des Blancs, il s'insurge et est abattu d'une balle dans la nuque. Le même jour, son fils Jean-Baptiste, caporal au 2e RIC est tué à Remiencourt.

7 juin 1948 : bataille de Nitzanim (Israël). Les Israéliens subissent une de leurs rares défaites face aux Egyptiens.

7 juin 1951 : fin de la bataille de Ninh Binh (Indochine). Giap attaque dans le delta du fleuve rouge en direction de Hanoi depuis le 28 mai. Il fait sauter le verrou de Ninh Binh sur le fleuve Day, tenu par le lieutenant de Lattre (mort au combat le 30/05/51). Le 2/1 RTA (Lt Marengo) et le commando 24 (ou Tigres noirs) de l'adjudant Vandenberghe reprennent le piton sur lequel se trouve le poste. La 27e promotion de l’ENSOA (1968) porte le nom de ce dernier.

7 juin 1954 : mort d’Alan Turing (Wilmslow – Royaume-Uni). Cryptologue et mathématicien qui a « cassé » le code Enigma des Allemands et a probablement fait gagner la guerre avec 2 ans d’avance…

7 juin 1967 : Tsahal prend le contrôle de Jérusalem-Est

7 juin 1981 : opération Opéra (Irak). Voulant se prémunir contre la possibilité que Saddam Hussein se dote de l’arme nucléaire, Tsahal déclenche une opération aérienne (F16 et F15) pour détruire le réacteur nucléaire (baptisé Osirak) en périphérie de Bagdad. Livré par les Français, ce réacteur destiné à des applications civiles avait déjà fait l’objet d’attaques israéliennes (1979 et 1980) et iranienne (1980).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 8 juin   Sam 9 Juin - 9:00

8 juin : journée nationale d'hommage aux morts pour la France en Indochine.  Instituée par le décret n° 2005-547 du 26 mai 2005, cette journée d'hommage correspond au jour du transfert à la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette, de la dépouille du Soldat Inconnu d'Indochine, le 8 juin 1980. Un mémorial dédié aux morts pour la France en Indochine est implanté à Fréjus sur une hauteur dominant la ville. Inauguré en 1993 par le président de la République, il abrite près de 24 000 sépultures de militaires et de civils morts en Indochine.

Le site Internet Mémoire des hommes permet de consulter en ligne la base de données des morts pour la France au cours de la Guerre d’Indochine (1945-1954). Conservée par le Service historique de la Défense, elle a été constituée par la saisie et l’indexation d’un fichier établi par le ministère des Anciens combattants au lendemain de ce conflit.

8 juin 632 : mort de Mahomet (Médine – actuelle Arabie Saoudite). Le prophète de l’Islam meurt à 63 ans.

8 juin 1865 : combat de Hierba Buena (Mexique)

8 juin 1883 : signature de la Convention de la Marsa (au nord-est de Tunis). La convention complète le Traité du Bardo et permet à la France d’établir son protectorat sur la Tunisie.

8 juin 1912 : naufrage du sous-marin Vendémiaire (Manche). Le sous-marin se fait éperonner accidentellement par le cuirassé Saint Louis au cours d’un exercice naval. La totalité de l’équipage disparaît (24 hommes).

8 juin 1941 : combat franco-français en Syrie. Les raisons de l'intervention alliée en Syrie sont multiples : Pour les Français libres, il s'agit de rallier à de Gaulle l'armée du Levant (Vichy). Pour les Britanniques, le but est d'empêcher la Syrie de tomber aux mains des Allemands mais dans un deuxième temps de supplanter les Français dans une zone stratégique qu'ils n'auraient jamais dû occuper avant-guerre.

Le 8 juin, 5000 Français libres aux ordres du général Catroux et du général Legentilhomme entrent en Syrie avec 30 000 Britanniques. Les troupes du général Dentz (Vichy) résistent vaillamment jusqu’au 11 juillet. Les combats sont très intenses mais leur caractère fratricide (1066 morts pour l'armée du Levant - 650 pour la France Libre) explique qu'aucun fait d'armes n'a été retenu par la mémoire collective.

De Gaulle n'accordera aucune citation ni décoration pour ces combats que certains, puisant aux sources classiques, ont comparé à celui des Curiaces contre les Horaces. Chacun des camps français qui s’oppose a à cœur de montrer à l’autre qu’il n’est pas lâche, sait se battre et accomplit son devoir… d’où l’aspect cornélien de cette affaire.

8 juin 1944 : 48 heures après le débarquement allié sur les côtes normandes. Les deux têtes de pont d'Omaha Beach et de Gold Beach effectuent leur jonction à Port-en-Bessin au Nord de Bayeux, qui est libéré ce même jour par les troupes Britanniques. La jonction entre les troupes débarquées à Utah et à Omaha n'est toujours par réalisée. C'est, dans les heures qui suivent, un des objectifs majeurs pour les forces américaines. L'infanterie du 116e Régiment, appuyée par les chars Sherman, accède à la Pointe du Hoc où les Allemands s'apprêtaient à donner le coup de grâce aux 90 Rangers survivants, dont un grand nombre est blessé. Un bataillon de 225 rangers avait débarqué devant la batterie allemande du Hoc le 6 juin et est resté cloué sur place.

Le même jour le sergent Franck Peregory du 116e RI accomplit un acte de guerre d’une audace incroyable en attaquant victorieusement une tranchée allemande : à lui seul, il obtient la reddition de près de 40 soldats ennemis. Dans l’attaque, il en a tué 3 et a permis aux hommes de son unité de libérer le village de Grandcamp tout en récupérant les redoutables mitrailleuses allemandes.

8 juin 1967 : attaque israélienne de l’USS Liberty. Durant la guerre des Six-Jours, les forces israéliennes attaquent dans les eaux internationales au large de l’Égypte, un navire américain de guerre électronique. 34 américains sont tués. Israël reconnaitra une erreur et présentera ses excuses au gouvernement américain ainsi qu’aux familles des victimes.

8 juin 1972 : bombardement du village de Trang Bang (Vietnam). Le croyant tenu par les Nord-vietnamiens, le village est bombardé par erreur par l’armée sud-vietnamienne avec du napalm. Le photographe Huỳnh Công Út, plus connu sous le nom de Nick Ut (de l'agence Associated press) est présent comme beaucoup de journalistes et prend la photo d'une fillette de 9 ans qui fuit le bombardement. La nudité de Kim Phuc, brûlée par le napalm, fait débat dans la rédaction jusqu’au 12 juin. Pourtant, lorsqu’elle paraît, la photo fait le tour du monde et vaudra à son auteur le prix Pulitzer la même année. Ce cliché, qui suscite alors l'indignation générale, est devenu le symbole de l'horreur de la guerre du Vietnam.Kim Phuc est aujourd'hui mère de famille et est âgée de 55 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 9 juin   Sam 9 Juin - 9:02

9 juin 721 : bataille de Toulouse. Al Kawlani, le gouverneur Omeyade de l'Andalousie attaque Toulouse après s'être emparé de Narbonne (719). Le duc d'Aquitaine, Eudes, bat en retraite (pour chercher des renforts) lorsqu’Al Kawlani met le siège à la ville. Trop confiant, le musulman se laisse surprendre, en plein siège, par le retour d'Eudes. L’armée musulmane est battue et lui-même tué dans la bataille.

11 ans plus tard, Charles Martel réitère entre Tours et Poitiers.

9 juin 1800 : bataille de Montebello (Italie). Durant la seconde campagne d’Italie, le général Lannes remporte sur les Autrichiens, pourtant supérieurs en nombre, une belle victoire au terme de 11 heures d’affrontement où il montre un très grand courage ainsi qu’un talent manœuvrier. C’est sa première victoire en tant que commandant en chef. Napoléon, en le faisant duc de Montebello (1808) indique par-là que c’est sa plus belle bataille.

9 juin 1885: traité de Tien Tsin (Chine). Signature du traité de paix, d'amitié et de commerce mettant fin à la guerre franco-chinoise de 1881 à 1885. La Chine abandonne à la France ses droits sur l’empire du Vietnam. La domination française sur l'Annam et le Tonkin permettra la création de l'Indochine en 1887.

9 juin 1918 : bataille du Matz (Nord de Compiègne). Depuis le 21 mars, Ludendorff a entamé une grande offensive à l'Ouest avec les troupes qui rentrent de Russie (capitulation de Brest-Litovsk). 3 divisions françaises sont enfoncées sur 9 km à hauteur du Matz (affluent de l'Oise) grâce aux blindés allemands A7V et à un déluge d'artillerie. Le général Mangin ordonne un repli afin de mieux contre-attaquer (11 juin).

L'offensive allemande est enrayée, Compiègne et la route de Paris sont sauvés. Côté français, bien que le front se soit agrandi de 53 km, le moral reste bon : l'ennemi s'épuise plus vite et s'impatiente. Il s'agit de tenir encore, le temps jouant pour les alliés.

9 juin 1918 : naufrage du cuirassé austro-hongrois Szent Istvan (au large de la Croatie). Dans la nuit, une vedette rapide lance-torpilles italienne (MAS 15) coule l’un des seuls cuirassés de la marine impériale austro-hongroise (en route vers le barrage d’Otrante). La vedette n’a jamais été repérée, encore moins inquiétée, les Austro-hongrois pensant à une attaque de sous-marin.

9 juin 1942 : mort du LCL Félix Broche (Bir Hakeim – Libye actuelle). Chef de corps du Bataillon du Pacifique qui rallie la France Libre le 2 septembre 1940. Meurt durant l’assaut de la position de Bir Hakeim après s’être fait remarquer aux combats d’Halfaya et Tengeder (janvier 1942). Compagnon de la Libération. Il repose au cimetière de Tobrouk. Son fils, journaliste et historien, a écrit un Bir Hakeim (2008) particulièrement clair et édifiant.

9 juin 1943 : arrestation du général Delestraint, chef de l’Armée secrète (Paris). Piégé par un agent français de la Gestapo, Delestraint est déporté au camp du Struthof puis à Dachau où il meurt le 19 avril 1945 assassiné d’une balle dans la nuque, puisque personnalité catégorisée « Nacht und Nebel ». Il a été fait Compagnon de la Libération (17 novembre 1945). Ses « cendres » sont au Panthéon (10 novembre 1989). Il a donné son nom à la 175e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (1988-1991).

9 juin 1944 : massacre de Tulle. La division SS Das Reich, revenue du front Est, a pour mission de se porter depuis le centre de la France vers la tête de pont alliée en Normandie. Sur l'itinéraire, elle est harcelée par la Résistance. Les exactions allemandes vis-à-vis de la population se multiplient en représailles. Les ordres de von Rundstedt aux unités allemandes sont certes sévères et visent à dissuader la population d'aider la Résistance, cependant le nombre important de crimes commis par la division peut aussi s'expliquer par son taux d'encadrement relativement faible depuis la saignée de Koursk. A Tulle, 99 civils sont pendus et 149 autres sont déportés pour venger l'attaque (7 et 8 juin) des FTP contre la garnison.

9 juin 1959 : lancement du premier SNLE américain (Groton – Connecticut). Premier sous-marin capable de délivrer des missiles balistiques nucléaires (16 Polaris A-1) en immersion. A la même époque, les Soviétiques devaient faire surface pour tirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 10 juin   Dim 10 Juin - 10:04

10 juin 1944 : massacre d'Oradour sur Glane (près de Limoges).
Les ¾ de la division Das Reich, notamment les blindés, doivent rejoindre la Normandie où les Alliés ont débarqué 4 jours plus tôt, en prenant la route normale de Montauban à Bordeaux puis de Bordeaux à Caen.
Une partie de la Das Reich est spécialement détournée pour réduire les maquis de Corrèze et de Haute Vienne et y exercer une répression inspirée des méthodes pratiquées en URSS. Elle est « accrochée » par des résistants qui multiplient les actions destinées à la freiner.
Pour mettre un terme à ce harcèlement, une compagnie SS massacre la population du paisible village d'Oradour sur Glane.
642 personnes (hommes, femmes et enfants) sont méthodiquement assassinées, le village détruit.
La veille, à Tulle, 99 habitants ont été pendus et une centaine déportée.

10 juin 1961 : création du CAFDA - Commandement Air des Forces de Défense Aériennes.
Par décret n°61-581 du 27 mai (paru au Journal Officiel le 10/06).
Le CAFDA mettait essentiellement à disposition des forces aériennes de défense (intercepteurs) dans le cadre de la FATAC.
En 1994, le CDAOA (commandement de la Défense aérienne et des opérations aériennes) est créé sur la BA 942 de Lyon Mont Verdun et commande toutes les opérations aériennes depuis la métropole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 11 juin   Lun 11 Juin - 9:01

11 juin 1430 : bataille d’Anthon.

Les Bourguignons (4000 soldats) alliés au duc de Savoie Amédée VIII s’infiltrent en Dauphiné pour l’arracher au royaume de France. Le gouverneur Raoul de Gaucourt, renseigné sur la progression et le nombre de l’ennemi sait qu’il permettra la survie de ses 1600 hommes s’il attaque par surprise et de manière non conventionnelle. Les Bourguignons marchant sur le château de Colombier doivent traverser le Bois des Franchises sur un axe étroit ne permettant aucun déploiement de leurs cavaliers : c’est là que Gaucourt dispose en embuscade ses archers et bombardes (venues de Crémieux). Insuffisamment renseignés et trop sûr de leurs forces, les Bourguignons négligent de reconnaître l’axe de progression. Ils tombent dans une série d’embuscades tout le long du chemin et se font décimer. Les troupes dauphinoises accentuent la panique des Bourguignons en faisant croire à une supériorité numérique écrasante (hurlements dans les bois). Le Dauphiné reste au Royaume de France.

11 juin 1837 : inauguration de la galerie des batailles (Château de Versailles).

Le roi Louis-Philippe inaugure la galerie qui regroupe parmi les plus belles toiles représentant les grandes batailles françaises, de Tolbiac (496) à Wagram (1809).

11 juin 1885 : mort de l’amiral Courbet (à bord du Bayard au large de l’actuelle Taiwan).

Polytechnicien et amiral commandant l’escadre d’Extrême-Orient.

11 juin 1931 : Pierre Benoit, immortel.

L’auteur de Koenigsmark, l’Atlantide, la châtelaine du Liban, …, la sainte Vehme, est élu à l’Académie française.  Le général Maxime Weygand est lui aussi élu le même jour.

11 juin 1942 : sortie de vive force de Bir Hakeim (Libye).

Du 27 mai au 10 juin, la brigade du général Koenig (3600 hommes) résiste aux assauts et aux bombardements de Rommel et permet ainsi aux Britanniques de la 8e armée d'achever leur repli et de se reconditionner en Égypte.

En s'obstinant à prendre Bir Hakeim qui n'a pourtant pas de caractère stratégique particulier, Rommel perd un temps précieux et surtout commet l'erreur de mettre en évidence la valeur au combat des Français libres. Dans la nuit du 10 au 11 juin, la brigade française démine un couloir de 40 mètres de large dans le périmètre défensif et commence son évacuation du camp retranché. Les Allemands détectent très vite la sortie et déclenchent un déluge de feu qui ne parvient cependant pas à arrêter la sortie. La bataille donne lieu à d’innombrables actes de courage. 2100 soldats gagnent les lignes britanniques distantes de 7 km. Le retentissement de ce fait d'armes est international et salué par toutes les radios alliées qui focalisent depuis deux semaines sur la résistance française inattendue à Bir Hakeim.

Le général de Gaulle envoie immédiatement un message de félicitations à Koenig.

11 juin 1948 : résolution Vandenberg (États-Unis – Washington).

Le sénat américain en votant cette résolution permet aux États-Unis d’intégrer l’alliance des États signataires du Traité de Bruxelles et donne un coup d’accélérateur décisif à la future OTAN. Le traité de l’Atlantique Nord sera signé moins d’un an plus tard (4 avril 1949).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 12 juin   Mar 12 Juin - 9:00

12 juin 1248 : Louis IX part en croisade (Paris).

Le futur Saint Louis quitte Paris pour le port d’Aigues-Mortes et entame les 6 années qu’il va passer en Égypte et en Terre Sainte. Cette croisade est connue pour la défaite de la Mansourah où il est fait prisonnier par les Mamelouks (1250). Libéré, il utilise les 4 années suivantes à mettre en ordre le royaume chrétien d’Orient. Pendant ce temps, la mère de Louis IX assure jusqu’à sa mort la régence du royaume de France.  
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t45-biographie-de-louis-ix

12 juin 1783 : début de la 3e bataille de Gondelour (Inde).

Le maréchal de camp Pâtissier de Bussy- Castelnau contient avec ses 5000 hommes l’attaque de l’armée du général James Stuart (18 000 hommes) contre le port de Gondelour. Les renforts par bateaux qu’escompte Stuart seront empêchés par l’un des plus beaux combats navals du Bailli de Suffren le 20 juin. Ce n’est que le 23 juin qu’est connue la signature de la paix (9 février 1783) entre France et Angleterre dans le cadre de la guerre d’indépendance des États-Unis.

12 juin 1795 (24 prairial an III) : acte de décès de Louis XVII.  

Rédaction, à l'état civil de Paris, de l’acte de décès de Louis XVII, mort en captivité, le 8 juin, à la prison du Temple où, depuis août 1792, il était enfermé avec ses parents, sa tante et sa sœur aînée Marie-Thérèse. L'original de cet acte de décès a disparu dans les incendies de la Commune de 1871, mais l'acte avait été recopié par des archivistes et un exemplaire se trouve aux Archives nationales. Né dix ans plus tôt, Louis-Charles de France, fils cadet de Louis XVI et Marie-Antoinette, était devenu l'héritier du trône à la mort de son frère aîné, le 4 juin 1789. Dès 1795, des rumeurs courent : le dauphin, remplacé dans sa geôle par un autre garçon, aurait été libéré du Temple. Les « faux dauphins » commenceront alors à apparaître, réunissant un nombre variable de partisans autour de leurs prétentions. L'authentification ADN du cœur momifié de Louis XVII, dans les années 2000, met fin aux rumeurs.

Depuis le 8 juin 2004, l'urne funéraire contenant ce cœur a rejoint la chapelle des Bourbons dans la basilique de Saint-Denis.

12 juin 1798 : Bonaparte prend Malte.

Dans la plus grande discrétion, Bonaparte, en route vers l’Égypte, aborde Malte avec ses 35 000 hommes (330 navires). En quelques jours, il dote l’île d’institutions républicaines durables.

12 juin 1808 : combat de Cabezon (Espagne).

Au début du conflit espagnol, le général Lassale écrase une armée hétéroclite de 7000 hommes, en une seule charge de cavalerie appuyée par la division du général Merle. Il entre dans Valladolid le même jour.

12 juin 1916 : la tranchée des baïonnettes (Verdun – ferme de Thiaumont).

Les fusils de soldats des 3e et 4e compagnies du 137e RI sont retrouvés dépassant d’une tranchée ensevelie sous la terre. On pense tout d’abord à l’effet d’un bombardement ayant enterré vivants les soldats du 137e RI – et c’est cette thèse qui provoque la constitution du monument toujours visible – puis, on admet que cela peut correspondre à une sépulture d’urgence pratiquée par des camarades survivants afin d’éviter les épidémies tout en permettant à la relève de retrouver ultérieurement les restes.

12 juin 1943 : arrestation du général Frère (Royat).

Prestigieux chef militaire, le général Frère commande la VIIe armée lors de la campagne de 1940 et parvient à se replier en bon ordre sans se faire encercler. Gouverneur militaire de Lyon avant d'être mis en retraite, il dirige l'ORA (Organisation de résistance de l'armée). Il est arrêté par la Gestapo avec son épouse et sont tous les deux déportés en camp de concentration. Son épouse survit à Ravensbrück mais lui meurt au Struthof (13 juin 1944). Le général Frère a donné son nom à une promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (1948-1950) et a marqué plus d’une génération de soldats ne serait-ce qu’à travers sa devise : « J’obéis d’amitié ».

12 juin1944 : la première fusée V1 tombe sur Londres.

La première fusée Vergeltungswaffe 1 (arme de représailles), passée à l’histoire comme V1, est lancée par les Allemands dans la nuit du 12 au 13 juin. La V1 est l’ancêtre des missiles de croisière. L’impact de cette arme est surtout psychologique, obligeant les Alliés à détourner des moyens aériens et de DCA pour protéger les ciels britanniques et ouest-européens.

12 juin 1993 : début de la bataille de Mogadiscio (Somalie).

À la tête d’un groupement tactique français (dans le cadre de la mission Oryx), le colonel de Saqui de Sannes commence à rétablir la situation dans Mogadiscio où 3 journalistes internationaux sont tués et viennent s’ajouter aux 24 soldats pakistanais tombés dans une embuscade tendue par les hommes du général Aydid quelques jours plus tôt (5 juin). Saqui de Sannes maîtrise la situation en ne déplorant que 3 blessés parmi ses hommes. En octobre, soit 5 mois plus tard, au même endroit et dans les mêmes conditions, le général américain Garrison, commandant la Task force Rangers déplorera 20 morts et 80 blessés. Dans les deux cas, le bilan adverse est inconnu mais supposé important. Pour poursuivre la comparaison des méthodes française et américaine, lire l’article du colonel Goya, Mogadiscio 1993 – l’Oryx et le faucon noir, sur le blog La voie de l’épée.

12 juin 1998 : disparition en mer d’Eric Tabarly (Mer d’Irlande).

Dans la nuit du 12 au 13 juin, Tabarly tombe à la mer. Tabarly fut officier marinier pilote de l’aéronautique navale pendant 6 ans (dont 2 en Indochine pendant la guerre) puis officier de marine (ancien de l’École des officiers de marine, et donc de l’École navale), et, en tant que tel breveté fusilier marin et certifié commando. Il a commandé un engin de débarquement d’infanterie et de chars (EDIC). Il a quitté la marine avec le grade de capitaine de frégate, atteint par la limite d’âge, et fut promu capitaine de vaisseau au titre de la réserve.

12 juin 1999 : entrée de la KFOR au Kosovo.

La brigade du général Cuche pénètre au Kosovo depuis la Macédoine (Kumanovo) en application de la résolution 1244 de l'ONU.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 13 juin   Mer 13 Juin - 10:28

3 juin 323 (avant Jésus Christ) : mort d'Alexandre le Grand (Babylone – actuel Irak).

À 33 ans, le plus grand conquérant de tous les temps, est emporté par la malaria. En dix ans, il bâtit un empire allant de la Grèce à l'Inde en passant par l'Égypte et l’Afghanistan. Avec ses 30 000 fantassins et 5000 cavaliers, il a dominé un bref instant dans l'Histoire, la presque totalité du monde connu. Il est resté pour la postérité comme le modèle du stratège et de l'explorateur dont tous les conquérants se revendiqueront par la suite. Convaincu d'être le descendant des mythiques Zeus (par son père) et Achille (par sa mère), il est impitoyable et impulsif, n’hésitant pas à faire exécuter ses meilleurs amis. Cependant, élève d'Aristote et admirateur de Diogène, il veut aussi helléniser l'Orient et repousser les limites connues du monde d’alors. Arrivé aux portes de l’Inde, il renonce à la poursuite de son exploration en constatant la fatigue de son armée. Les seuls à avoir rééditer cet exploit dans la conquête sont les Mongols du clan de Gengis Khan.
Lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t5-bataille-de-gaugamele
Lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t33-biographie-d-alexandre-le-grand

13 juin 1818 : naissance de Louis Faidherbe (Lille).

À sa sortie de Polytechnique, le général Faidherbe choisit l’arme du génie. Créateur de la ville de Dakar, il est le pacificateur du Sénégal qu’il gouverne à plusieurs reprises. Il est mort en 1889.

13 juin 1862 : bataille du Cerro del Borrego (Mexique).

Le capitaine Détrie à la tête d’une compagnie du 99e régiment d’infanterie de ligne, détecte l’approche d’une brigade mexicaine (2 000 hommes) sur la hauteur dominant la ville d’Orizaba où les troupes françaises se sont repliées après la défaite de Puebla. Il stoppe net leur avance par des assauts successifs puis les met en fuite dès l’arrivée d’une compagnie de renforts. Détrie est nommé chef d’escadron le lendemain. Il terminera général de division et sera fêté comme l’un des héros du Second empire.

13 juin 1917 : débarquement de Pershing et Patton (Boulogne-sur-Mer).

177 Américains, dont le général John Pershing, commandant en chef du corps expéditionnaire, et le lieutenant Patton, débarquent dans le port de Boulogne dans la liesse populaire. Le colonel Jacques Aldebert de Chambrun, descendant direct de La Fayette, les accueille à la descente du bateau.
Arrivés le soir même à Paris, ils reçoivent un accueil indescriptible, toute la capitale se pressant sur le parcours du cortège qui se dirige vers la place de la Concorde. En guise de salut, le général Pershing se montre au balcon de l’hôtel Crillon et la foule consent finalement à se disperser.
Lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t20-2017-centenaire-de-l-intervention-de-l-aef

13 juin 1939 : proclamation du blocus des concessions française et britannique de Tianjin par le Japon (Chine du Nord).

Le gouvernement chinois collaborationniste et les forces armées japonaises reprochent à la France et à la Grande-Bretagne de donner refuge aux guérilleros chinois, de maintenir leur neutralité, de refuser de donner valeur légale à la nouvelle monnaie « fédérale » chinoise et de ne pas permettre la sortie des stocks d'argent. Les Français et les Britanniques opposent au blocus une résistance passive, jusqu'à la capitulation des autorités de la concession britannique le 11 août. Cette capitulation ouvre la voie à une collaboration franco-japonaise négociée à Tôkyô en juillet 1940 avec les nouvelles autorités pétainistes de la concession française.

13 juin 1944 : fin de la bataille de Bloody Gulch (Normandie).

La Easy compagny de la 101e Airborne Division livre un combat au corps à corps contre des éléments de la 17e Panzergrenadier Division ainsi que des parachutistes allemands dans le manoir de Donville. La bâtisse devenue poste de commandement avancé est prise avec 12 tonnes de matériel divers. Le film Il faut sauver le Soldat Ryan retrace durant quelques minutes ces combats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 14 juin   Jeu 14 Juin - 9:39

ERRATUM pour le 13 03 juin 1818 : naissance de Louis Faidherbe (Lille).

Merci au CDT (rc) Frédéric de Berthier de Grandry qui a retrouvé l’acte de naissance de Faidherbe permettant de rectifier une erreur très fréquemment reprise y compris par la Chronique.

14 juin 1658 : bataille des Dunes (Dunkerque).

Turenne défait les Espagnols de Don Juan d'Autriche (pourtant secondé par le Grand Condé) devant les murailles de Dunkerque qu'il assiège.

14 juin 1800 : bataille de Marengo (Italie).

Le Premier Consul Bonaparte met fin à la deuxième campagne d'Italie en battant les Autrichiens. La victoire est obtenue in-extremis par l'arrivée sur le champ de bataille du général Desaix, qui meurt en lançant la charge de sa division.

14 juin 1800 : assassinat de Kléber (Égypte).

Brillant successeur de Bonaparte à la tête de l’armée d’Égypte (aout 1799), Kléber est considéré comme l’un des généraux les plus capables du futur empereur. Il s’est illustré à Fleurus, en Vendée, en Allemagne et tout récemment à la bataille d’Héliopolis. Depuis un an, il reconstruit l’Égypte et est adulé à la fois par ses hommes et une grande partie de la population qui admire ses qualités humaines au-delà de celles, évidentes, de chef. Poignardé par un jeune illuminé, Soleyman, aux ordres du Vizir Youssouf, Kléber laisse en mourant l’armée désemparée. Le général Menou, qui lui succède, n’obtiendra pas l’adhésion de ses hommes.

14 juin 1807 : bataille de Friedland (Pologne).

L’Empereur Napoléon Ier écrase les Russes, malgré leur avantage numérique, effaçant le douloureux souvenir du carnage d'Eylau et mettant un terme à la campagne de 1807 par le traité de Tilsit (25 juin).

14 juin 1830 : débarquement en Algérie (Sidi Feruch).

Les troupes françaises débarquent sur la plage de Sidi Feruch, à 25 km d'Alger, tandis que la flotte bombarde les défenses de la ville. Le Dey capitule le 5 juillet, après plusieurs jours de difficiles combats contre les troupes turques qui font 415 tués et 2160 blessés dans le corps expéditionnaire. Le débarquement a eu lieu grâce à une reconnaissance du littoral effectuée 22 ans plus tôt par l’un des espions de Napoléon…

14 juin 1925 : mort du sous-lieutenant Pol Lapeyre (Beni Derkoul – Maroc).

Chef du poste de Beni Derkoul comprenant 35 tirailleurs, le jeune officier (22 ans), sorti récemment de Saint-Cyr, résiste depuis le 3 mai aux assauts de centaines d’insurgés Rifains. Constatant que les assaillants déferlent sur les remparts et que le poste est perdu, il fait sauter les réserves de poudre du fort dans un dernier acte de résistance, ensevelissant les Rifains sous les décombres. Il a donné son nom à la 113e promotion de l’École spéciale militaire (ES) de Saint-Cyr et à la Corniche militaire (prépa ESM) du lycée militaire de Saint-Cyr l’École.

14 juin 1942 : raid sur Héraklion (Crète).

Un commando de paras conduits par le capitaine Bergé (Forces françaises libres) détruit 20 avions Stuka au sol.

Lâchés par un sous-marin à 5 km du rivage, les 6 hommes du commando (4 Français, 1 Britannique, 1 Grec) gagnent la plage à bord d’un canot. Ils s’infiltrent sur près de 20 km jusqu’à l’aérodrome allemand d’Héraklion où, après avoir déjoué courageusement la surveillance allemande, ils détruisent avions et citernes de carburant. Ces destructions contribuent à la sécurité d’un convoi maritime allié devant croiser au large de la Crète le surlendemain. Dénoncés par un habitant, les membres du commando sont arrêtés. Le caporal Leostic est tué en tentant de fuir. Le capitaine Bergé (1er capitaine commandant la 1re unité parachutiste française, la 1re compagnie d’infanterie de l’air, « père » des SAS français) est emprisonné à Colditz et ne sera libéré qu’en 1945 par les Américains. Le capitaine Bergé terminera sa carrière comme général de brigade, il a donné son nom à la 38e promotion de l’École militaire interarmes (1998-2000)

14 juin 1982 : reddition des Argentins aux Falkland.

La guerre des Malouines, ou Falkland, est une surprise stratégique (en pleine Guerre froide) pour les Britanniques. Margaret Thatcher, refusant le camouflet que représente la capture de la garnison des Royal Marines par l'armée de la junte militaire argentine, ordonne la reprise des îles situées à 13 000 km de Londres. Mission accomplie en 72 jours. Les actions commandos des SAS sont primordiales et détruisent au sol 1/4 de l'aviation argentine. Elles sont permises par le déploiement d'une task force aéronavale où l'hélicoptère accomplit de très nombreuses missions. Les Britanniques perdent 225 hommes, les Argentins, 649. Le conflit montre aussi la vulnérabilité des bâtiments de surface puisque la Royal Navy en perd 7 dont deux destroyers (atteints par le missile air-mer Exocet).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 15 juin   Ven 15 Juin - 8:29

5 juin : Saint Bernard de Menthon. Saint-patron des troupes de montagne.

Il est devenu le saint protecteur des troupes alpines au début des années 1990, à l'initiative de l'aumônier de la 27e division alpine (Claude Mino-Matot) et du général J-R Bachelet commandant l’unité à l'époque. Voir le site du diocèse aux Armées.

15 juin 1389 : bataille de Kosovo Polje (Kosovo).

En 1365, Mourad Ier déplace sa capitale en Europe (à Adrianople aujourd’hui Edirne). En 1386, les Ottomans occupent la ville serbe de Nis. Trois ans plus tard, le prince serbe Lazar rassemble une partie des princes chrétiens et marche sur Mourad. La rencontre a lieu sur le « champ des merles » (Kosovo Polje) et s'achève par une défaite des chrétiens. Lazar et Mourad meurent tous deux au combat. Cette bataille est restée dans l'histoire des Slaves du Sud (ou Yougoslaves) comme un événement majeur. Aujourd'hui, la date et le lieu de la bataille sont d'autant plus célébrés par les Serbes que Kosovo Polje est situé en République du Kosovo. Depuis début 2008, le Kosovo est un État indépendant.

À noter : Les Orthodoxes commémorent la bataille le 15 juin (calendrier Julien) alors que le calendrier grégorien (le nôtre) ne le fait que le 28 juin. Des chrétiens combattaient dans les deux camps.

15 juin 1809 : combat de Maria (Espagne).

Le général Suchet bat un corps anglo-espagnol et le poursuit jusqu'à Belchite.

15 juin 1895 : création de l’A.O.F.

Par décret gouvernemental l’Afrique Occidentale Française est créée. Le gouverneur de Dakar a désormais en charge le regroupement des colonies et possessions suivantes : Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Dahomey et Soudan.

15 juin 1905 : naissance de Philippe Tailliez (Malo-les Bains).

Officier de marine, écrivain et pionnier de la plongée sous-marine autonome, civile et militaire, il forme, avec Jacques-Yves Cousteau et Frédéric Dumas, les « Mousquemers » et marque l’histoire de la plongée. Comme premier commandant du groupe de recherche sous-marine de la Marine, il apporte le soutien de son unité aux premières plongées du bathyscaphe FNRS 2 du professeur Piccard et mène de nombreuses missions de déminage, d'exploration et d'archéologie sous-marine. Il quitte la marine, atteint par la limite d'âge, avec le grade de capitaine de vaisseau et se consacre ensuite totalement à la protection de l'environnement marin. Il effectue une dernière plongée au sein de la Marine à l’occasion de ses 90 ans.

15 juin 1940 : les Allemands à Verdun.

Alors que la Wehrmacht est entrée la veille (14 juin) à Paris, Verdun est déclarée ville ouverte dès le 11. Les panzers de Guderian entrent dans la ville restée inviolée en 1916.

15 juin 1940 : mort au combat du colonel Cazeilles (Rembercourt – Argonne).

Saint-Cyrien (promotion "de la Croix du Drapeau" 1913-1914), fantassin colonial  et écrivain de guerre, Léon Cazeilles est chevalier de la Légion d'honneur à 25 ans. Cité trois fois lors de la Première guerre mondiale, notamment au sein de l'Armée d'Orient, il fait l'admiration du futur maréchal Franchet d'Esperey pendant la Bataille de Dobro Polje (1918). Au Maroc en 1920, il se fait remarquer par le maréchal Lyautey lors du combat de Bouknadel. Chef de corps du 21e Régiment d'infanterie coloniale au début de la Campagne de France, il meurt en chargeant à la tête du régiment. Les honneurs seront rendus à sa dépouille par l'ennemi.
La 182e promotion de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr (1995-1998)porte son nom.

15 juin 1940 : jour de gloire des ailes françaises.

Décollant sur alerte de l’aérodrome du Luc / Le Cannet des Maures (actuel  EALAT / EFA « TIGRE ») pour intercepter des formations italiennes venues attaquer des installations militaires dans la région - dont le terrain de Luc - l’adjudant Pierre Le Gloan du GC 3/6 (unité alors en cours de transformation sur le nouveau chasseur Dewoitine D520) réussit l’exploit d’abattre 5 avions en moins de 40 minutes au-dessus de Saint Tropez, le Luc et Vidauban. Pour ce fait d’arme exceptionnel, félicité en personne par le colonel Fonck grand as de 14/18, il est nommé immédiatement sous-lieutenant. Fidèle à ses engagements, Le Gloan part servir dans l’armée de l’air d’armistice, au Levant, où s’est replié son unité, avant de reprendre la lutte aux côtés des Anglo-américains après leur débarquement en Afrique du nord et le ralliement des unités françaises.  Il meurt le 11 septembre 1943 (jour anniversaire de la mort de Guynemer), dans le crash accidentel de son P39 AIRACOBRA aux environs de Mostaganem.
As méconnu aux 18 victoires sûres et 3 probables, il est Chevalier de la Légion d’honneur, titulaire de la médaille militaire et croix de guerre 39/45 avec 10 palmes et une étoile.

15 juin 1943 : premier vol du premier bombardier à réaction au monde (Allemagne).

L'Arado 234 effectue son premier vol test au-dessus de Munster. Cette version est celle d’un avion de reconnaissance lancé par un charriot sur rail avec atterrissage sur patin. La version bombardier vole en mars 1944 sous le code A 234 B.

15 juin 1944 : début de la bataille de Saipan (Îles Mariannes).

Après 2 jours de bombardement naval, 300 blindés et 8000 marines débarquent sous le feu de l’artillerie japonaise. Saipan est la première île, prise d'assaut par les Américains et mettant le Japon à portée des bombardiers B-29 Superforteress.  La bataille dure jusqu’au 9 juillet face à un ennemi acharné : beaucoup se jettent du haut des falaises pour ne pas être capturés. Lors de ce premier jour de combats, les américains perdent 25 % de l’effectif débarqué (soit les 2/3 des pertes de la bataille de Saipan).

15 juin 1945 : création de l’École militaire de haute montagne (Chamonix).

Initialement créée en 1932, l’EHM rejoint en 1939 le 199e bataillon de chasseurs de haute montagne. Elle est officiellement reconstituée en 1945. Véritable Institution dans le monde de la montagne et  pôle d’excellence pour la formation des cadres militaires français et étrangers, l’EMHM est la plus ancienne école de ce type au monde. Depuis 70 ans, 50 000 stagiaires ont été formés dont 1 800 étrangers (28 nationalités) à Chamonix. La pratique de la montagne est exigeante et dangereuse, c’est pourquoi la conduite de détachements militaires dans un tel environnement fait l’objet d’une attention particulière dans ce haut lieu de la formation. La réputation de l’EMHM est internationale et entretenue notamment par les exploits sportifs régulièrement accomplis par l’élite des cadres de l’école, au sein du GMHM (Groupe militaire de haute montagne).
Réputation décuplée lors des compétitions sportives internationales par les  athlètes des équipes de France militaires de ski (EFMS) pour ne citer que Fourcade, Vaultier, Worley, Roux et Duvillard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 16 juin   Sam 16 Juin - 8:42

Erratum et précision pour le :
15 juin : Saint Bernard de Menthon. Le général Bachelet tout en portant bien la responsabilité de la proposition initiale était général adjoint au général de division Jean Bassères, commandant la 27e Division Alpine de l'époque (devenue ensuite 27e Division d'Infanterie de Montagne puis Brigade). Le général de Giuli (alors colonel) était chef d'état-major.

16 juin 1211 : début du siège de Toulouse.
Durant la Croisade contre les Albigeois, Simon de Montfort met le siège très brièvement et sans succès à la ville de Raymond VI de Toulouse, protecteur des Cathares. Il mourra sous les murs de cette même ville en juin 1218.

16 juin 1582 : la France à la conquête des Açores.
Le roi de France Henri III expédie aux Açores une flotte corsaire commandée par Philippe Strozzi, cousin de sa mère Catherine de Médicis, afin de priver les Espagnols de leur base étape vers le Brésil. Les dissensions internes mènent les Français à la défaite le 26 juillet suivant au large des Açores.

16 juin 1807 : prise de Königsberg (aujourd’hui Kaliningrad, territoire russe sans frontière avec la Russie).
Alors que Napoléon vient de remporter la bataille de Friedland (14 juin), Murat prend la ville forteresse défendue par le général prussien Lestocq. Il fait 7000 prisonniers et sans grandes pertes pour lui. Cette victoire clôt la guerre de la Quatrième coalition et décide le Tsar Alexandre Ier et le roi de Prusse à négocier.

16 juin 1815 : la bataille de Ligny (ou bataille de Fleurus).Elle a opposé les prussiens du maréchal Blücher à une partie de l'armée française commandée par Napoléon 1er. Deux jours avant la bataille de Waterloo, Ligny fut la dernière victoire de Napoléon. Mais c'est une victoire moins décisive que ne le croit Napoléon : après un combat d'une grande férocité et de nombreuses pertes dans les deux camps, les prussiens - enfoncés en leur centre - réussissent leur repli sur les ailes, sans être poursuivis la nuit venue par les troupes napoléoniennes. Au cours de la bataille de Ligny, Napoléon perd environ 9.500 hommes.  Les Prussiens comptent 25.000 morts, blessés ou disparus.

16 juin 1826 : massacre des Janissaires (Istanbul). Mahmud II, Sultan de l’Empire ottoman décide d’éradiquer le corps des Janissaires qui à de nombreuses reprises à démontré son manque de fidélité et d’appui au mouvement de réformes qu’il promeut (notamment dans l’armée). Avec l’aide du corps des artilleurs et le soutien de la population d’Istanbul, il fait bombarder les casernes des Janissaires où 7000 de ces soldats périssent. La répression s’étend au reste de l’empire et seuls 20 000 Janissaires (sur les 140 000) survivent en étant bannis de l’empire.

16 juin 1940 : échec de la fusion franco-britannique.
« Sous-secrétaire d'État à la Défense nationale et à la Guerre depuis le 5 juin, le général de Gaulle s’entretient  avec Churchill du projet d'union qui fusionnerait les nations et institutions françaises et britanniques dans le but de poursuivre la guerre. Dans l’après-midi, de Gaulle téléphone au Président du Conseil Paul Reynaud pour lui faire part de l’accord de Churchill. Mais ce projet est repoussé par le Conseil des ministres et entraîne la démission de Reynaud. Le Président de la République, Albert Lebrun, charge alors le maréchal Philippe Pétain de former un nouveau gouvernement. Rentrant de Londres dans la soirée, de Gaulle atterrit à Bordeaux et apprend qu’il ne fait plus partie du gouvernement. Déçu d’avoir été écarté de la nouvelle équipe, il s’envole vers Londres le lendemain matin, en compagnie d’Edward Louis Spears, envoyé spécial de Churchill ». COL Pierre. M-J

16 juin 1944 : Marc Bloch meurt fusillé (St Didier de Formans).
Historien médiéviste et fondateur du courant historique dit de l’école des Annales, mais aussi auteur du fameux L'étrange défaite, 1940, ouvrage posthume tentant d’expliquer la débâcle de 1940, il entre en résistance en 1942 et est arrêté à Lyon en avril 1944.

16 juin 1946 : discours de Bayeux (Normandie).
De Gaulle, alors qu’il a démissionné de ses fonctions de Président du gouvernement provisoire en janvier, choisit d’exposer ses idées sur ce que doit être la Constitution française en revenant dans la ville de Bayeux où il avait prononcé son premier discours sur le sol français en 1944. C’est un démontage méthodique des travers de la III eme République et une annonce des grands principes gaulliens du pouvoir.

16 juin 1977 : mort de Wernher von Braun (Etats-Unis – Virginie).
Ancien directeur du centre expérimental allemand de Peenemünde, il est le père de la conquête spatiale. Créateur des V2 allemands, il est évacué à la fin de la seconde guerre mondiale par les services secrets américains pour travailler sur leur programme spatial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 17 juin   Dim 17 Juin - 9:22

17 juin 1967 : explosion de la première bombe H chinoise (désert du Takla-Makan – Chine). La Chine teste avec succès sa première bombe à fusion nucléaire (bombe thermonucléaire ou bombe H) à peine 3 ans après sa première bombe à fission (bombe A). La France a testé les siennes en 1960 (A) et 1968 (H). Pour les Américains, 1945 et 1952. Pour les Soviétiques, 1949 et 1953.

17 juin 1985 : le colonel Baudry dans l’espace (Etats-Unis – Floride). Patrick Baudry décolle du Kennedy center à bord de la navette Discovery et passe 7 jours dans l’espace. C’est le deuxième spationaute français (le premier étant le général Jean-Loup Chrétien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 18 juin   Lun 18 Juin - 8:47

18 juin 1429 : bataille de Patay (près d’Orléans).
Événement majeur de la guerre de cent ans qui voit la victoire du Dauphin et Jeanne d’Arc sur les troupes anglaises de Talbot. Si Orléans a eu un grand retentissement moral, en revanche sur un plan purement tactique et opératif, la campagne de la Loire qui s’achève à Patay est beaucoup plus décisive. Les archers anglais n’ont pas eu le temps de se protéger derrière les épieux taillés qu’ils disposent habituellement autour d’eux pour se protéger d’une attaque. Les reconnaissances françaises repèrent leurs positions suite à une maladresse anglaise et donnent l’alerte : l’avant-garde française (1500 hommes) commandée par les capitaines La Hire, de Loré et de Xaintrailles attaque les archers anglais qui fuient. Ensuite, la cavalerie lourde française charge et parvient pour la première fois depuis la défaite d’Azincourt à obtenir un franc succès.
La victoire de Patay fait suite aux combats victorieux de Jargeau, Meung et Beaugency du 12 au 16 juin, et clôt une campagne éclaire au cours de laquelle Jeanne d’Arc a repris l’initiative (souvent contre l’avis de ses grands subordonnés). Elle ouvre les ponts de la Loire et la route de Reims. Désormais plus rien ne peut arrêter Jeanne d’Arc jusqu’à son but politique : faire sacrer le Roi. Les Anglais qui s’étaient retirés en bon ordre d’Orléans quelque semaines plus tôt et qui avaient gardé toute leur force combattive, sont démoralisés et incapables de l’arrêter.
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t48-la-liberation-d-orleans
      http://archedescombattants.forumactif.com/t49-biographie-de-jeanne-d-arc

18 juin 1635 : la Martinique devient française (Mer des Caraïbes).
Venant de Saint Christophe, les deux colons français Jean du Plessis d’Ossonville et Lienard de l’Olive prennent possession de l’île au nom du roi de France. Celle-ci, bien que découverte en 1493 par les Espagnols n’est pas encore colonisée et est peuplée par les Caraïbes. Un mois plus tard, d’Esnambuc envoie 100 hommes affermir la prise de possession.

18 juin 1694 : débarquement anglais repoussé (Camaret – Bretagne).
Louis XIV, informé par son service de renseignement que les Anglais préparent un débarquement en Bretagne pour profiter du départ de la flotte française vers la Méditerranée, dépêche en urgence le lieutenant-général Vauban et le nomme commandant militaire de Brest (de tout le littoral breton en fait) car ce dernier a inspecté quelque temps auparavant l’ensemble de la côte Atlantique et de la Manche et en connait les forces et faiblesses. Il a si bien mis en alerte les habitants côtiers que ceux-ci repoussent facilement et sans pertes importantes le corps expéditionnaire du contre-amiral Osborn. Ce dernier perd 800 des 1200 hommes qu’il tente de débarquer, y compris le général Tollemash commandant l’assaut. La plage de Camaret est rebaptisée Trez Rouz (plage rouge) en raison du sang versé.
Cette victoire française est d’autant plus significative qu’elle est obtenue par seulement deux compagnies franches renforcées dans la nuit par une compagnie des milices provinciales de Guyenne. Il faut aussi souligner l’importance de la tour de Camaret que Vauban avait préalablement fait fortifiée et armée pour défendre la plage, envisageant un débarquement possible à cet endroit.

18 juin 1812 : les États-Unis déclarent la guerre à la Grande-Bretagne.
Le président des États-Unis James Madison déclare la guerre à la Grande-Bretagne au nom de la défense du principe de liberté des mers, car la marine anglaise, sous prétexte de combattre l'Empire napoléonien, entrave le commerce américain. C'est la première fois que le Congrès américain vote une déclaration de guerre. Les combats auront lieu sur la mer et les Grands Lacs. La paix sera signée en décembre 1814.

18 juin 1815 : défaite de Waterloo (Belgique).
Napoléon Ier, revenu de son exil sur l'île d'Elbe depuis moins de 100 jours, doit affronter la septième coalition. Il choisit d'attaquer les Anglais (Wellington) avant qu'ils ne se regroupent avec les Prussiens (Blücher) mais se heurte à une forte résistance. Le combat est indécis jusqu'à l'arrivée des Prussiens qui débandent l'armée française. Erreurs (de Ney et Napoléon), retards (Grouchy qui s’entête à Wavre) et trahisons (de Bourmont) alliés à la belle combativité des alliés, expliquent la défaite française. C'est la fin. Quatre jours plus tard, l'empereur abdique.  À noter aussi l’action d’éclat d’un autre général français, Cambrone, lui aussi entouré d’anglais, qui n’a pas fait de discours et se serait contenté d’un seul mot !

18 juin 1855 : échec du premier assaut de Malakof (Crimée).

18 juin 1917 : décret créant la DGGSM.
La direction générale de la guerre sous-marine placée sous l’autorité du contre-amiral Merveilleux du Vignaux est créée pour faire pièce à la menace allemande.

18 juin 1940 : appel radiophonique du général de Gaulle (Londres).
C’est le premier discours prononcé par le général de Gaulle à la BBC depuis Londres dans lequel il appelle à ne pas cesser le combat contre l’Allemagne nazie. Ce discours – très peu entendu sur le moment mais publié dans la presse française le lendemain et diffusé par des radios étrangères – est considéré comme le texte fondateur de la Résistance française, dont il demeure le symbole.

18 juin 1940 : évacuation des réserves d'or de la Banque de France (Brest).
Face à l’avance allemande inexorable, les réserves d’or de la banque de France sont transférées par train à Brest (mi- mai 1940), comme en 1870 d’ailleurs. Ces près de 2000 tonnes d’or (dont 170 de la Banque de Belgique) sont finalement chargées à bord de la première division de croiseurs auxiliaires commandée par le contre-amiral Cadart, lorsqu’il devient évident que les Allemands ne peuvent plus être contenus. Une partie de cet or est déjà en route pour Halifax (Canada) depuis quelques jours. L’autre partie ne quitte Brest que quelques heures avant l’arrivée des troupes allemandes et se dirige vers Dakar. Le trésor connait tout au long de la guerre un périple intéressant, excitant les convoitises les plus diverses.

18 juin 1953 : décès de l’As des as (Paris).
Le lieutenant-colonel René Fonck, caporal au début de la Première Guerre mondiale, la termine lieutenant et totalise 75 victoires aériennes homologuées (sans compter 52 victoires probables). Il est l’As des as français de la guerre aérienne.

18 juin 1964 : Tabarly remporte la transat.
L’enseigne de vaisseau Eric Tabarly remporte la transat en solitaire Plymouth-Newport à bord de Pen Duick II.

18 juin 2010 : décès du général Bigeard (Toul).
Marcel Bigeard a débuté dans l’armée comme soldat de 2e classe en 1936 et a terminé son parcours comme général de corps d’armée (1974) puis secrétaire d’État à la Défense (1975-1976. Véritable légende militaire dès son vivant, il est l’une des figures les plus illustres des parachutistes, ayant été de presque tous les combats de son époque (Campagne de France, Résistance, Indochine, Algérie). Ses cendres reposent à Fréjus au Mémorial des guerres en Indochine.
Quand Lartéguy publie en 1960 Les Centurions, c’est un hommage, de son vivant, à Bigeard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 19 juin   Mar 19 Juin - 8:56

19 juin 1157 : bataille du gué de Jacob (Galilée).
Le roi Baudoin III vient de mettre en fuite l'armée de Nour ed-Din qui assiégeait la forteresse franque de Paneas. Sur le chemin du retour Baudoin bivouaque sans méfiance près du gué de Jacob et se fait surprendre par ceux-là même qu'il venait de chasser. En déroute, il ne lui faut cependant que quelques jours pour reconstituer son armée et reprendre Panéas. Le suivi de ce chassé-croisé entre la 2e et la 3e croisade est particulièrement bien rendu par René Grousset dans son Epopée des croisades.

19 juin 1800 : bataille de Höchstädt (Allemagne).
Le général Moreau franchit le Danube et bat les Autrichiens du général Kay.

19 juin 1864 : bataille navale américaine à Cherbourg.
Durant la guerre de Sécession, le CSS Alabama (sudiste) fait escale dans le port de Cherbourg pour des réparations. Depuis sa sortie des chantiers de Liverpool, il chasse les navires nordistes et en deux ans en a coulé 68. Cette guerre de course est livrée par les Confédérés à titre de représailles puisque leurs ports subissent un blocus draconien de la part des Nordistes. Insaisissable et craint, l’Alabama a créé une psychose dans la marine unioniste, aussi lorsque le consul américain en France apprend l'escale normande, il rend compte immédiatement. Le USS Kearsarge, dépêché en urgence se poste à la sortie du port. Averti par voie de presse, l'Alabama relève le défi et sort l’affronter. Il est envoyé par le fond devant un public assez nombreux venu assister au combat (Royal Navy, marine impériale, mais aussi beaucoup de civils dont le peintre impressionniste Edouard Manet).
Le site de la bataille navale fait partie des lieux officiels de mémoire de Guerre Civile américaine.

19 juin 1867 : exécution de l’archiduc Maximilien d’Autriche (Mexique).
Frère cadet de l’empereur François-Joseph d’Autriche, 32 ans.

19 Juin 1940 : évasion du cuirassé Jean Bart (Saint Nazaire).
En construction depuis 1936, le sister-ship du cuirassé Richelieu n'est toujours pas achevé lorsqu'éclate la guerre. 3500 ouvriers travaillent dès lors, nuits et jours sur ce 35 000 tonnes pour lui permettre de prendre la mer. Dans la nuit du 18 au 19 juin, le Jean Bart appareille et après une série de manœuvres extrêmement audacieuses et délicates, s'échappe sous le feu de la Luftwaffe. Il arrive le 22 à Casablanca. Cette belle évasion commémore curieusement, 252 ans plus tard et presque jour pour jour, celle du corsaire Jean Bart qui a donné son nom au cuirassé.
Héros de la Royale, Jean Bart est fait prisonnier, avec Forbin (autre corsaire célèbre) en Mai 1689 par les Anglais après un combat naval inégal en Manche. Il escortait un convoi marchand lorsqu’une escadre anglaise attaque. Pour protéger le convoi, Bart et Forbin se sacrifient et livrent combat. Battus, ils sont faits prisonniers. Quelques semaines plus tard (début juin), ils réussissent à s'échapper de la prison de Plymouth et traversent la Manche en canot. Ils sont acclamés à leur retour en France.

19 juin 1940 : combat des cadets de Saumur.
Le colonel Michon commandant l’école de cavalerie, réunit 2500 hommes (dont les élèves officiers des écoles de cavalerie et du train et un bataillon de 350 hommes de l’école d’infanterie de Saint Maixent) issus de différentes unités) et organise la défense de 5 ponts sur la Loire. Avec peu de moyens, il arrête la progression de 40 000 Allemands pourtant appuyés par la Luftwaffe pendant près de 48 heures. Le général Kurt Feldt, commandant la seule division de cavalerie (1KD) de toute l'armée allemande, favorablement impressionné par le courage et l’efficacité de cette poignée de soldats, leur rend les honneurs militaires à l’issue des combats.

19 juin 1953 : exécution des Rosenberg (prison de Sing Sing– New York).
Les époux Julius et Ethel Rosenberg sont exécutés sur la chaise électrique après avoir été condamnés à mort pour espionnage en mars 1951. Au cours des années 1990, l’ouverture  d’archives autant américaines que soviétiques a confirmé la culpabilité de ces deux agents travaillant pour le KGB dans la chasse aux renseignements sur l’arme atomique. La désinformation soviétique était parvenue à les faire passer pour innocents aux yeux du grand public pendant des décennies.

19 juin 1974 : dissuasion nucléaire française et OTAN.
L’Alliance Atlantique reconnait lors de la déclaration d’Ottawa l’apport de la dissuasion nucléaire française à la stratégie globale de l’Alliance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 20 juin   Mer 20 Juin - 9:33

20 juin 451 : bataille des champs catalauniques (près de Troyes).
Le roi des Huns, Attila, est surnommé à l'époque le « fléau de Dieu ». Ravageant tout sur son passage, sa réputation le précède et lui ouvre les villes terrorisées. Après avoir rasé la ville de Metz (4 avril 451), il évite cependant Lutèce (Paris) grâce à Sainte Geneviève puis Aureliani (Orléans) et décide d'affronter l'armée romaine commandée par le général Aetius qui s'est mise à sa poursuite. Les Romains sont minoritaires dans l'armée levée puisque l'on compte des Alains, Francs, Germains et Wisigoths. Dans l'autre camp, Attila s'est quant à lui allié aux Ostrogoths et Gépides. La tradition veut que le combat soit titanesque entre les troupes du « fléau de Dieu » et l'Empire romain. La Gaule est sauvée mais la défaite d'Attila n'est pas complète puisqu'avant de se replier vers le Danube, il passe près de Rome et commet d’autres massacres. La victoire n’est romaine qu’en apparence : Elle est surtout le fait des peuples barbares alliés à Rome et fait prendre conscience à tous de la puissance que ces alliés ont acquise dans l’Empire faiblissant. Lire l’ouvrage de Fabrice Delaitre, Les champs catalauniques – 1er et 2 septembre 451.

20 juin 1783 : bataille de Gondelour (côte indienne face au Sri Lanka).
Suffren bat les Britanniques sur mer et permet la victoire à terre pendant la guerre d'indépendance américaine.

20 juin 1907 : mutinerie du 17e Régiment d'infanterie (Agde).
Dans un contexte de mévente du vin, les vignerons du Midi se révoltent, excédés par la commercialisation du « Vin de Sucre » à base de raisins secs turcs ainsi que par les importations de vin d'Algérie. La répression des manifestations des 19 et 20 juin  à Narbonne fait 6 victimes. Les soldats du 17e RI, basé à Agde, se mutinent et rejoignent les manifestants de Béziers (à 25 km) avec lesquels ils ont tous un lien de parenté. Le gouvernement Clemenceau prend alors des mesures d'apaisement, cédant à de nombreuses demandes des vignerons et promet l'indulgence aux mutins qui rejoignent leurs quartiers. Les vignerons ont obtenu l'interdiction du « Vin de Sucre » et une série de mesures contre la fraude dont certaines sont toujours en vigueur.
Le 17e RI est envoyé à Gafsa dans le sud tunisien. À partir de cette mutinerie, les conscrits sont envoyés loin de leur région d'origine. Cette journée restera longtemps dans les mémoires grâce à la chanson "Gloire au 17ème" du chansonnier Montéhus.

20 juin 1940 : ralliement des Etablissements français des Indes.
« Le Gouverneur Bonvin, Gouverneur des Etablissements français des Indes adresse au ministre des Colonies, alors à Bordeaux, le message suivant : «…L’empire est intact et restera aux côtés de l’Empire britannique jusqu’à la victoire finale. Le gouverneur fait appel à la population pour garder dans les circonstances actuelles tout son calme et toute sa dignité. Nous vaincrons ! Vive la France ! Vive la Grande Bretagne !… ». Le 13 juillet, en son nom et au nom de la population, il assure le général De Gaulle de son soutien et de sa collaboration. Mais compte tenu des clauses du Traité du 30 mai 1814 qui interdisait à la France de mettre sur pied une armée en Inde, le ralliement effectif de la colonie n’interviendra que le 7 septembre ». Ephéméride des TDM.

20 juin 1943 : opération BELLICOSE.
Les Britanniques mettent au point le premier bombardement stratégique multiple de la guerre. 60 Avro Lancaster décollent de Grande Bretagne et bombardent les usines métallurgiques de Friedrichshafen (Allemagne) où  les V2 sont construits, puis se posent en Algérie où ils font le plein en carburant et munitions. Trois jours plus tard, les 52 bombardiers restés opérationnels repartent vers la Grande Bretagne en bombardant au passage la base navale de la Spezia (Italie).

20 juin 1945 : le Régiment de chasse Normandie-Niemen rentre en France (le Bourget).
Une foule nombreuse accueille les pilotes du  Normandie-Niemen  rentrés avec leurs Yak-3, offerts par Joseph Staline. Unité créée en 1942 sous le nom de groupe de chasse n°3 Normandie, ce n’est que le 21 juillet 1944 qu’il prend l’appellation de Régiment de chasse Normandie-Niemen. Ils sont crédités de 273 victoires plus 73 probables pour 38 pilotes morts ou disparus au combat, 7 en service commandé et 3 prisonniers. Aujourd’hui stationné sur la BA118 de Mont-de-Marsan, l’escadron de chasse 2/30 vole sur Rafale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 21 juin   Jeu 21 Juin - 9:04

21 juin 217 (avant Jésus-Christ) : bataille de Trasimène - 2e guerre punique (Italie). Hannibal, commandant les armées de Carthage, ennemie de Rome, a franchi, deux ans auparavant, les Alpes en provenance d’Espagne. Il a enchaîné les victoires sur les légions romaines et progresse à présent vers Rome, entraînant ses adversaires à sa poursuite. Il organise aux abords du lac Trasimène probablement la plus grande embuscade de l’histoire militaire où, avec ses 40 000 combattants il piège les 40 000 hommes du consul Flaminius. Obnubilé par la poursuite d’Hannibal, Flaminius ne s’est  en effet pas rendu compte que sa « fuite » n’était qu’un leurre d’une fraction des forces d’Hannibal, destiné à l’entraîner dans une nasse mortelle. Le gros des troupes est caché en embuscade sur les hauteurs dominant le chemin en bord du lac Trasimène sur près de 5 km. Seuls 6 000 romains parviendront à échapper au massacre.
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t10-bataille-de-trasimene
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t34-biographie-d-hannibal

21 juin 1627 : exécution des duellistes. En application de l’ordre royal du 6 février 1626, Richelieu fait exécuter deux nobles (François de Montmorency-Boutteville et François de Rosmadec ) ayant contrevenu à l’interdiction de se battre en duel.
Pour mémoire, le comte de Montmorency-Bouteville est le père du futur maréchal-duc de Luxembourg, François-Henri de Montmorency-Luxembourg (1628-1695), l’un des quatre grands généraux de Louis XIV (après le Grand Condé et Turenne et avec Villars), surnommé le « tapissier de Notre-Dame » en raison de ses très nombreuses et éclatantes victoires lors de la Guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697). Il a notamment remporté celles de Fleurus (1er juillet 1690), Leuze (18 septembre 1691), Steinkerque (3 août 1692) et Neerwinden (29 juillet 1693). Il meurt au faîte de sa gloire militaire en 1695. Apparenté à Condé, il combat sous ses ordres à Rocroi en 1643, puis le suit dans la Fronde à partir de 1650. Il ne revient en grâce auprès du roi qu’à l’occasion de la Guerre de Hollande (1672-1678), où il commande notamment le corps d’occupation déployé à Utrecht. Mêlé à l’ « affaire des poisons » à compter de 1679, il est à nouveau disgracié et ce n’est que la pénurie de généraux compétents et ses puissants appuis familiaux qui amènent à sa nomination à la tête de la principale armée royale à partir de 1690 jusqu’à sa mort.
Lire la très belle biographie de Bertrand Fonck : Le maréchal de Luxembourg et le commandement des armées sous Louis XIV.

21 juin 1813 : bataille de Vitoria (Espagne). Depuis le début de la campagne de Russie, l’Empereur prélève régulièrement des troupes sur le théâtre espagnol qui n’est pourtant pas brillant et va finir par imploser. Joseph Bonaparte, roi d’Espagne par la volonté de son frère, se replie vers la frontière française ne pouvant plus tenir Madrid. Ses 57 000 hommes sont battus par 78 000 Britanniques, Espagnols et Portugais. Cette défaite  de Vitoria conclue la désastreuse guerre d'Espagne. Abandonnant leur butin aux anglais, qui du coup stoppent leur poursuite, les Français parviennent à se replier mais en perdant 7500 hommes. Pour l’anecdote, la Bataille de Vitoria est aussi le plus grand succès de Beethoven de son vivant (mais pas le meilleur selon les spécialistes de l’art). Cette œuvre, intitulée aussi la Victoire de Wellington a été donnée en plein air à Vienne, par deux orchestres symphoniques, accompagnés des tirs de canons et de fusils (à blanc bien entendu), Beethoven dirigeant le tout.

21 juin 1919 : sabordage de la flotte allemande (Scapa Flow – Ecosse). En application des clauses d’armistice, la flotte allemande a été contrainte de mouiller dans la rade naturelle des îles Orcades. Pour ne pas être saisie par les Britanniques, l’amiral von Reuter lui donne l’ordre de se saborder.

21 juin 1940 : combats du Chaberton (Campagne de France, front des Alpes). L'Italie, qui a déclaré la guerre à la France le 10 juin (alors que les Allemands sont aux portes de Paris), ne parvient pas à percer le dispositif français valorisé par des ouvrages de type Maginot. L'artillerie de montagne française réduit au silence par plusieurs coups au but le fort du Chaberton, construit à grand frais pour contrôler le col du Montgenèvre. Au même moment, les négociations de Rethondes commencent en forêt de Compiègne.

21 juin 1940 : dernière défense de Lorient. Le vice-amiral d’escadre de Penfentenyo, préfet maritime de Lorient, défend le port durant toute la journée (il prend lui-même les armes) puis fait détruire tout ce qui pourrait être utile à l’ennemi avant de se rendre.

21 juin 1942 : l'Afrikakorps reprend Tobrouk (Libye). 30 000 soldats du général Wavel se rendent à Rommel qui est fait maréchal. Auchinleck, commandant du théâtre, prend personnellement le commandement de la 8e armée du général Neil Ritchie après la défaite de Tobrouk-Gazala.

21 juin 1943 : arrestation de Jean Moulin (Lyon).  Arrêté à Caluire par la Gestapo, le président du Comité National de la Résistance (CNR) est torturé par Klaus Barbie. Il décède le 8 juillet, en gare de Metz, dans le train qui le transfère vers un camp allemand.

21 juin 2006 : décès du général d’armée Michel Poulet. Saint-Cyrien, légionnaire parachutiste, le général Poulet est mort un soir de fête de la musique à 57 ans, des suites d’un cancer foudroyant. Commandant de compagnie lors de l’assaut de Kolwezi (1978), il commandera plus tard le 2e REP (régiment étranger de parachutistes).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 22 juin   Ven 22 Juin - 8:50

22 juin 1476 : bataille de Morat (Suisse).
Lors des guerres de Bourgogne (1474-1477), le destin tragique du dernier Grand-Duc d'Occident peut être résumé dans cette formule laconique, connue par cœur de tous les écoliers suisses : « Charles le Téméraire perdit à Grandson le bien (sa fortune matérielle), à Morat le courage (à la suite de la destruction de son armée), à Nancy la vie (il fut tué au combat) ». Dans l'histoire militaire suisse, la bataille décisive de Morat reste la bataille la plus célèbre. L'armée bourguignonne est taillée en pièces par ce "peuple de bouviers" que le duc de Bourgogne ne cesse de sous-estimer. Pourtant, celui-ci est loin d'être un chef incapable. À certains égards, son armée préfigure les armées de l'époque moderne. À Morat toutefois, le fantassin suisse, rustique, l'emporte sur le chevalier bourguignon, l'archer anglais ou le "piéton" lombard. Selon une formule consacrée, la bataille s'est jouée en une heure, au-dessus de Morat, dans le secteur de la « Haie verte ». Cette heure a été suivie de cinq heures d'épouvante : Pas de prisonniers, tel est le mot d'ordre que les Suisses vont appliquer sans état d'âme en représailles de Granson (28 février).
La bataille a été marquée par le renseignement et les erreurs d'appréciation commises de part et d'autre. À ce jeu-là, les Suisses tirent le meilleur parti possible du fait qu'ils tiennent la ville de Morat, que celle-ci résiste à l'assaut du 18 juin et que le Téméraire se fait surprendre par l’arrivée de l’armée de secours suisse qu’il guettait pourtant. Les Suisses n'ont pas seulement combattu pour l'argent du roi Louis XI, mais ils ont aussi défendu leurs intérêts et préservé leur autonomie.

22 juin 1815 : l’empereur abdique (Palais de l’Élysée).
Pour la seconde fois, Napoléon Ier abdique en faveur de son fils après la défaite de Waterloo (18 juin 1815). « Je m’offre en sacrifice à la haine des ennemis de la France ». Il avait déjà abdiqué une première fois le 6 avril 1814 à Fontainebleau.

22 juin 1940 : 2e armistice de Rethondes (forêt de Compiègne).
Hitler impose la signature de l'armistice à l'endroit même où Foch, 22 ans plus tôt, avait imposé ses conditions à l'Allemagne. Hitler fait ensuite démanteler le site.

22 juin 1941 : opération Barbarossa.
Hitler déclenche l'invasion de l'URSS, malgré le pacte de non-agression. Staline a négligé tous les signes précurseurs de l'invasion. Il fera exécuter le général Pavlov et tout son état-major pour incompétence le 30 juin, l'armée rouge étant bousculée de toutes parts. L'attaque précipite les communistes français dans la résistance.

22 juin 1979 : fin de service pour le HSS.
« La dernière formation composée d’hélicoptères HSS disparaît après plus de 20 ans de service dans l’aéronautique navale. 57 appareils ont participé aux opérations d’héliportage d’assaut des commandos Marine en Algérie. Le HSS a constitué la première flottille d’hélicoptères de lutte anti-sous-marine, a servi en Polynésie et au Tchad. 20 HSS ont été détruits en opérations ou par accident ».

22 juin 1994 : l’ONU autorise l’opération TURQUOISE.
Par la résolution 929, le Conseil de sécurité des Nations unies décide d’intervenir temporairement au Rwanda, avec une force armée multinationale commandée par le général Jean-Claude Lafourcade. La durée de la mission (qui débute le lendemain) est fixée à 2 mois afin de donner le temps à la Mission des Nations unies pour l’Assistance au Rwanda (MINUAR) (octobre 1993 à mars 1996) de renforcer ses effectifs. Les controverses nées du conflit rwandais ont obligé certains officiers français à publier des livres témoignage sur leurs actions. C’est le cas du général Lafourcade, Opération Turquoise – Rwanda – 1994, du général Tauzin et du général Hogard.

22 juin 2013 : inculpation d’Edward Snowden (États-Unis).
Edward Snowden, jeune informaticien ayant travaillé sur des programmes de surveillance utilisés par la CIA et la NSA révèle le 6 juin 2013 au Washington Post l’étendue et la portée de ces logiciels. Si sur le principe ces révélations ne sont pas neuves, leurs précisions et leur origine portent atteinte à la sécurité de l’État et de nombreuses personnes et irritent l’administration américaine. Il vit depuis en Russie qui lui a accordé l’asile politique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 23 juin   Sam 23 Juin - 8:27

23 juin 1757 : victoire britannique de Plassey (Inde). L’armée du nabab du Bengale (60 000 hommes conseillés par les Français) attaque les 3000 britanniques du général Clive près de Calcutta qui les bat profitant de leur désunion. C'est la bataille qui scelle la fin de l'influence française en Inde.

23 juin 1918 : victoire américaine du Bois Belleau (près de Château-Thierry).
Les Marines de la 2e Division d’infanterie américaine sont maîtres du Bois Belleau, que le général Degoutte fait rebaptiser Bois de la brigade des Marines.

23 juin 1935 : record mondial de distance en hydravion.
Les lieutenants de vaisseau Paul Hébrard et Daillière battent le record mondial de distance à bord d’un hydravion Latécoère 300 La Croix-du-Sud. Partis de Cherbourg, ils rallient Ziguinchor au Sénégal après 32 heures de vol et 4347 km parcourus.

23 juin 1938 : André Maurois, immortel.
De son vrai nom, Émile Salomon Wilhelm Herzog, Maurois succède à l’Académie française à René Doumic au fauteuil XXVI. Maurois est l’auteur inoubliable des Silences du colonel Bramble et le biographe de Lyautey et Disraéli. Sous-officier interprète auprès du commandement de la force expéditionnaire britannique durant la Première guerre mondiale, il termine la guerre officier et se lance dans l’écriture en publiant ses souvenirs de guerre dans lesquels il peint remarquablement l’âme anglaise. A noter que c’est à la demande du commandement qu’il a choisi un nom de plume. Lire l’ouvrage récent de Cyrille Becker : L’art de commander selon André Maurois.

23 juin 1940 : Hitler visite Paris. Seule visite connue d’Hitler à Paris.

23 juin 1940 : les Allemands à Châtellerault.
Les Allemands prennent possession de la Manufacture d’armes. Entrés la veille dans la ville, les officiers se rendent à la manufacture dont ils prennent le contrôle immédiatement ; les ouvriers seront durant toute la guerre contraints de travailler à l’effort de guerre allemand dans la fabrication de composants d’armes, jamais d’armes entières ; la « manu » deviendra rapidement un foyer de résistance et la répression y sera impitoyable.
Le centre des archives de l’armement et du personnel civil (CAAPC) est installé sur les lieux mêmes de la manufacture (MAC).

23 juin 1952 : bombardement américain en Corée (actuelle Corée du Nord).
4 centrales électriques sont détruites par l’aviation américaine réduisant de 90 % la production électrique du pays.

23 juin 2010 : le général Mc Chrystal est relevé de son commandement (Washington DC).
Le président américain Barack Obama annonce lors d’une conférence de presse qu’il remplace le commandant en chef des troupes alliés en Afghanistan estimant que le général Stanley Mc Chrystal ne s’est pas comporté selon son rang en se laissant aller, dans le magazine Rolling Stones, à des confidences peu amènes sur le vice-président américain et sur certains alliés de la coalition.
Il est remplacé par le général David Petraeus, qui va dès lors se faire le défenseur de la guerre contre-insurrectionnelle prônée par des officiers français des guerres de décolonisation (Cf. Cdt David Galula et Col Roger Trinquier).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 24 juin   Dim 24 Juin - 8:41

24 juin 1969 : 1er tir opérationnel d’un SSBS français (Biscarrosse).
Tir opérationnel d’un des missiles balistiques stratégiques sol-sol (S 02) qui va équiper le plateau d’Albion.
La composante terrestre de la dissuasion nucléaire française est restée active de 1971 à 1996.

24 juin 1982 : 1er français dans l’espace (Baïkonour – actuel Kazakhstan).
Le colonel (AIR) Jean-Loup Chrétien (aujourd’hui général en 2e section) décolle à bord de Soyouz - T6 pour rejoindre la station Saliout 7 en orbite.
La mission est un succès. Il rentre après 7 jours dans l’espace.
Il totalise 3 vols spatiaux, 43 jours dans l’espace dont une sortie extravéhiculaire (5 heures).
Il est l’un des seuls Français à avoir volé à la fois avec les Soviétiques et les Américains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 25 juin   Lun 25 Juin - 8:49

25 juin 841 : bataille de Fontenoy-en-Puisaye (actuel département de l’Yonne).

La bataille oppose les trois fils survivants de l’empereur Louis dit le Pieux ou le Débonnaire, lui-même fils de Charlemagne. Les prétentions hégémoniques de Lothaire, fils aîné de l’empereur, dressent contre lui son frère Louis le Germanique, roi de Francie orientale (Germanie), et son demi-frère Charles le Chauve, roi de Francie occidentale (France), tous deux soucieux de garantir l’indépendance de leurs royaumes. La bataille frappe les chroniqueurs contemporains part l’importance des effectifs engagés (plus d’une dizaine de « nations » y participent) et l’ampleur des pertes : les chroniques mentionnant de 40 000 à 100 000 morts. Ces chiffres sont invérifiables, comme souvent pour la période médiévale, et ne doivent pas être pris pour argent comptant mais soulignent l’importance inhabituelle des forces en présence. Mêlée acharnée et longtemps indécise, la bataille de Fontenoy-en-Puisaye se solde par la défaite de « l’empereur » Lothaire.
La véritable importance de ce conflit oublié est ailleurs : d’une part il scelle en effet l’alliance de Charles le Chauve et Louis le Germanique et d’autre part, il met un terme aux prétentions impériales de Lothaire et ouvre la voie au traité de Verdun (843), décisif pour le millénaire suivant de l’histoire occidentale. Il marque aussi la disparition de l’empire de Charlemagne et est l’acte fondateur du royaume de Francie puis de France.

25 juin 1218 : mort de Simon de Montfort (Toulouse). Durant la croisade contre les Albigeois (1209-1229) et alors qu’il fait le siège de Toulouse pour la deuxième fois, il est tué par une pierre que la légende dit tirée par une toulousaine.

25 juin 1673 : mort de d'Artagnan (Maastricht).
L’ironie de l’Histoire veut que d’Artagnan meure sous les ordres de Vauban et en présence du roi Louis XIV. Le mousquetaire est d’un courage légendaire frisant la témérité alors que Vauban est un maître de guerre raisonnable qui inaugure à Maastricht ses techniques de siège qui durant des années économiseront la vie des hommes. Charles de Batz Castelmore, comte d’Artagnan, mousquetaire de grande valeur, sert sous Mazarin avec une grande loyauté puis devient l’un des hommes de confiance du Roi-Soleil. Les circonstances de sa mort sont incertaines : il meurt en recevant une balle de mousquet lors d’une contre-attaque à laquelle il ne peut s’empêcher de participer. Quatre de ses mousquetaires se font tuer en allant chercher son corps tombé côté hollandais.  
Le comte de d’Artagnan est passé à la postérité grâce aux romans d’Alexandre Dumas :  les trois mousquetaires ,  Vingt ans après et Le vicomte de Bragelonne, lesquels donnent une vision très romanesque de sa vie.

25 juin 1795 : fondation du Bureau des longitudes (Paris). « La détermination précise de la longitude en haute mer restant encore à cette époque une difficulté pour les marins, la Convention crée ce Bureau pour « faire fleurir notre marine » et reprendre la maîtrise des mers à la Grande-Bretagne. Le Bureau est tout particulièrement chargé de l’étude de la mécanique céleste et du problème de détermination du temps. Institut scientifique à visée pratique, il est chargé de la tenue et de la publication des tables astronomiques, de la Connaissance des temps (créée en 1679), de l’Annuaire (le calendrier officiel de la France) et des Éphémérides nautiques ».

25 juin 1804 : exécution de Cadoudal (Paris).
S’il l’avait voulu, il serait devenu l’un des généraux de Napoléon puisque ce dernier lui propose sa grâce. Mais fidèle à l’idéal qui l’a amené à combattre les révolutionnaires durant les guerres de Vendée, il préfère être exécuté.

25 juin 1876 : bataille de Little Big Horn (États-Unis – Montana).
Le lieutenant-colonel George Armstrong Custer (général à titre provisoire à la fin de la guerre de Sécession) commandant le 7e régiment de cavalerie, fractionne son unité en 3 colonnes et tombe, avec celle qu'il commande (212 hommes), dans une embuscade tendue par 2500 guerriers sioux aux ordres du chef Sitting Bull. Tous les cavaliers de son détachement seront massacrés par les Indiens près de la rivière Little Big Horn, dans le Montana. Seul Custer ne fut pas scalpé...
De récentes études ont accrédité la thèse de l’incompétence de ses principaux subordonnés comme étant à l’origine de cette défaite.

25 juin 1894 : assassinat de Sadi Carnot (Lyon).
Déjà victime de 2 tentatives d’assassinat, le 5e président de la IIIe République est poignardé par l’anarchiste Casério. Polytechnicien et descendant de Lazard Carnot, son mandat présidentiel s’inscrit dans une période de fortes turbulences politiques (affaire de Panama, crise boulangiste, anarchisme).

25 juin 1917 : prise de la caverne du Dragon (sous le Chemin des Dames).
Les galeries de la carrière dans lesquelles les Allemands sont installés depuis janvier 1915 sont parfaitement aménagées pour durer et permettent surtout grâce à leurs 7 entrées des prises à revers en fonction de la position de la ligne de front. Le 152e RI et le 334e RI, en isolant toutes les entrées du secteur allemand, prennent au piège les défenseurs de la caverne. Environ 340 Allemands se rendent.

25 juin 1940 : application du cessez-le-feu en France.
Les Italiens, au dernier jour des combats avant l’entrée en vigueur de l’armistice, occupent la Haute Maurienne en Savoie, de Termignon à Bessans. Les troupes du parti fasciste ont réussi à s’infiltrer par les cols d’altitude mais sans avoir réduit les forts des Revets et de la Petite Turra qui barrent encore l’accès à la route du Mont Cenis. Partout ailleurs sur le front, les Italiens ont été arrêtés sur la ligne des avants postes ou des ouvrages Maginot.

25 juin 1942 : Eisenhower nommé chef en Europe.
Le département de la guerre américain officialise la mise en place d’un théâtre d’opérations pour l’Europe ayant son QG à Londres et nomme le général D. D. Eisenhower, chef des forces terrestres alliées en Europe.

25 juin 1950 : début de la guerre de Corée.
À 4 heures du matin, les avant-gardes de l’armée nord-coréenne, forte de 120 000 hommes, franchissent la ligne de démarcation du 38e parallèle qui sépare leur État, sous gouvernement communiste, de la Corée du Sud, sous régime pro-occidental. Moins nombreux, mal instruits, mal armés et peu motivés, les soldats sud-coréens lâchent bientôt pied. Quelques heures après, le président américain Harry Truman saisit l'ONU et obtient du Conseil de sécurité, en l'absence du représentant soviétique depuis le mois de janvier précédent, un accord pour assurer la paix dans la région et rétablir la Corée du Sud dans ses droits, par l'envoi d'une force militaire internationale commandée, à partir du 7 juillet, par le général Mac Arthur.
Lire La guerre de Corée du CDT Ivan Cadeau.

25 juin 1953 : réception officielle à l’Académie française du maréchal Alphonse Juin (1888-1967).
Parmi ses ouvrages, Trois siècles d’obéissance militaire. Sur un total de 728 « immortels », on compte une vingtaine de militaires élus en tant que militaires. Les derniers militaires élus sont Pierre Loti (1891), Albert de Mun (1897), Louis-Hubert Lyautey (1912), Joseph Joffre (1918), Ferdinand Foch (1918), Maurice de Broglie (1934), Philippe Pétain (1929), Maxime Weygand (1931), Louis Franchet d’Esperey (1934), Lucien Lacaze (1936), et enfin Alphonse Juin (1952).

25 juin 1991 : explosion de la République fédérative socialiste de Yougoslavie (ex-Yougoslavie).
Les provinces croate et slovène proclament leur indépendance entraînant de facto la fin de la République socialiste fédérative de Yougoslavie et le début de la dernière guerre des Balkans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 26 juin   Mar 26 Juin - 8:50

26 juin 1683 : bombardement d’Alger.
Louis XIV ordonne à l’amiral Duquesne de bombarder le port d’Alger (à 2 reprises) afin de délivrer un message clair au Dey Hassan qui soutient la piraterie maritime en Méditerranée. Les puissances européennes, en conflit sur le continent, n’ont pas beaucoup de moyens à consacrer au contrôle de la Méditerranée si bien que les actes de piraterie finissent par coûter cher en hommes, navires et marchandises. Les Anglais bombardent Tripoli en 1675 incitant les pirates et corsaires à privilégier les cibles françaises.
En 1682, un navire français de la royale est capturé et son équipage vendu comme esclave. Le bombardement du port par Duquesne et ses galiotes à bombes (mortiers) permet de libérer des esclaves et d’entamer des pourparlers qui provoquent malheureusement une révolution de palais, laquelle ordonne… la reprise de la piraterie et l’exécution du consul français à Alger, le père Jean Le Vacher. Celui-ci est attaché devant la bouche du canon Baba-Merzoug qui le pulvérise. 16 autres français sont ainsi exécutés.
Le canon Baba-Merzoug ou la Consulaire est exposé depuis 1833 à l’arsenal de Brest. Une référence et un plaisir : Jacques Heers, Les Barbaresques, la course et la guerre en Méditerranée XIVe – XVIe siècle. Et pour une vision décalée mais restant intéressante : Peter Lamborn, Utopies pirates, Corsaires, maures et renegados.

26 juin 1745 : prise de Cap Breton (actuel Canada).
L’île royale ou du Cap Breton est française depuis sa prise de possession par Jacques Cartier en 1534. Située à l’embouchure du Saint Laurent, dans des eaux poissonneuses et près de la Nouvelle Angleterre, l’île a une position stratégique qu’envient les Anglais. Après un siège de 6 semaines, Louisbourg, principal port de l’île, se rend aux Anglais.

26 juin 1794 : bataille de Fleurus (Belgique actuelle).
Les Français battent les coalisés. Le 8 messidor an II, sur ce même champ de bataille de Fleurus, près de Charleroi, où, le duc de Luxembourg a écrasé les Hollandais le 1er juillet 1690, l'armée de Sambre et Meuse commandée par Jourdan résiste aux assauts des coalisés (Autriche, Angleterre, Hanovre) commandés par le prince de Saxe-Cobourg. La bataille a lieu toute la journée sous un soleil brûlant, et, par endroits, au milieu de véritables incendies, les moissons ayant pris feu. Après plusieurs assauts frontaux infructueux, les coalisés laissent à Jourdan le champ de bataille, qui a bénéficié des informations transmises grâce aux observations du capitaine Coutelle, embarqué à bord d'un ballon captif. L'armée française, à bout de forces et de munitions n'engage pas la poursuite. Le lendemain, les coalisés abandonnent la Belgique et battent en retraite. Les Autrichiens perdent définitivement le contrôle de cette région. Le corps expéditionnaire anglais est rembarqué.

26 juin 1889 : création du poste de Bangui (actuelle Rep. Centrafricaine).
Avec 22 tirailleurs, Albert Dolisie, lieutenant-gouverneur du Congo fonde un poste qui va devenir la capitale de la Centrafrique.

26 juin 1918 : fin des combats du Bois Belleau (Aisne).
La 4e brigade de Marines (2e US infantry division) a pris le Bois de Belleau après presque un mois de combats très meurtriers. C’est le combat fondateur du corps des US Marines, toujours célébré aujourd’hui.

26 juin 1944 : libération de Cherbourg.

26 juin 1945 : signature de la charte des Nations unies (États-Unis - San Francisco)

26 juin 1948 : début du pont aérien (Berlin).
Les Soviétiques interdisent la libre circulation des biens et des marchandises entre les zones d'occupation alliées et Berlin pour sanctionner leur refus de se plier au régime d'occupation que Staline impose progressivement en Europe de l'Est. Les États-Unis déclenchent alors un gigantesque pont aérien qui va durer près d'un an et permettre à la partie Ouest de Berlin de survivre. Plus de 275 000 vols acheminent environ 2,5 millions de tonnes de marchandises  pendant le blocus de Berlin et évitent ainsi que les alliés de la veille ne s'affrontent directement. 15 ans plus tard, jour pour jour, le président Kennedy en visite commémorative à Berlin lance son fameux « Ich bin ein Berliner ».

26 juin 1980 : VGE annonce le développement de la bombe N.
Lors d’une conférence de presse le président Valéry Giscard d’Estaing rappelle qu’il a lancé en 1976 l’étude de faisabilité de la bombe à neutrons et qu’il engage maintenant le processus de développement après la réussite des essais. La bombe N entrait dans la panoplie des armes tactiques puis préstratégiques. L’annonce de VGE coïncide avec la décision de créer un lanceur stratégique mobile (système Hadès) qui viendrait remplacer le système Pluton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 432
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 27 juin   Mer 27 Juin - 8:37

27 juin 992 : bataille de Conquereuil (près de Nantes).
La Bretagne est un enjeu permanent pour le roi de France qui, par l’intermédiaire des comtes d’Anjou, cherche à s’en emparer. Le Breton Conan 1er prétendant dominer toute la Bretagne prépare un piège à l’approche des 3000 hommes du comte d’Anjou, Foulque Nerra. Il dissimule sous des fougères un long fossé derrière lequel ses troupes se replient. Elles défient les angevins qui, ne se doutant de rien tombent dans le piège et voient leur première ligne massacrée. Foulque Nerra ordonne la retraite. Les Bretons les poursuivent et s’apprêtent à remporter une belle victoire sur l’envahisseur lorsque Conan est tué. Selon les sources, le chef breton, soit à cause de la chaleur, soit par excès de confiance, quitte son armure et se fait tuer par des Angevins restés cachés suite à l’attaque angevine. La mort de Conan provoque un tel choc psychologique sur les Bretons qu’ils cessent leur poursuite et, démoralisés, perdent la bataille à l’issue de la contre-attaque de Foulque Nerra.

27 juin 1693 : bataille de Lagos (au large du Portugal – Algarve)..
« Tourville reçoit mission d'intercepter le convoi de plusieurs centaines de bateaux qui transportent, une fois par an, de riches cargaisons de toute l’Europe du Nord depuis l'Angleterre vers Smyrne. L'amiral britannique Rooke, chargé de sa protection, n'a pas connaissance de la position de Tourville qui l’attend en baie de Lagos avec près de 100 navires. L'attaque puis la poursuite de la flotte éparpillée en Atlantique et en Méditerranée permettent la capture de plusieurs vaisseaux de ligne et la saisie, ou la perte, de 90 navires marchands. Le désastre financier qui s’ensuit provoque de nombreuses faillites à Londres ».

27 juin 1743 : bataille de Dettingen (Bavière).
Lors de la guerre de succession d'Autriche, le combat bien engagé en Bavière contre Georges II d'Angleterre par le duc de Noailles tourne en sa défaveur, en raison de l'attaque prématurée du duc de Gramont, son neveu, commandant les Gardes françaises. Malgré des pertes très supérieures, les troupes anglaises de Lords Stairs sont surprises de rester maîtresses du champ de bataille.

27 juin 1858 : traité de Tien Sin (Chine).
Entraînée dans la 2e guerre de l'opium par la Grande Bretagne, la France signe le traité qui, après la prise des forts qui commandent l'embouchure du fleuve Bei He,  impose à la Chine l'établissement de concessions en différents lieux et l'ouverture au commerce. Mais l'empereur Xian Feng tient le traité pour lettre morte.
Un an plus tard, une force franco-britannique est repoussée à l'embouchure du Bai He, ouvrant les hostilités de la 3e guerre de l'opium qui se soldera par la prise du palais d'été à Pékin.

27 juin 1917 : création du Royal Tanks Corps (Grande-Bretagne).  
Auparavant Heavy Branch Machine Gun Corps.  Cette nouvelle appellation consacre le terme de tank dans la sémantique militaire britannique.

27 juin 1977 : proclamation d’indépendance de Djibouti.

27 juin 1991 : début de la guerre en Ex-Yougoslavie.
Unilatéralement, la Slovénie a déclaré son indépendance deux jours plus tôt. Les forces fédérales yougoslaves répliquent en attaquant les casernes des mutins, principalement issus de la Force Territoriale. Cette dernière résiste et pousse à la désertion les Slovènes servant dans l'armée fédérale. Les Fédéraux (en majorité serbes) se retirent dix jours plus tard de Slovénie sans intensifier les combats qui au final sont peu meurtriers. La grande homogénéité ethnique de la population slovène explique en grande partie pourquoi le conflit a été bref dans cette ancienne province yougoslave et n’a pas suscité le terrible acharnement qui aura lieu plus tard dans les Krajina (Croatie), en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CHRONIQUES MOIS DE JUIN   

Revenir en haut Aller en bas
 
CHRONIQUES MOIS DE JUIN
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mois de Juin 2011
» Calendrier d'observation pour le mois de juin 2011
» Et si la reconquête du mois de juin passait par un sourire?
» Ah, la reconquête du mois de juin !
» Aspects du mois de JUIN

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: CHRONIQUES JOURNALIERES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: