ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 CHRONIQUES MOIS DE JUILLET

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: CHRONIQUES MOIS DE JUILLET    Dim 1 Juil - 8:41

1er juillet 1945 : création de l’ESMIA à Coëtquidan.
L’École spéciale militaire interarmes est créée à Coëtquidan pour héberger l’École spéciale militaire (les bâtiments de Saint-Cyr l’École ont été détruits en 1944) et accueillir les différentes écoles de cadres créées durant la guerre.

1er juillet 2016 : création de la 4e brigade d’aérocombat.
Héritière de la 4ème division des évêchés (1788-1790), de la 4ème division d’infanterie (1812-1815),(1873-1914),(1914-1923),(1939-1940), de la 4e division marocaine de montagne (1943-1946), de la 4e division d’infanterie (1949-1953), de la 4e division d’infanterie motorisée (1955-1962), de la 4e division (1963-1967), de la 4e division aéromobile (1985-1999), puis de la 4e brigade aéromobile (1999-2010) et enfin de la division aéromobilité du commandement des forces terrestres de 2010 à 2016.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 2 juillet   Lun 2 Juil - 9:07

2 juillet 1652 : bataille du faubourg Saint-Antoine (Paris).
Le prince de Condé, chef des « frondeurs » tente de renverser la régente, Anne d’Autriche (veuve de Louis XIII) et son ministre Mazarin. A la tête des armées du roi de Louis XIV qui n’a que 14 ans, Turenne affronte l’armée de Condé à la porte du faubourg St Antoine  et s’apprête à l’écraser sous les yeux du jeune roi et de Mazarin présents sur les hauteurs de Charonne, lorsque se produit un événement inattendu : duchesse de Montpensier dite « La Grande Mademoiselle », montée sur la Bastille pour galvaniser les troupes frondeuses, fait retourner les canons de la forteresse contre l’armée royale, dont un rang de cavalerie est emportée. Elle ouvre à Condé la porte St Antoine pour que ses troupes ne périssent pas.
Cette trahison marquera Louis XIV et le rendra vigilant vis-à-vis des puissants nobles de France : recrutement de ses ministres et de ses plus proches collaborateurs parmi les grandes familles bourgeoises et la petite noblesse, arasement des fortifications de Paris et refus d’en bâtir de nouvelles malgré les propositions de Vauban.
C’est aussi pour Condé le début d’une longue période de disgrâce, jusqu’à la brillante campagne de Hollande en 1672.

2 juillet 1779 : d'Estaing débarque à la Grenade (Caraïbes).
Pendant sa campagne d’aide aux insurgés américains, l’escadre du vice-amiral d’Estaing mouille devant Grenade qui avait été cédée à l’Angleterre en 1763 et met à terre 1 200 hommes qui s’emparent de l’île après deux jours de combat. Réussie malgré l’intervention de la flotte de l’amiral Byron, l’opération permet la saisie de trente navires de commerce.

2 juillet 1816 : naufrage de La Méduse (au large de la Mauritanie).
En route vers Dakar et le Sénégal (que la France récupère des Anglais après les guerres de l’Empire), la frégate La Méduse s’échoue sur un banc de sable (à 50 km de la côte) causant la mort de 160 personnes. Le commandant sera condamné à 3 ans de prison pour abandon de navire. Géricault immortalise le naufrage en1819 avec le tableau le radeau de La Méduse.

2 juillet 1915 : appel officiel aux Français pour concourir à la Défense nationale.
« Échangez l'or que vous détenez, et qui ne peut d'ailleurs vous être d'aucune utilité, contre des billets de la Banque de France dont le crédit fait l'admiration du monde » ou encore « Ohé ! Les braves gens… versez votre or, nous versons bien notre sang ». Les affichent se multiplient et des comités de l'or s'organisent dans le pays. Durant la seule année 1915, la Banque de France reçoit 380 tonnes de métal, et plus de 700 tonnes pendant l'ensemble des années de guerre.

2 juillet 1915 : la mention « Mort pour la France » est instituée.
Il s'agit d'une récompense morale visant à honorer le sacrifice des combattants morts en service commandé et des victimes civiles de la guerre. Toutefois, la preuve doit être rapportée que la cause du décès est la conséquence directe d'un fait de guerre. Par ailleurs, si la nationalité française est exigée pour les victimes civiles, y compris les déportés et internés politiques, elle ne l'est pas pour les membres des forces armées et ce même dans le cas où ils ont été déportés ou internés résistants.

2 juillet 1934 : naissance de l’armée de l’Air. Fille de l’aéronautique militaire née en 1911, l’armée de l’air obtient son indépendance par le décret du 1er avril 1933, l’érigeant officiellement en armée. La loi du 2 juillet 1934 fixant son organisation marque la naissance d’une nouvelle composante des forces armées françaises.

2 juillet 1984 : le Mirage 2000 est opérationnel (Dijon). La première unité à employer de façon opérationnelle les Mirage 2000C est l’escadron de chasse 1 / 2 Cigognes.

2 juillet 2008 : libération d’Ingrid Bétancourt par un commando colombien (Colombie).
L’audacieuse opération JAQUE de la Force armée colombienne permet la libération de quinze personnes (Ingrid Bétancourt, 3 Nord-américains et 11 militaires et policiers) retenues en otage depuis des années par les FARC. Sans verser une goutte de sang, les Forces spéciales colombiennes infiltrent les FARC sous couvert d’une opération humanitaire et obtiennent que les otages soient déplacés en hélicoptère.
L’opération a débuté en avril, mais l'exfiltration proprement dite dure 20 minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 3 juillet   Mar 3 Juil - 9:06

3 juillet 987 : sacre de Hugues Capet (Reims). L’évêque Adalbéron le sacre roi des Francs sous le nom d’Hugues 1er. C’est le premier de la longue lignée des capétiens.

3 juillet 1608 : fondation de Québec (actuel Canada).
Lieutenant de la compagnie fondée par Pierre Duguas de Mons, Samuel de Champlain fonde la ville de Québec au bord du Saint Laurent.

3 juillet 1808 : l’ESM s’installe à Saint-Cyr (actuelle ville de Saint-Cyr l’École).
Créée par Napoléon le 1er mai 1802, l’école de formation des officiers, École spéciale militaire, est d’abord implantée à Fontainebleau puis transférée dans l’ancienne école pour jeunes filles créée par madame de Maintenon. Aujourd’hui, Saint-Cyr l’École abrite le lycée militaire de Saint-Cyr (qui est aussi une prépa à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan).

3 juillet 1866 : bataille de Sadowa (actuelle République tchèque).
Victoire prussienne sur l’empire autrichien.

3 juillet 1916 : les Belges prennent Kato (Afrique orientale).
Précédant la victoire anglo-belge de Tabora, le combat de Kato est remporté par le lieutenant général belge Charles Tombeur. Le lieutenant-colonel Paul von Lettow-Vorbeck après près de deux années de combats de guérilla très efficace, enregistre ses premières vraies défaites. Beaucoup plus nombreux et dotés notamment d’hydravions, les Alliés chassent les Allemands de la rive orientale du lac Tanganyika. Ces hydravions ont permis la destruction de la flottille allemande et bien évidemment un avantage énorme en matière de renseignement et de reconnaissance.

3 juillet 1940 : drame de Mers el Kebir (Algérie).
Le Royaume-Uni combat seul l'Axe depuis l'armistice français (22 juin). L'éventualité que la marine française (4e rang mondial), intacte jusqu'à présent, puisse tomber aux mains des Allemands est impensable pour Londres dont la survie passe par la maîtrise des mers. L'amiral Darlan a certes donné des ordres pour que la flotte se saborde en cas de réquisition allemande, mais l'enjeu est trop lourd pour Churchill qui ordonne l'opération CATAPULT.
Le vice-amiral Sommerville commandant la force H se positionne devant le port algérois de Mers el Kebir et propose un marché (ultimatum) à l'amiral Gensoul :
1.    le suivre et rallier le combat contre l'Axe.
2. Se saborder.
3. Gagner un port américain.
Sinon, la force H détruira le fleuron de la flotte française bloquée dans le port algérien. Gensoul refuse : 1 300 marins français périssent.
En Grande-Bretagne, les Britanniques saisissent par la force les unités navales réfugiées dans les ports de Portsmouth, Plymouth et Falmouth (2 contre-torpilleurs, 8 torpilleurs, 13 avisos, et 6 sous-marins). La prise du sous-marin Surcouf est marquée par des incidents sanglants. Le personnel est interné dans des camps et traité comme prisonniers de guerre. À Alexandrie, l’amiral Cunningham et le vice-amiral Godfroy à bord du croiseur Duquesne trouveront le 7 juillet une solution négociée sur la posture de la force navale française, dite « force X ».
L’épisode est particulièrement douloureux entre les deux anciens alliés et a servi à alimenter la rancœur, compréhensible, de beaucoup de Français contre la perfide Albion. Cependant comme le raconte Churchill dans ses mémoires, deux familles françaises enterrant leurs fils tués à Mers el Kébir, posèrent côte à côte sur les cercueils le drapeau français et l'Union Jack !

3 juillet 1988 : l’USS Vincennes abat un airbus A300 (Golfe persique).
Le croiseur américain tire 2 missiles qui détruisent le vol Iranian air 655.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 4 juillet   Mer 4 Juil - 8:28

ERRATUM pour les :

-       3 juillet 987 : sacre de Hugues Capet (Reims Noyon).

-       3 juillet 1808 : l’ESIM s’installe à Saint-Cyr. ESIM : école spéciale impériale militaire

4 juillet 1187 : bataille de Hattin (Palestine près du lac de Tibériade).
À la mort du roi lépreux, Baudoin IV, le royaume chrétien d'Orient revient à Guy de Lusignan qui, ne possédant pas les qualités requises pour gouverner, laisse se développer jalousies et querelles chez les barons francs. Alors que les relations entre Saladin et Raymond de Tripoli (l'un des principaux barons franc) sont bonnes, Renaud de Chatillon provoque délibérément les musulmans en pillant et ravageant une riche caravane. L'outrance est telle que Saladin ne peut laisser le crime impuni. La solidarité franque et chrétienne fait le reste et conduit les deux camps à s'affronter. Incapable d'écouter les conseils avisés de Raymond, Guy de Lusignan opte pour la pire des solutions consistant à traverser le désert pour venir combattre l'armée de Saladin. Celle-ci attend, reposée, sur les rives du lac de Tibériade. Les Francs, épuisés par la chaleur et la soif, sont encerclés dès leur arrivée en vue de Tibériade et finissent écrasés par les musulmans.
Tous les chroniqueurs de l'époque soulignent cependant l'esprit chevaleresque de Saladin à l'issue des combats. Autant il est dur au combat, autant il est relativement bienveillant avec la population chrétienne. (cf. L’épopée des croisades de René Grousset).
lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t40-bataille-des-cornes-de-hattin

4 juillet 1472 : Jeanne Hachette défend Beauvais (Picardie).
Habitante de la ville, Jeanne Lainé (dite Fourquet) monte sur les remparts de la ville assiégée (depuis le 27 juin) par les Bourguignons de Charles le Téméraire pour aider ses défenseurs. Armée d’une hache, elle tue le bourguignon qui tentait de planter l’étendard ennemi sur le rempart. Son exemple stimule la population et permet de résister jusqu’à la levée du siège le 22 juillet. Selon certaines sources, l’événement est daté le 9 juillet.

4 juillet 1776 : déclaration d’indépendance des (futurs) Etats-Unis d’Amérique (Philadelphie).
Réunies en convention, 13 colonies anglaises se déclarent indépendantes de manière unilatérale vis-à-vis de la couronne anglaise. C’est le début formelle de la guerre d’Indépendance. Ce jour est aussi devenu celui de la fête nationale des Etats-Unis.

4 juillet 1916 : le légionnaire Alan Seeger a rendez-vous avec la mort (Belloy-en-Santerre / Somme).
Poète américain diplômé de Harvard, il s’engage dans la Légion étrangère le 24 août 1914 à Toulouse. Il participe notamment à la bataille de la Marne, aux combats du marais de Saint-Gond en 1914 puis aux Chemin des Dames en 1915. Le poème  le plus connu de son journal, édité en 1918, est I have a rendez-vous with the death, resté célèbre pour avoir été l’un des poèmes préférés de John Fitzgerald Kennedy.
Une statue est érigée à sa mémoire avec le monument aux volontaires américains de la première guerre mondiale, place des États-Unis dans le 16e arrondissement de Paris. Ses restes reposeraient dans l’ossuaire n°2 de la nécropole nationale de Lihons (Somme).

4 juillet 1918 : bataille du Hamel (Somme).
Belle victoire du corps australien qui marque un coup d’arrêt magistral à l'offensive allemande du printemps (ou bataille du Kaiser) ayant mené l’ennemi aux portes d'Amiens. Les troupes australo-américaines sont commandées par le lieutenant général John Monash qui inaugure quelques principes de combat interarmées combinant chars d'assaut (60 chars Mark V), mitrailleuses, feux roulant d’artillerie devant l’assaut, ravitaillement parachuté par avion,…). Le combat dure seulement une heure et demie et est un brillant succès.

4 juillet 1940 : reddition de Laudrefang (Faulquemont – Moselle).
Situé près de Saint-Avold, ce fort de la ligne Maginot est constitué de 5 blocs (4 reliés entre eux et 1 d’artillerie isolé). L’équipage, commandé par un capitaine, est de 275 hommes de l’infanterie de forteresse, coiffée du béret kaki orné de l’insigne à la devise « on ne passe pas ».
Les combats commencent le 28 mai, le fort étant bombardé du 3 au 14 juin puis encerclé le 17 juin. Il se défend jusqu’à l’entrée en vigueur de l’armistice le 25 juin mais refuse de se rendre avant de recevoir le 30 juin l’ordre formel de capituler le 4 juillet (soit 17 jours après l’allocution du président du conseil). Les défenseurs sont emmenés en captivité. De nombreux ouvrages Maginot ou même plus anciens sont restés invaincus et n’ont été capturés que début juillet après intervention de la commission d’armistice.

4 juillet 1943 : opération CITADELLE.
La Wehrmacht lance l'opération destinée à réduire le saillant de Koursk, avec 900 000 hommes, 1 800 avions et 2 700 chars (dont les premiers Panther et Tigre). Renseignée sur l'offensive, l'armée rouge l'attend avec des forces supérieures, dont des nuées de chars T34 et de chasseurs IL-2.
Des milliers de chars s'affrontent jusqu'au 12 juillet, jour du lancement de la contre-attaque soviétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 5 juillet   Jeu 5 Juil - 8:52

5 juillet 1194 : bataille de Frèteval (Loir-et-Cher).
Le roi de France Philippe Auguste, grand-père du futur Saint Louis tombe dans une embuscade tendue par Richard Cœur de Lion. Celui-ci, libéré récemment de sa captivité en Autriche, entreprend de reconquérir les terres que son frère (Jean sans Terre) a cédées durant son absence à Philippe Auguste. Ce dernier est surpris à Frèteval mais parvient à s’échapper. Il y perd cependant toutes ses archives ainsi que les sceaux royaux. La création des archives (futures nationales) et de la fonction de garde des Sceaux trouve sa raison dans cette défaite.

5 juillet 1809 : début de la bataille de Wagram (Autriche).
Napoléon bat les Autrichiens entre l’île de Lobau, sur le Danube, et le plateau de Wagram. L’artillerie joue un rôle décisif dans la victoire (jour choisi pour la fête de l’artillerie française) ainsi que le manque de coordination du commandement autrichien lors de l’attaque du lendemain 6 juillet.

5 juillet 1830 : prise d’Alger.
Débarqué depuis le 16 juin, le corps expéditionnaire du comte de Bourmont prend Alger.

5 juillet 1925 : naissance de Jean Raspail (Indre-et-Loire).
Il est l’auteur du Camp des saints, des Sept cavaliers…, de Hurrah Zara ! et d’une trentaine d’autres titres.

5 juillet 1943 : début de la bataille de Koursk (Russie).
Pour enrayer le recul allemand sur le front Est et reprendre l’initiative, Hitler décide l'opération Citadelle consistant à enfoncer le saillant de Koursk. Plus de 5 000 chars au total vont s'affronter au cours du plus grand combat de blindés de l'histoire. Renseignés, les Soviétiques ont eu le temps de préparer des champs de mines et des tirs d'artillerie sur les zones de rassemblement allemandes. Les armées de von Kluge et von Manstein avancent de 25 à 40 km en 5 jours et subissent des pertes très sévères qui obligent Hitler à renoncer. Les pertes des Soviétiques sont énormes comme dans la plupart des batailles mais leurs réserves stratégiques en hommes et matériels (notamment le char T34) leur permettent de tenir et de lancer des contre-attaques. Dès lors, les Allemands ne cessent de se replier.

5 juillet 1948 : mort de Georges Bernanos (Neuilly sur Seine).
Auteur de quelques un des plus grands classiques de la littérature française, Bernanos, pourtant connu pour ses sympathies royalistes, a écrit Les grands cimetières sous la lune (1938), formidable dénonciation des crimes franquistes de la guerre d’Espagne. En réponse, Simone Weil, engagée dans le camp opposé, lui a envoyé une lettre de remerciements que Bernanos gardera dans son portefeuille toute sa vie : « Vous m’êtes plus proche, sans comparaison, que mes camarades des milices d’Aragon – ces camarades que pourtant j’aimais ».

5 juillet 1962 : indépendance de l’Algérie et massacres d’Oran.
Les populations arabes d’Oran encadrées par le FLN manifestent leur joie lors de la proclamation de l’indépendance, 132 ans après la prise d’Alger. Le cortège descend vers les quartiers français lorsque la manifestation dégénère, semant la terreur chez les Pieds noirs jusqu’en fin d’après-midi : massacres à l’arme blanche, viols, tortures, enlèvements (selon les sources : de plusieurs centaines à 2000 victimes). Le général Katz, commandant la garnison et qui n’est plus officiellement en charge du maintien de l’ordre, ne permet à ses troupes de sortir de leurs casernes que vers 17h00.
Cependant, plusieurs officiers désobéissent et sauvent de nombreux compatriotes, parmi eux le lieutenant Rabah Kheliff (harki) du 30e BCP qui libère avec une partie de sa compagnie une colonne d’une centaine de femmes, vieillards et enfants. Il est mis aux arrêts de rigueur.
Lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t71-des-hommes-d-honneur
Lire : http://archedescombattants.forumactif.com/t97-oran-5-juillet-1962 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 6 juillet   Ven 6 Juil - 8:20

6 juillet 1495 : bataille de Fornoue (Italie).
Le roi de France Charles VIII, fils de louis XI, est à l’origine des guerres d’Italie qui vont durer pendant plus de 60 ans. Cherchant à récupérer les droits de la maison d’Anjou sur le Royaume de Naples, il conquiert la ville en 1494 mais ne pouvant s’y maintenir, décide de rentrer en France. C’est durant le retour qu’une ligue de presque toutes les cités italiennes tente une embuscade à Fornoue. Les Français bien que plus faibles numériquement parviennent à passer et laissent le souvenir d’une furia francese.

6 juillet 1746 : bataille navale de Negapatam (Inde).
Durant la guerre de succession d’Autriche. Le comte de la Bourdonnais bat l'Anglais Peyton dans les eaux stratégiques de la côte de Coromandel ce qui lui permet de prendre ensuite  Madras. Peu après, une dispute entre la Bourdonnais et Dupleix quant à la manière d'étendre l'influence française aux Indes provoque le départ du premier (avec sa flotte) privant le premier d'appui naval.

6 juillet 1779 : bataille navale de la Grenade (Antilles).
Le comte d’Estaing n’exploite pas sa victoire contre l’Anglais Byron, le laissant filer avec ses bateaux.

6 juillet 1782 : bataille navale de Negapatam (Inde).
Suffren contre l'Anglais Hughes : bien que les Français perdent plus d'hommes au court du combat, ils restent maîtres des eaux de Negapatam toujours aussi stratégiques.

6 juillet 1801 : bataille navale d’Algésiras (Baie de Gibraltar).
Le contre-amiral Linois repousse une escadre anglaise deux fois plus puissante que la sienne grâce aux batteries côtières qu'il a fait armer par des hommes d'équipage débarqués. Bonaparte lui décernera un sabre d'honneur pour cette victoire

6 juillet 1809 : victoire de Wagram (Autriche).
Les Autrichiens prennent l'offensive en tentant de faire céder les ailes de Napoléon (tenues fermement par Davout à droite et Masséna à gauche), mais Napoléon enfonce leur centre en inaugurant la technique de la grande batterie, véritable charge de pièces lourdes dont les servants, soutenus par l'infanterie, viennent frapper l'ennemi à bout portant. L'archiduc Charles est contraint au repli. Napoléon perd 25 000 hommes dont 7 000 tués, parmi lesquels de grands noms viennent s'ajouter à la liste de ceux tombés à Essling, comme le maréchal Lannes (transféré au Panthéon en 1810), le général Lasalle. Le colonel Daumesnil y perd une jambe mais gagne le grade de général.

6 juillet 1836 : combats de la Sikkak (Algérie).
Le général Bugeaud remporte son premier succès contre Abd el Kader.

6 juillet 1917 : prise d'Aqaba par les Arabes de Lawrence d'Arabie (Jordanie).
Un des conseillers militaires les plus célèbres de l’Histoire, Thomas Edward Lawrence, parvient à fédérer les forces des Howeitat (jusque-là fidèles aux Ottomans) et celles des tribus arabes insurgées pour prendre le port stratégique mais faiblement défendu d’Aqaba.

6 juillet 1975 : mort de Skorzeny (Madrid).
Le général SS Otto Skorzeny, chef des opérations spéciales d’Hitler, meurt d’un cancer à 67 ans dans l’Espagne franquiste où il a trouvé refuge après-guerre. Connu pour l’exfiltration rocambolesque de Mussolini (septembre 1943) et les combats à l’arrière des lignes américaines durant la bataille des Ardennes (décembre 1944), il l’est moins pour ses activités au profit du Mossad israélien (1963) consistant à empêcher l’Égypte d’acquérir des capacités balistiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 7 juillet   Sam 7 Juil - 9:28

7 juillet 1124 : reddition de Tyr.
Après cinq mois de siège par les forces chrétiennes du Patriarche de Jérusalem, Gormond de Picquigny,  Tughtekin offre la reddition de la ville. Les habitants ayant la vie sauve et conservant leurs biens, se mêlent aux Croisés et visitent leur camp. Les sources s’accordent sur un respect mutuel et sincère à cette occasion.  Au même moment, le Roi de Jérusalem, Baudoin II,  est retenu captif par un prince turcoman qui ne le libèrera qu’en Août.

7 juillet 1874 : adoption du fusil Gras. Utilisant des cartouches à étui métallique, il encrasse moins le canon et est plus fiable que le Chassepot auquel il succède.

7 juillet 1900 : appellation des troupes coloniales.
Les troupes de la Marine ne relèvent plus du ministère de la Marine mais sont rattachées au ministère de la Guerre sous l’appellation de troupes coloniales. Loi du 7 juillet 1900.

7 juillet 1915 : fin de la première bataille d'Isonzo.
L'Italie est entrée en guerre le 23 juin en attaquant l'Autriche-Hongrie dans le but de prendre le port de Trieste, dont la majorité des habitants sont italiens. Trois fois plus nombreux que leurs adversaires, les Italiens attaquent le front, situé sur la rivière Isonzo. Le relief montagneux profite à la défense austro-hongroise et l'attaque est un échec. L'Italie poursuit ses offensives sur ce front jusqu'en 1917, ce qui donnera lieu à 11 autres batailles.

7 juillet 1916 : mort au combat du sous-lieutenant Pierre Six (à Estrées-Mons).
Il est l’un des 22 internationaux français de football tués durant la Première Guerre mondiale. Alors qu’il évolue à l’Olympique lillois, il participe en tant que milieu de terrain avec l’équipe de France aux JO d’été de Londres en 1908 où les Bleus sont d’ailleurs battus 9 à 0 par le Danemark. Le 329e RI, régiment de réserve du Havre auquel il appartient lorsqu’il tombe, sera cité pour sa conduite lors des combats de la Somme et recevra la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 14-18 à cette occasion. Il est le 3e régiment à se voir attribuer cet insigne.

7 juillet 1932 : naufrage du Prométhée (au large de Cherbourg).
Le nouveau sous-marin de 1500 tonnes coule par 75 mètres de fond alors qu’il est en essais avec son équipage et des équipes techniques de l’arsenal et du Creusot. 7 survivants sur les 69 hommes à bord.
L’accident est dû à un fonctionnement intempestif des purges.

7 juillet 1944 : assassinat de Georges Mandel (forêt de Fontainebleau).
Il restera « l’homme que l’on attendait » tant ses qualités politiques et humaines promettaient. Collaborateur de Clemenceau en tant que journaliste puis comme directeur de cabinet, il devient l'un des hommes politiques les plus prometteurs de la IIIe République. Tranchant, efficace et très patriote, il accomplit un travail exemplaire (ministre des PTT, des colonies et brièvement de l'Intérieur).
Très tôt conscient de la menace hitlérienne, sa lucidité et sa volonté de combattre le rapprochent de Churchill qui voit en lui jusqu’au 17 juin 1940, l'espoir français. D'origine juive, il est haï par beaucoup et s'interdit de partir pour Londres pour ne pas alimenter la critique. Arrêté par la police de Vichy, alors qu’avec quelques députés il gagne les colonies françaises à bord du Massilia, il est emprisonné en France puis à Buchenwald (aux côtés de Léon Blum). Lorsque Philippe Henriot (ministre de Vichy) est assassiné, il est rapatrié en France où des hommes de mains l'exécutent en guise de représailles. Mandel à de Gaulle qui voulait démissionner, le 13 juin 1940 : « Ne pensez qu’à ce qui doit être fait pour la France et songez que, le cas échéant, votre fonction actuelle pourra vous faciliter les choses… ».
De Gaulle rend d’ailleurs hommage à Mandel dans ses mémoires car sans ce conseil, il n’aurait pas pu disposer des facilités de transport que sa fonction mettait à sa disposition pour se rendre à Londres.
L’ouvrage de Jeanneney (L’homme qu’on attendait ) tente d’expliquer pourquoi Mandel n’a pas choisi de partir lui aussi pour Londres.

7 juillet 1979 : lancement du SNA Rubis (Cherbourg).
Premier des six sous-marins nucléaires d’attaque construits par DCNS. Toujours en service actif et ce depuis le 23 février 1983. Il a participé à la guerre du Golfe, aux opérations Trident et Héraclès en protection du groupe aéronaval. Le programme Barracuda permettra le renouvellement des SNA actuels (type Rubis), lorsqu'ils auront atteint 35 ans de navigation. Il engage les forces sous-marines pour les cinquante années à venir. Livraison des six sous-marins entre 2017 et 2028.

7 juillet 1995 : massacre de Srebrenica (Bosnie-Herzégovine).
Ville de 20 000 habitants, à majorité musulmane, Srebrenica est prise par les troupes serbes du général Ratko Mladic sous les yeux des 400 Casques bleus néerlandais qui y sont stationnés. Ils sont évacués alors que les exécutions sommaires de bosniaques musulmans sont perpétrées dans les forêts voisines. Environ 8 000 corps ont été exhumés après la guerre.
En 2014, le tribunal international de La Haye a estimé que l’État néerlandais était civilement responsable de la mort de 300 musulmans, pour ne pas les avoir protégés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 8 juillet   Dim 8 Juil - 8:24

8 juillet 1943 : mort de Jean Moulin (en gare de Metz).
Arrêté le 21 juin par la Gestapo à Lyon, le préfet Jean Moulin meurt d'épuisement après avoir été torturé, dans le train qui devait le conduire en camp de concentration.

8 juillet 1976 : premières femmes admises à West Point (État de New York - États-Unis).
S’agissant de l’École spéciale militaire de Saint Cyr, c’est en 1983.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 9 juillet   Lun 9 Juil - 8:52

9 juillet 1429 : prise de Troyes.
Charles VII, en route pour son sacre à Reims butte devant Troyes qui veut rester fidèle aux Anglais.
Jeanne d'Arc le persuade d’entamer le siège de la cité champenoise alors que tous hésitent. Les habitants de la ville apercevant Jeanne diriger les préparatifs, prennent peur et se rendent.

9 juillet 1755 : bataille de Monongahela (États-Unis).
Durant la guerre de sept ans, le général anglais Braddock se dirige avec 2 000 hommes (et 21 pièces d'artillerie) vers le fort Duquesne qu'il compte prendre d'assaut facilement, sachant qu'il n'est défendu que par 900 hommes. Le capitaine Liénart de Beaujeu, commandant français du fort choisit de ne pas attendre pour subir un siège fatal mais au contraire d'attaquer les anglais durant leur approche dans une série d'embuscades en forêt. Les Anglais pensant à une embuscade géante se laissent vite désorganiser. Bien que Beaujeu soit tué, les Français prennent le dessus en utilisant les principes guerriers indiens. Braddock mortellement blessé, les Anglais se replient. Leur retraite est alors permise par le jeune George Washington qui se fait remarquer par ses qualités de chef et d'organisateur.
À titre de représailles, les Anglais déportent 16 000 colons Acadiens (le grand dérangement).

9 juillet 1860 : début des massacres de Damas (Syrie).
L'empire ottoman se délitant progressivement, les autorités laissent la communauté druze (au Liban) et sunnite (en Syrie) commettre un massacre de chrétiens maronites et melchites où entre 10 000 et 22 000 d'entre eux périssent (4 à 6 000 rien qu'à Damas). Beaucoup de chrétiens sont sauvés par l'émir Abd el Kader, qui, après sa défaite en Algérie (1847) et son emprisonnement (jusqu'en 1852), s'est exilé volontaire à Damas. Napoléon III lui remettra la Légion d'honneur pour cette action menée au péril de sa vie. Il ordonnera en Août 1860 une expédition pour faire cesser les massacres.

9 juillet 1944 : Caen est coupée en deux.
Durant la bataille de Normandie, la ville de Caen est une des plus sévèrement bombardées de la guerre. 400 civils périssent directement des combats que se livrent Anglo-canadiens et Allemands. Au matin, les SS Panzerdivisions se sont repliées au sud de l'orne.

9 juillet 1959 : opération ÉTINCELLES (Algérie).
Lancée le 5 juillet dans le cadre du plan Challe, l'opération ÉTINCELLES permet de réduire l'activité du FLN dans les monts de Hodna. Véritable répétition de la grande opération Jumelles (juillet 1959-mars 1960), elle s'appuie sur l'action déterminante des commandos de chasse. Disséminés sur les zones de refuge rebelles, ces commandos localisent l’adversaire et guident l'intervention des forces aéroterrestres.

9 juillet 1970 : le service militaire revient à 1 an.
La loi Debré ramène la durée du service militaire de 16 à 12 mois. Les femmes peuvent l'effectuer si elles le veulent. Les sursis sont supprimés.

9 juillet 1986 : explosion à la BRB (Paris).
La Brigade de répression du banditisme est détruite (1 mort) par une charge explosive placée dans les toilettes par Maxime frérot, artificier du groupe terroriste d'extrême-gauche Action directe. Ancien parachutiste formé au 1er RPIMa, Frérot a été arrêté en 1989 et a purgé une peine de 23 ans de prison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 10 juillet   Mar 10 Juil - 9:38

10 juillet 1690 : bataille du cap Bézeviers.
En Manche, du côté anglais, Tourville bat Torrington, commandant une flotte anglo-hollandaise durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg.

10 juillet 1798 : combat d’El Ramanyeh (Égypte).
Débarquée le 1er juillet près d’Alexandrie, l’armée d’Orient s’est mise en marche vers le Caire. L’avant-garde, commandée par le général Desaix est attaquée par un détachement de Mamelouks qui subit de fortes pertes en tentant de percer les carrés d’infanterie français.

10 juillet 1898 : Marchand arrive à Fachoda (actuel Soudan du Sud).
La colonne Marchand parvient sur les bords du Nil où elle entreprend la construction du fort Saint Louis. Parmi les officiers de cette épopée célèbre se trouve le lieutenant Mangin, qui commande l'escorte des tirailleurs. Lorsque le général britannique Kitchener se présente avec son armée à Fachoda le 18 septembre, il découvre que le drapeau français flotte déjà sur une zone qu'il vient revendiquer pour le compte de l'empire britannique via l'Égypte.

10 juillet 1940 : opération Attaque de l'aigle.
Le bombardement de Swansea par la Luftwaffe marque le début de la bataille d'Angleterre.
Il a pour objectif la destruction de la Royal Air Force (RAF), prélude indispensable à une opération amphibie sur les côtes anglaises (opération OTARIE qui n'aura jamais lieu).Malgré des pertes importantes en pilotes, la RAF tient bon mais n’a plus aucune réserve et approche le point de rupture, n’ayant plus le temps nécessaire à la formation de nouveaux pilotes. Les Allemands ne s’en rendent pas compte et le maréchal Göring réoriente sa stratégie contre les villes de Grande Bretagne, ce qui renforce la volonté de résistance de la population, permet à la RAF de se redresser et donc signe l’échec de cette offensive aérienne sans précédent.

10 juillet 1943 : opération HUSKY (Sicile).
150 000 soldats anglais et américains débarquent en Sicile, profitant d'une forte tempête qui avait conduit les forces de l'Axe à alléger leur dispositif défensif. Cependant la dispersion totale des troupes aéroportées crée une confusion initiale. A cette occasion sont utilisés les premiers postes « talkie-walkie ».

10 juillet 1985 : sabotage du Rainbow warrior (Auckland – Nouvelle Zélande).
Une équipe de la DGSE coule le navire de l’organisation Greenpeace et cause la mort d’un photographe présent à bord.

10 juillet 2007 : le Brésil annonce la relance de son programme nucléaire.
Le président Lula relance notamment le programme de la propulsion navale. Le Brésil prévoit de se doter de 6 sous-marins nucléaires d’attaque d’ici 2047.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 11 juillet   Mer 11 Juil - 9:07

11 juillet 711 : débuts de l’Espagne musulmane (Guadalete).
Le général Tarik, jeune chef berbère aux ordres du gouverneur omeyade de l’actuel Maghreb a déjà mené plusieurs expéditions victorieuses entre 709 et 711 contre les villages de l’autre côté du détroit lorsqu’il entreprend en mai 711 une opération de plus grande envergure ayant un but de conquête et non plus de razzia. Ses 7 à 12 000 hommes ne rencontrent aucune résistance sérieuse ni à Cadix, ni à Algésiras, le roi Rodric étant occupé à combattre les Basques dans le nord du pays. Lorsque Rodric  (entre le 11 et le 19 juillet selon les sources) se porte enfin à la rencontre de l’armée musulmane, celle-ci est reposée et confiante bien qu’en infériorité numérique. Le combat de Guadalete est remporté par Tarik qui installe l’Islam pour plus de 600 ans en Espagne. L’origine du toponyme Gibraltar vient de la contraction des mots Djebel Al Tarik donnés au mont espagnol.
Lire l’excellent ouvrage d’André Clot, L’Espagne musulmane.

11 juillet 1302 : bataille de Courtrai ou des éperons d’or (actuelle Belgique).
Quelques semaines auparavant, le 18 mai, les habitants de Bruges se révoltent contre la garnison française qui occupe la ville et tuent plus de 1000 soldats dans leur sommeil (les matines de Bruges). Pour venger l'affront, Philippe le Bel envoi son armée contre les milices flamandes peu nombreuses et mal entrainées. Dès le début de l'affrontement, les archers royaux criblent facilement les Flamands qui retraitent vers leurs positions initiales derrière un fossé humide. La chevalerie française s’emballe devant ce premier succès et poursuit les « piétons » sans prêter attention aux fossés dans lesquels elle vient s’embourber. Les milices flamandes contre-attaquent et sans se soucier d’un quelconque code de chevalerie de l’époque, tuent chevaliers et piétons français, qu’ils se battent ou se rendent. Robert d’Artois et un grand nombre de nobles périssent. Les survivants s‘enfuient abandonnant sur le terrain un véritable trésor. Les Flamands récupèrent entre autre 500 éperons d’or (d’où le nom de la bataille des éperons d’or). Humilié, Philippe le Bel devra attendre la bataille de Mons (1304) pour les reprendre à la jeune nation flamande qui trouve dans cette bataille un de ses actes fondateurs.

11 juillet 1405 : début des expéditions de Zheng He (entre Shanghai et Nankin).
Le plus grand amiral chinois « appareille de SouTcheou pour son premier voyage d'exploration, avec, dit-on, 317 navires et 28 000 hommes d'équipage. De 1405 à 1433, le "grand eunuque aux trois joyaux" parcourt en sept expéditions la mer de Chine, le golfe Persique et l’océan Indien, jusqu'au Mozambique, permettant ainsi à la Chine de nouer de nouvelles relations diplomatiques et commerciales. Malgré la condamnation confucéenne de ses voyages "inutiles et dispendieux", Zheng He est un héros national en Chine ». CESM

11 juillet 1708 : bataille d’Audenarde ou Oudenaarde (actuelle Belgique).
Les armées françaises du duc de Vendôme sont battues par une coalition européenne durant la guerre de succession d’Espagne.

11 juillet 1780 : débarquement du corps expéditionnaire de Rochambeau (Newport – actuels États-Unis).
En vertu du traité d’amitié signé entre Louis XVI et les insurgés américains, 6 000 hommes viennent prêter main forte au général Washington après une traversée de l’Atlantique sous l’escorte d’une flotte commandée par le chef d’escadre de Ternay.

11 juillet 1831 : raid de la marine française sur Lisbonne (Portugal).
Le contre-amiral Roussin remonte le Tage avec son escadre et détruit toutes les batteries rencontrées jusqu’à Lisbonne qu’il menace de bombardement. L’opération a été ordonnée par le gouvernement français pour répondre aux vexations infligées aux  Français du Portugal. Le roi du Portugal, après une ultime sommation au canon de la frégate Pallas, accède à toutes les demandes de la France. Le CA Roussin quitte Lisbonne à la mi-août.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 12 juillet   Sam 14 Juil - 21:23


12 juillet 100 (avant JC) : naissance de César (Rome).
Aussi fin stratège que tacticien, l’action de ce général et sa manière de la mettre en scène à travers ses écrits (la guerre des Gaules) a profondément marqué l’histoire de l’Europe. Son prénom est devenu synonyme d’Empereur.

12 juillet 1191 : prise de Saint Jean d’Acre (actuel Israël).
Le roi de France, Philippe Auguste et le roi d’Angleterre, Richard Cœur de lion, bien qu’ennemis en Europe, aident Guy de Lusignan à terminer le siège de la forteresse dans le cadre de la 3e croisade.

12 juillet 1690 : bataille de la Boyne (Irlande).
Défaite franco-jacobite (catholiques) face aux anglais orangistes (protestants).7000 soldats français envoyés par Louis XIV en renfort du prétendant au trône anglais, Jacques Stuart (catholique) affrontent avec une armée irlandaise, sur les rives de la Boyne, l’armée de Guillaume III (protestant).
Les deux armées se font face de part et d'autre d'un gué. Guillaume III envoie habilement un détachement de cavalerie vers l'amont. Jacques Stuart craint qu'il ne lui coupe ses arrières ou ne le prenne à revers : il distrait environ les deux tiers de ses troupes vers l'amont, ne disposant plus que d’un tiers de ses hommes pour défendre le gué. Guillaume III peut alors traverser la rivière en chargeant un ennemi amoindri. Défaite, l'armée catholique reflue vers le sud.
12 000 hommes refusent de se soumettre et choisissent de gagner la France ou l'Espagne pour continuer la lutte contre l'Angleterre. Ils seront suivis de beaucoup d'autres.
Ces mercenaires irlandais seront surnommés les «Oies sauvages» parce que, motivés, ils arrivent avec la régularité des oiseaux migrateurs. Ils s'illustreront à Fontenoy le 11 mai 1745.

12 juillet 1794 : Nelson perd un œil devant Calvi (Corse).
Assiégée depuis le début du mois, la garnison de la ville se rend un mois plus tard. Incités par Pascal Paoli à libérer la Corse des Français, les Anglais s’installent pour deux ans dans l’île.

12 juillet 1801 : création de la compagnie des vétérans de la Garde des Consuls.
Formée par l’arrêté du 23 messidor an IX, elle recueille les membres de la Garde des consuls, puis de la Garde impériale qui ne peuvent plus accomplir un service actif pour cause d’âge ou d’invalidité. N’ayant pas vocation à combattre, elle s’est cependant couverte de gloire à la bataille de Marengo où durant 5 heures son carré résiste aux charges de la cavalerie autrichienne.

12 juillet 1906 : réhabilitation d’Alfred Dreyfus (par un arrêt de la Cour de cassation).
Après 5 années de bagne, Dreyfus est réintégré le lendemain en tant que chef d’escadron. Il démissionne un an plus tard (en juin) et décède 29 ans plus tard (12 juillet 1935) à 75 ans.

12 juillet 1912 : annexion des Comores (océan Indien).
Albert Picquié, inspecteur général des Colonies (janvier 1910-août 1914) annexe l’île qui devient une colonie française et est rattachée administrativement à Madagascar.

12 juillet 1935 : mort du LCL Alfred Dreyfus (Paris)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 13 juillet   Sam 14 Juil - 21:27

13 juillet 1380 : mort de Bertrand Du Guesclin (Châteauneuf de Randon).
Le célèbre connétable de France, 60 ans, est pris d’un malaise alors qu’il assiège une compagnie de mercenaires retranchés dans Châteauneuf-Randon. Il meurt avec les honneurs rendus par les mercenaires assiégés. Les assiégés lui ayant promis de se rendre la veille, ils maintiennent leur décision quand ils apprennent sa mort et viennent déposer les clés de la ville devant sa dépouille. Le roi Charles V ordonne que le corps de du Guesclin soit porté à Saint-Denis, pour y être mis à côté du tombeau qu’il s'est fait préparer. Du Guesclin faisant ses adieux aux vieux capitaines qui l'avaient suivi depuis quarante ans : « N'oubliez pas, leur dit-il, ce que je vous ai répété mille fois, qu'en quelque pays que vous fassiez la guerre, les gens d'église, les femmes, les enfants, et même le peuple, ne sont point vos ennemis. »

13 juillet 1558 : bataille de Gravelines (près de Dunkerque).
Après avoir pris et pillé Dunkerque, l’armée (14 000 hommes) du maréchal de Termes agissant pour le compte du roi de France, Henri II, repasse la frontière, mais alourdie par ses richesses, est rattrapée par l’armée espagnole commandée par le comte d’Egmont. Seuls 10 % des Français en réchappent.

13 juillet 1870 : la dépêche d’Ems (Berlin).
Publiée par la presse allemande et française, cette dépêche diplomatique rédigée par le chancelier Bismarck dresse les opinions publiques les unes contre les autres alors que Napoléon III et l’empereur Guillaume Ier étaient parvenus à un accord tacite concernant une éventuelle succession allemande sur le trône espagnol. La dépêche d’Ems (du nom de la station de balnéothérapie où se trouve Guillaume Ier) est en grande partie à l’origine de la guerre de 1870. Sans être mensongère, Bismarck l’a rédigée d’une manière telle qu’elle ne pouvait être interprétée que négativement.

13 juillet 1915 : retour du LTN Pluschow (Allemagne).
Après 8 mois de fuite à travers le monde et s’être évadé des prisons anglaises, le lieutenant Pluschow, pilote ayant quitté Tsing Tao (Chine) à la veille de la capitulation de la ville, parvient à rejoindre l’Allemagne où il reprend du service dans l’aéronavale.

13 juillet 1917 : création de la Médaille de la reconnaissance française.
À l’initiative du président Poincaré, création de la médaille destinée à récompenser les mérites et les services exceptionnels rendus par des femmes et des civils volontaires.

13 juillet 1924 : inauguration à Reims du monument « Aux héros de l’Armée Noire » dû au sculpteur Moreau-Wauthier et au financement des Rémois après l défense de la cité par le corps d’armée colonial. La cérémonie est présidée par le Président de la République Gaston Doumergue et les maréchaux de France. Le même monument a été inauguré le 3 janvier de la même année à Bamako.Les allemands dynamiteront le monument champenois en 1940. Il sera remplacé le 6 octobre 1963, à l’occasion du 45e anniversaire de la bataille de Reims. Ephéméride des TDM.

13 juillet 1930 : baptême du feu pour le lieutenant Philippe de Hautecloque (N’siret – Maroc).
Présent au Maroc depuis 1926, Philippe de Hautecloque sert au poste de M’Zizel lorsqu’il doit faire face à un groupe de 200 rebelles avec son unité (Maghzen) de supplétifs. Il stoppe l’incursion et poursuit les rebelles sur 10 km leur infligeant des pertes sévères. Il est lui-même blessé au bras. Cité à l’ordre de l’armée, il est rapatrié en France en Août 1931 puis affecté à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr. A noter qu’il n’a pris le pseudonyme de Leclerc qu’en 1940, après avoir rallié la France Libre, pour mettre sa famille à l’abri d’éventuelles représailles. Il a, officiellement, fait rajouter Leclerc à son patronyme et titre, juste après la guerre, avant de rejoindre Saigon.

13 juillet 1972 : premier vol du Mirage G8 (Istres).
Le Mirage G 8-02, intercepteur biréacteur monoplace et à géométrie variable commandé par l’armée de l’air, effectue son premier vol, piloté par Jean-Marie Saget. Un an plus tard,, jour pour jour,  à son 74e vol, il atteint la plus grande vitesse jamais atteinte par un avion en Europe occidentale : Mach 2,34 à 42 000 pieds. En 1995, ce record est toujours inégalé en Europe. Les Américains possèdent le F15, les Russes le Mig 25. Le G8 n’a jamais été produit en série.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 14 juillet   Sam 14 Juil - 21:45

14 juillet 1811 : incendie de Monserrat. (Espagne).
Le général Suchet vient de prendre Tarragone (28 juin) après un siège long et sanglant qui lui vaut d’être élevé à la dignité de Maréchal (8 juillet). L’abbaye de Montserrat (datant de 1025) perdue dans la montagne du même nom est quant à elle incendiée par les troupes françaises après sa reddition

14 juillet 1867 : première démonstration de la dynamite (Redhill – Angleterre).
Le chimiste Alfred Nobel effectue pour la première fois une démonstration d’explosion de dynamite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 15 juillet   Dim 15 Juil - 9:16

15 juillet 1916 : fin de crise politico-militaire française.
Crise qui dure depuis plusieurs jours entre le ministre de la Guerre et le général en chef : le ministre sera désormais toujours accompagné par Joffre ou son adjoint lorsqu’il se rendra dans la zone des armées.


15 juillet 1974 : coup d’État militaire à Chypre.
La Turquie envahit la partie Nord de l’île craignant une union de l’île avec la Grèce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 16 juillet   Lun 16 Juil - 8:29

15 juillet 1916 : fin de crise politico-militaire française.
Crise qui dure depuis plusieurs jours entre le ministre de la Guerre et le général en chef : le ministre sera désormais toujours accompagné par Joffre ou son adjoint lorsqu’il se rendra dans la zone des armées

16 juillet 1942 : rafle du Vel d’Hiv (Vélodrome d'Hiver, sur le quai de Grenelle - Paris).
A la demande des Allemands, plus de 13.000 Juifs - dont 4.115 enfants - sont arrêtés à leur domicile par 9.000 fonctionnaires français, dont environ 5.000 policiers sous les ordres de René Bousquet, chef de la police de Vichy. 8.160 personnes sont conduites au stade du Vélodrome d'Hiver. La police du gouvernement de Vichy se doit d’exécuter les ordonnances de la puissance occupante, mais il faut cependant noter que le nombre des personnes arrêtées a été bien inférieur aux attentes des Allemands puisque des fuites volontaires ont permis à un certain nombre d'y échapper. La cible prioritaire était les juifs étrangers. C’est la rafle qui est la plus emblématique en France. Il n’y aura que quelques dizaines de rescapés.

16 juillet 1945 : premier essai nucléaire (Nouveau Mexique – États-Unis).
Premier essai (dit Trinity) d’une bombe au plutonium d’environ 21 kilotonnes dans le désert du nouveau Mexique. L’histoire de la bombe atomique américaine a commencé 6 ans plus tôt avec l’avertissement d’Albert Einstein au Président des États-Unis Franklin Roosevelt contre le risque de voir l’Allemagne nazie s’équiper avant les alliés d’une nouvelle arme fonctionnant sur le principe de la fission de l’atome.

16 juillet 1987 : annonce d’un futur hélicoptère de combat franco-allemand.
France et RFA annoncent la construction en commun d’un hélicoptère de combat à 400 exemplaires : le Tigre est lancé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 17 juillet   Mar 17 Juil - 8:12

17 juillet 1946 : exécution du général Mihailovic (Belgrade).
Le général Draza Mihailovic, chef des Tchetniks, résistants royalistes à l'occupation nazie en Yougoslavie est exécuté au cours d'un procès expéditif et à charge, Tito ne voulant pas d'un héros supplémentaire pouvant concurrencer la gloire de ses Partisans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 18 juillet    Mer 18 Juil - 8:40

le 18 juillet 1100 : décès de Godefroy de Bouillon, premier roi chrétien de Jérusalem.
Il serait fidèle le beau portrait que le Tasse a tracé du héros de son poème, s’il eût ajouté quelques traits pour rendre sa valeur plus brillante. Godefroy de Bouillon possédait toutes les perfections chevaleresques, la générosité, la loyauté, la douceur ; toutes les vertus chrétiennes, la modestie, la pureté, la foi ; toutes les qualités guerrières, le courage et la force, l’audace et la prudence. Il est la première et la plus belle gloire des Croisades ; son nom seul est resté sans tache.

18 juillet 1925 : publication de Mein Kampf.
Écrit en prison entre 1924 et 1925, l’ouvrage d’Adolf Hitler constitue la base du programme national-socialiste. Véhiculant de nombreuses idées qui seront mises en application (conquête d’un espace vital au détriment de l’Europe, théorie sur l’inégalité des races, dangerosité du christianisme, …) le livre ne connait le succès en Allemagne qu’à partir de 1930.
Rares sont les Français qui à l’époque ont pu le lire dans une traduction fiable, Hitler s’étant toujours opposé à la traduction française.
Le maréchal Lyautey, pour faire prendre conscience des menaces d’Hitler contre la France, permet que l’édition française (1934) porte en exergue « Tout Français doit lire ce livre ». L’éditeur sera d’ailleurs poursuivi en justice par Hitler.
Grâce à ses droits d’auteurs, Hitler a pu renoncer au traitement de sa fonction de Chancelier, une fois au pouvoir en 1933…
C’est dire si le succès de l’ouvrage est grand en Allemagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 19 juillet   Jeu 19 Juil - 8:57

19 juillet 1799: Découverte de la Pierre de Rosette par le lieuténant Pierre-François-Xavier Bouchard pendant la campagne napoléonienne d'Égypte. Il s'agit d'un fragment (112 x 76 x par 28 cm) de stèle de granodiorite d'origine égyptienne portant trois versions d'un même texte, dans deux langues (égyptien ancien et grec ancien) et trois systèmes d'écritures (hiéroglyphes, démotique et grec). Elle fut la pièce-clef dans le déchiffrement de l'égyptien hiéroglyphique par Jean-François Champollion en 1822. Depuis 1802 la Pierre de Rosette se trouve exposée au British Museum.

19 juillet 1810 : Au château de Hohenzieritz au Mecklembourg, décès de la reine Louise de Prusse, femme du roi Frédéric-Guillaume III de Prusse, de suites d'une infection pulmonaire, à l'âge de 34. Elle était née princesse de Mecklembourg-Strelitz le 10 mars 1776 à Hanovre, la fille de Charles II de Mecklembourg-Strelitz, prince héritier du Mecklembourg-Strelitz et lieutenant général de Hanovre, et de Frédérique Caroline Louise, princesse de Hesse-Darmstadt. Elle se distingua par son courage pendant les Guerres Napoléoniennes, accompagnant l'armée prusienne, et par son opposition au Corse. La reine Louise donna à son auguste époux neuf enfants, parmi lesquels le prince Guillaume, futur roi de Prusse et empereur d'Allemagne sous le nom de Guillaume Ier

19 juillet 1915 : première utilisation tactique des gaz français (Somme).
La première utilisation de gaz asphyxiants est faite par les Allemands à Ypres en avril 1915. En réponse les Français développent à Vincennes des tests concluant à l’efficacité du chlorosulfure.

La 151e DI tire 5 000 obus de chlorosulfure de carbone sur le secteur nommé bois allemand au cours d’un pilonnage d’artillerie. Une demi-heure plus tard, deux compagnies du 403e RI, chargées d’aller aux résultats, sont presque détruites par le tir des tranchées allemandes qu’elles abordent pensant l’ennemi replié.
La production s’oriente dès lors vers le phosgène et les urticants (gaz moutarde).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 20 juillet   Jeu 19 Juil - 23:32

20 juillet 1031 : Décès, au château de Melun, du roi Robert II de France, dit Robert le Pieux à cause de son grand penchant pour les choses de Dieu et de l'Église.
Né à Orléans vers 972, il était le fils de Hugues Capet, qui l'associa au trône pour en assurer la succession héréditaire dans sa maison. Sa mère fut Adélaïde d'Aquitaine. Robert reçut de Gerbert d'Aurillac (futur pape Silvestre II) une éducation exceptionnelle. En tant que souverain il contribua à l'affermissement de l'autorité royale, par la récupération de la fonction comtale, et à l'expansion du domaine royal (conquête du duché de Bourgogne). Le Roi se constitua en arbitre des affaires ecclésiastique en France, tout en respectant l'autorité de Rome, où il pèlerina à deux reprises. On raconte que, pendant un de ses séjours dans la Ville Eternelle, il composa une antiphone pour l'office et la déposa sur l'autel de la basilique qu'il visitait en présence du Pape. La vie conjugale de Robert fut plutôt compliquée : il épousa d'abord Rozala d'Italie (la reine Suzanne), qu'il répudia par la suite, s'ayant épris de Berthe de Bourgogne (petite-fille du carolingien Louis IV d'Outremer), qui fut cause de démêlées avec l'Église (avec péril d'excommunication du Roi). En face de l'impossibilité d'avoir descendance avec Berthe, Robert épousa Constance d'Arles, qui lui donna quatre fils et trois filles. D'entr'eux, Hugues, l'ainé, fut associé au trône par son père, mais mourut avant lui. Alors Robert associa à son fils puiné Henri, qui lui succéda à sa mort comme Henri Ier. Le roi Robert II le Pieux fut inhumé dans la crypte de l'abbaye royale de Saint-Denis. Il avait régné 34 ans, 8 mois et 26 jours (996-1031).

20 juillet 1524 : Au château de Blois, décès de la reine Claude de France, duchesse de Bretagne, épouse de François Ier. Née le 3 octobre de 1499 à Romorantin, elle était la fille ainée de Louis XII et Anne de Bretagne (la cadette, Renée de France, devint duchesse de Ferrare en épousant le fils de Lucrèce Borgia). Mariée le 8 mai 1514 à François de Valois, comte d'Angoulême, devint reine lorsque son époux succéda à son père dans le trône de France, suivant les lois fondamentales du Royaume. Elle donna à François Ier trois fils et quatre filles dont : le dauphin François (mort avant son père); Henri, duc d'Orléans (futur Henri II); Madeleine de France, reine d'Écosse, et Marguerite de France, duchesse de Savoie. À travers d'elle le duché de Bretagne passa aux Valois-Angoulême et finit par être rattaché définitivement à la France en 1532. La reine Claude donna son nom à une variété très appréciée de prune.

20 juillet 1944 : attentat manqué contre Hitler (Rastenburg). Hitler survit à l’opération Walkyrie du colonel Stauffenberg qui vise à le tuer. La bombe posée dans le QG d’Hitler, la tanière du loup, tue 4 des membres de l’entourage du Führer sans le blesser. Stauffenberg croyant avoir réussi son attentat quitte Rastenburg pour Berlin afin d’organiser la suite de la prise de pouvoir. Himmler organise immédiatement la répression qui conduit entre autres à l’exécution de Stauffenberg et au suicide commandé de Rommel.

20 juillet 1954 : signature des accords de paix en Indochine (Genève). Ouverts aux lendemains de la chute de Dien Bien Phu (7 mai 1954), les pourparlers de la conférence de Genève aboutissent à la fin de la guerre dite d’Indochine (1946 – 1954) opposant la France au Vietnam.

20 juillet 1969 : « un pas de géant pour l’Humanité » (Lune – Mer de la Tranquillité).
Pour la première fois dans l’histoire de l’Humanité, deux humains se posent sur la Lune.
Neil Armstrong et le colonel Buzz Aldrin à bord du module lunaire Eagle de la mission Apollo 11 prennent pied sur notre satellite naturel pendant que le colonel Michael Collins reste en orbite lunaire.
Apollo 11 est un succès complet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 21 juillet   Sam 21 Juil - 8:48


21 juillet 356 av. J.-C. : Le même jour de l'incendie du Temple d'Artémis à Éphèse, naissance d'Alexandre, que l'Histoire allait connaître comme le Grand, l'ainé des deux enfants et le fils unique du roi Philippe II de Macédoine et de sa femme Olympias d'Épire. Il succéda à son père sur le trône sous le nom d'Alexandre III et en peu de temps fit la conquête de l'Empire le plus grand de l'Antiquité avant Rome.
Écrit de Plutarque sur la naissance d'Alexandre : «Alexandre naquit le 6 du mois d'Hécatombéon, que les Macédoniens appellent Loüs, le même jour que le temple de Diane fut brûlé à Éphèse. Hégésias de Magnésie fait sur cet événement une réflexion si froide, qu'elle aurait pu éteindre cet incendie : "Il ne faut pas s'étonner, dit-il, que ce temple ait été brûlé, Diane étant occupée ce jour-là auprès d'Olympias, pour la naissance d'Alexandre" Tous les mages qui se trouvaient alors à Éphèse, persuadés que l'embrasement du temple était le présage d'un plus grand malheur, couraient dans les rues en se frappant le visage, en criant que ce jour avait enfanté pour l'Asie le fléau le plus redoutable ».

21 juillet 390 avant notre ère : sac de la ville de Rome
La ville est pillée par les Celtes du peuple des Sénons conduits par le chef Brennos. Cet événement, devenu légendaire et rapporté avec quelques déformations par les auteurs antiques (épisode des Oies sacrées du Capitole), fut un traumatisme durable pour les Romains qui ne peut être comparé qu’avec celui causé par la campagne d’Hannibal en Italie. Trois siècles plus tard les contemporains de César feront encore référence à cet évènement lors de débats au sénat concernant l’action de César en Gaule.

21 juillet 1242 : bataille de Taillebourg (actuelle Charente-Maritime).
Louis IX, futur Saint Louis, vient en aide à son frère Alphonse de Poitiers à qui ses vassaux le roi d’Angleterre Henri III et Hugues X de Lusignan refusent l’hommage pensant que le roi de France ne bronchera pas. Les troupes capétiennes bousculent les rebelles sur le pont de Taillebourg qui enjambe la Charente. Les poursuivant jusqu’à Saintes, elles les battent nettement lors de cette bataille qui prouve la valeur guerrière de Louis IX.

21 juillet 1620 : naissance de Jean Picard.
Jean-Félix Picard est un astronome et prêtre français qui naît à La Flèche dans la Sarthe. Il est le premier à calculer le rayon de la Terre de façon précise. Il mesure pour cela un degré de latitude par triangulation, le long du méridien de Paris. Ses résultats sont de 111 à 112 km pour un degré de latitude, donc un rayon terrestre de 6 372 km (le rayon polaire est actuellement mesuré pour 6 357km). Par ailleurs, c'est lui qui conçoit ses propres instruments de mesure. Il décède le 12 juillet 1682.

21 juillet 1795 : bataille de Quiberon (Morbihan).
Les Chouans commandés par Puisaye et Sombreuil ont conquis le « fort sans culotte » (Penthièvre) et avec l’aide de navires anglais tentent de renforcer la position. Le général Hoche apprenant qu’une partie de la garnison du fort est prête à se rendre (enrôlée de force par les Chouans), ordonne une attaque surprise de nuit.
L’action réussit aux Républicains et dispense d’un siège qui s’annonçait difficile puisque sous le feu de la marine anglaise.
Hoche se distingue pour sa capacité à décider vite mais surtout pour son soucis d’économiser les vies humaines : celles de ses hommes mais aussi celles de l’ennemi.

21 juillet 1798 : bataille des pyramides (Égypte).
Débarquée en Égypte, l’armée de Bonaparte (18 000 hommes et 40 canons) traverse le désert pour gagner le Caire.
Mourad Bey masse ses mamelouks (10 000 cavaliers et 30 000 janissaires) devant la ville pour écraser cette infanterie qu’il méprise, persuadé de posséder la meilleure cavalerie au monde. Cette dernière se jette et se brise sur les carrés de division que forme Bonaparte : civils et bagages au centre du dispositif, de l’artillerie aux coins et une discipline de fer dans les rangs de l’infanterie formant le carré qui fait croire aux Mamelouks que les soldats sont attachés ensemble. Renseigné sur l’absence de mouvement de l’artillerie du Bey, Bonaparte lance Desaix à la poursuite des Mamelouks.
La victoire est belle et redonne confiance aux Français qui entrent dans le Caire.

21 juillet 1861 : bataille de Bull Run (Virginie).
Première bataille rangée de la guerre civile américaine. Victoire sudiste inattendue.

21 juillet 1944 : début de la bataille de Guam (Pacifique Nord).
Cette bataille dure jusqu’au 10 août 1944. 55 000 américains débarquent sur l’île occupée par 18 500 japonais. Après une intense préparation par l’artillerie et l’aviation les troupes d’assaut amphibies prennent pied sur l’île conquise par les japonais 4 jours après Pearl Harbour. Les combats sont très durs : seuls 500 japonais sont faits prisonniers, les 18 000 autres meurent au combat ou se suicident.
Autre preuve de la combativité japonaise, sous un angle anecdotique : le sergent Shoichi Yokoi fut découvert sur l’île de Guam en janvier 1972 par des chasseurs. Il s’était caché pendant 27 ans dans des grottes de l’île, se croyant toujours en guerre.

21 juillet 2008 : arrestation officielle de Radovan Karadzic (Serbie).
Après une cavale de 13 ans, l’ancien dirigeant des Serbes de Bosnie est arrêté.
Après avoir vraisemblablement usurpé l'identité de l'un de ses soldats mort à la guerre, l'ex-dirigeant serbe vivait incognito à Belgrade.
Jugé par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie de La Haye, il a été condamné en 2016 à 40 ans de prison pour génocide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: chroniques du 22 juillet   Sam 21 Juil - 22:52

22 juillet 1099 : Godefroy de Bouillon est élu souverain de Jérusalem.
Après un assaut difficile de deux jours, la ville défendue par les Fatimides d'Égypte est prise le 15 juillet 1099. Godefroy est au premier rang des assaillants (les deux premiers sont Letold et Gilbert de Tournai, puis viennent Godefroy et son frère Eustache). Sous ses ordres ainsi que ceux de Tancrède et de Raymond de Toulouse, les Juifs et musulmans sont massacrés sans pitié, aussi bien hommes que femmes. Ce massacre « n'est pas seulement un crime, mais une faute politique grave puisqu'il fait des Fatimides (…) des adversaires désormais moins disposés à un accord éventuel ».
La couronne de roi de Jérusalem lui est proposée après la prise de la ville, mais il la refuse, arguant qu'il ne peut porter de couronne d'or là où Jésus-Christ a dû porter une couronne d'épines. Il accepte le titre d'avoué du Saint-Sépulcre et se contente de la charge de baron.
Ce choix signifie qu'il considère la Terre sainte, et Jérusalem avant tout, comme la propriété du Christ et donc, par extension, du Saint-Siège. Il se positionne ainsi en serviteur, en défenseur de l'Église. Il est nominalement seigneur du Saint-Sépulcre tout en se maintenant sous l'autorité ecclésiastique. Son titre lui confère les responsabilités suivantes : il doit d'abord avec ses vassaux garder Jérusalem et le tombeau du Christ, puis distribuer des terres aux chevaliers, conquérir et pacifier les villes aux alentours, rendre la justice et pérenniser l'économie locale. Godefroy donne à ses nouveaux États un code de lois sages, connu sous le nom d'Assises de Jérusalem. Il doit compter avec l'opposition de Daimbert de Pise, le patriarche de Jérusalem qui désire faire du royaume de Jérusalem une théocratie avec le Pape à sa tête représenté par le patriarche. Daimbert s'est allié avec Tancrède de Hauteville.
Vingt jours après la prise de Jérusalem par les croisés, l’armée d’Al-Afdhal, vizir fatimide d'Égypte, forte de 30 000 hommes, atteint la Palestine. Le vizir hésite à attaquer la Ville sainte, et prend position près d’Ascalon. Il envoie des émissaires à Godefroy de Bouillon, lui proposant un arrangement s’il quitte la Palestine. Pour toute réponse, les croisés marchent sur Ascalon et, le 12 août 1099, repoussent l’armée égyptienne, faisant 10 000 victimes.

22 juillet 1209 : sac de Béziers par les Croisés.
L'armée des croisés, chargée d'éradiquer les cathares, à la demande du pape Innocent III s'empare de Béziers. Sous la direction du légat du pape Arnaud Amaury et de Simon de Monfort. Cet épisode tragique est la source de nombreux mensonges historiques : le chiffre de soixante morts est complètement faux, comme l'affirmation que toute la ville est massacrée, ou cette phrase apocryphe de « Tuez-les tous Dieu reconnaîtra les siens », qui vient du moine allemand, Césaire de Heisterbach dont l'œuvre n'a aucune valeur historique, parce qu'elle a été écrite soixante ans après les événements, d'après des racontars et sans la moindre critique.

22 juillet 1298 : défaite de Wallace à Falkirk (Ecosse).
Après avoir remporté contre les Anglais des victoires inattendues, comme celle du pont de Stirling, William Wallace, héros indépendantiste écossais, commet l’erreur qui met fin à son épopée et à la première guerre d’indépendance de l’Ecosse.
Alors que ses forces et son équipement le prédisposent à pratiquer des combats de harcèlement, il choisit d’affronter Edouard Ier en rase campagne, à Falkirk, entre Stirling et Édinbourg. Ce dernier vient de négocier avec la France une trêve qui lui permet de concentrer ses forces en Ecosse. Ses archers clouent sur place les troupes de Wallace, statiques et groupées, puis sa cavalerie en disperse les restes. Wallace en fuite sera trahi puis exécuté à Londres pour l’exemple.

22 juillet 1805 : bataille des « quinze vingt » (au large de l’Espagne - Cap Finistère).
Les 20 vaisseaux du vice-amiral de Villeneuve et du lieutenant général espagnol Gravina engagent les 15 vaisseaux du vice-amiral Calder au large du cap Finistère pour rompre le blocus de La Corogne.
La bataille n’est pas décisive. Elle empêche cependant Villeneuve de rejoindre la Manche où Napoléon l’attend pour protéger l’invasion de la Grande-Bretagne par son armée des côtes de l’Océan.
À l’issue des combats en effet, Villeneuve demeure au large du Portugal et ira faire une escale de ravitaillement à Cadix avant de combattre à Trafalgar.

22 juillet 1917 : Clemenceau contre les défaitistes.
Devant le Sénat, long discours de Clemenceau qui dénonce la complaisance vis-à-vis des défaitistes, des fauteurs de grève et des étrangers cherchant à démoraliser la France et accuse Malvy de tolérer, de protéger, voire de subventionner des meneurs de la classe ouvrière sous prétexte de maintenir la tranquillité publique, et fait voter une motion contre la propagande défaitiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: Chroniques du 23 juillet   Dim 22 Juil - 21:31

23 juillet 1242 : victoire de Saintes.
A Saintes, près d'Angoulême, l'armée du Roi de France Saint Louis prend le dessus sur une coalition de féodaux, alliée au roi d'Angleterre Henri III, qu'il a déjà défait deux jours plus tôt à Taillebourg. La victoire française est totale.

23 juillet 1914, l'ambassadeur austro-hongrois à Belgrade remet au gouvernement serbe un ultimatum de la part de son gouvernement.
Venant près de quatre semaines après l'attentat de Sarajevo, cet ultimatum est mal compris de l'opinion publique européenne et rapproche la Russie de la Serbie. De maladresse en maladresse, il va s'ensuivre une semaine plus tard le déclenchement de la Grande Guerre.

23 juillet 1945, s’ouvre le procès de Philippe Pétain devant la Haute Cour de justice. A l’issue de ce procès, il est reconnu coupable d’intelligence avec l’ennemi et de haute trahison. Le verdict est sans appel, après 24 jours de procès, la peine de mort est prononcée pour le maréchal le 15 août 1945. Néanmoins, cette sentence ne sera jamais appliquée. C’est le Général De Gaulle (qui était alors chef du gouvernement provisoire de la république) qui va commuer sa peine, en le faisant condamner à la détention à perpétuité. Cadeau ou coup de grâce ? N’est-il pas un déshonneur pour un maréchal d’obtenir la grâce ? Les avis divergent.
« Un maréchal de France ne sollicite pas sa grâce ; je ne demanderai rien. » P. Pétain.

23 juillet 1951 : mort de Philippe Pétain. Maréchal de France.
C'est le plus vieux détenu du monde qui meurt. Il a 96 ans ; 6 ans, jour pour jour après son procès. Le 11 avril 1951, le colonel REMY, chef et créateur du réseau de résistance « Réseau Notre Dame » écrit dans l'hebdomadaire « Carrefour » un article où sous le titre :
« La justice ou l'opprobre »
Il s'élève contre le maintien en forteresse du Maréchal dans des conditions honteuses et inhumaines. Le colonel REMY a, par ailleurs, adhéré à l'Association pour la défense du maréchal Pétain, afin que justice lui soit rendue.
A 9h22, après cinq jours d'agonie, le maréchal Pétain a cessé de vivre ; le médecin-capitaine Maître annonce à la Maréchale le décès de son mari en prononçant ces quelques mots : « Madame, le Maréchal de France n'est plus ».
Le Maréchal est revêtu de son uniforme portant une seule décoration, la Médaille Militaire. La dignité de Maréchal de France sera inscrite sur les actes de l'état civil. La Maréchale reçoit, le jour même, plusieurs milliers de messages de condoléances dont ceux de la Maréchale Joffre et du général Juin.

23 juillet 1952 : le colonel Nasser renverse Farouk 1er (Égypte).
À la tête du mouvement des « Officiers libres », Nasser renverse la monarchie égyptienne en profitant d’une période d’émeutes grandissantes sur fond de revendications populaires, religieuses et anti britanniques.
Officier ayant bien combattu contre les Israéliens en 1948, il est un héros dans l’armée l’égyptienne et s’impose très vite comme seul dirigeant de l’État égyptien.
Il va s’éloigner progressivement de la tutelle britannique et finira par nationaliser la compagnie gérant le canal de Suez.
Cela déclenchera la crise internationale de Suez de 1956

23 juillet 1970 : accord franco-allemand pour l’Alphajet.
Les gouvernements français et allemand sélectionnent le projet des avionneurs Dassault-Breguet-Dornier.
L’Alphajet équipe toujours la patrouille de France et l’École de chasse (BA 705 – Tours) mais aussi plusieurs pays étrangers dans des versions combat.

23 juillet 1972 : début de la télédétection des ressources de la Terre (États-Unis).
Le premier satellite voué à la télédétection des ressources terrestres est mis en orbite par la NASA. ERTS1 (rebaptisé plus tard Landsat1) est déjà équipé d’un scanner multi spectral. Il reste 5 ans en orbite. Depuis , 7 satellites ayant la même vocation ont été lancés par les Américains. La France dispose du programme SPOT (5 satellites depuis 1986).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: Chroniques du 24 juillet   Lun 23 Juil - 23:19

24 juillet 1440 : signature du traité de Cusset, qui met un terme à la « Praguerie ».
Cette «Praguerie», a vu les grands vassaux de France se soulever contre Charles VII et Arthur de Richemont. Le seul qui n'accepte pas la paix est le Dauphin, le futur Louis XI, il est nommé au gouvernement du Dauphiné, en guise d'exil doré, avant de se réfugier à la cour du duc de Bourgogne.

24 juillet 1534 : Jacques Cartier prend possession du Canada au nom du Roi de France.
Parti le 20 avril 1534, de Saint Malo Jacques Cartier atteint le golfe du Saint-Laurent et débarque à Gaspé après s'être arrêté à Terre-Neuve. Accueilli par des Indiens avec qui il échange des cadeaux, il plante une immense croix portant les armes du Roi de France, le 24 juillet. Voir aussi la chronique du 5 septembre 1534, date à laquelle Jacques Cartier ramène de sa première expédition au Canada, deux Indiens qu'il présente au Roi François Ier

24 juillet 1712 : le maréchal de Villars remporte une immense victoire à Denain.
C'est une victoire inespérée sur les Austro-Hollandais, commandés par le prince Eugène de Carignan-Savoie, l'un des plus grands chefs militaires de son temps, que remportent les Français. Elle se déroule du 23 au 24 juillet 1712, vers la fin de la Guerre de Succession d'Espagne et fait suite à de nombreux revers français face aux Impériaux alliés aux Anglais et aux Hollandais. Voir les chroniques du 1er février, du 6 mars, du 12 juin (en particulier où le Roi Louis XIV lance un appel à la nation française), du 1er novembre, des 8 et 10 décembre. La réponse du Ciel, à cet appel royal, demandant aux Français un effort spirituel est la victoire inespérée de Denain, victoire décisive pour achever la guerre de Succession d'Espagne.

24 juillet 1920 : bataille de Khan Mayssaloun (actuelle Syrie).
Le général Gouraud bat le général Al Azmeh qui par ses velléités d’indépendance et de panarabisme remet en cause l’accord passé entre Clemenceau et Faycal (6 janvier 1920) sur le mandat français au Liban et en Syrie. A l’issue de la bataille, les troupes françaises entrent dans Damas.

24 juillet 1967 - Le Général de Gaulle lance son : « Vive le Québec libre ! ». Au cours d'une visite officielle à Montréal, la première d'un chef d'État français au Québec, le général de Gaulle lance du balcon de l'Hôtel de ville à la foule médusée et ravie un cri vibrant : « Vive le Québec libre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BUFFY1
Admin


Messages : 442
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: Chroniques du 25 juillet   Mar 24 Juil - 23:06

25 juillet 1137 : À Bordeaux les noces entre Louis VII de France et Aliénor d'Aquitaine, duchesse de Guyenne et comtesse de Poitiers, la plus riche feudataire du Royaume. Le couple eut deux filles : Marie (femme d'Henri Ier de Champagne, comte de Troyes) et Alix (femme de Thibaud V le Bon, comte de Blois). Le mariage fut cassé en 1152, malgré l'avis contraire de l'abbé Suger exprimé au Roi avant de mourir en 1151. Aliénor convola alors en nouvelles noces avec Henri d'Anjou, héritier d'importants fiefs, qui, unis au domaine aquitain, constituèrent un puissant État au dedans du Royaume. Lorsque Henri devint roi d'Angleterre à la mort de son oncle Etienne de Blois (1154), Louis VII comprit toute la portée de son erreur laissant partir Aliénor de son côté: les craintes de l'abbé Suger s'avérèrent fondées, le roi d'Angleterre possédant un immense territoire dans l'Ouest de la France, avec lequel constitua l'Empire Angevin (origine des deux Guerres de Cent Ans).

25 juillet 1139 : fondation du Portugal.
Alors que la plupart de la péninsule hispanique est sous domination musulmane depuis plus de 300 ans, Alphonse Henriques affronte avec ses troupes celles de 5 rois almoravides et les bat lors de la bataille d'Ourique (arrière-pays de Lisbonne).
Il prend le nom d'Alphonse 1er et fonde de fait le royaume indépendant du Portugal.
Cette bataille décisive est inscrite dans le drapeau national à travers les 5 écussons bleus symbolisant les 5 Almoravides vaincus.

25 juillet 1799 : victoire d'Aboukir (Égypte).
Les Anglais pensant que Bonaparte est à leur merci après l'échec de son siège de Saint Jean d'Acre (fin Mai), débarquent à Aboukir (le 12 juillet) une armée mamelouke avec des conseillers anglais pour prendre à revers les Français.
Bonaparte accourt du Caire et après une rapide évaluation de la situation constate que l'armée ennemie n'est pas totalement débarquée, n'a pas durci ses défenses et ne bénéficie pas de l'appui des canons de l'amiral Nelson, ses bateaux ne pouvant pas approcher à moins de 6 km de la côte.
Il n'attend donc pas le renfort de la division Kleber qui est en chemin et attaque.
Après le premier assaut, les Français s'indignent de voir l'ennemi couper les têtes des blessés et morts au combat si bien qu'ils culbutent complètement les Mamelouks lors du deuxième assaut.
Desaix venant de faire prisonnier le Pacha Moustafa après un duel au sabre au cours duquel il lui a tranché 3 doigts, lui dit : « Si tu refais ça à mes soldats, je te jure, par Allah, que je te couperai d'autres choses plus importantes ».

25 juillet 1830 : les "ordonnances de Saint-Cloud" de Charles X.
Les élections de juillet sont défavorables à Charles X. Sur les conseils de Polignac, et selon l'article 14 de la Charte, le Roi fait rédiger quatre ordonnances. La deuxième et la quatrième dissolvent la Chambre, élue il y a moins d'un mois et fixent la date des nouvelles élections. Moins de dix jours après la publication de ces ordonnances, Charles X est contraint d'abdiquer

25 juillet 1909 : première traversée de la Manche en avion par Louis Blériot, de Calais à Douvres.
L'aviateur français Louis Blériot, qui a 37 ans, traverse pour la première fois la Manche en avion. Parti de Calais pour Douvres, à bord de son "Blériot XI" son voyage dure 38 minutes, et son hélice et son train d'atterrissage se brisent à l'arrivée sur l'aérodrome de North Fal Meadow. Louis Blériot reçoit donc la récompense de 1 000 livres promise par le journal le "Daily Mail".

25 juillet 1995 : attentat à la station Saint Michel (Paris- RER B). Une bombe artisanale placée par le Groupe Islamique Armé (GIA) tue 8 personnes dans la station RER à une heure de pointe. Khaled Kelkal repéré pour une fusillade à Bron au début du mois va commettre encore 4 attentats avant d’être abattu par les forces de l’ordre le 29 septembre dans les monts du lyonnais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CHRONIQUES MOIS DE JUILLET    

Revenir en haut Aller en bas
 
CHRONIQUES MOIS DE JUILLET
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mois de juillet 2011.
» Accueillons une bénédiction en ce mois de juillet
» Mois de Juillet "dévotion au PRECIEUX SANG de Jésus
» Aspects du mois de JUILLET
» Le Progrès - Mornant - Pluie - un mois de juillet record

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: CHRONIQUES JOURNALIERES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: