ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L’HABILLEMENT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 27
Date d'inscription : 25/02/2017

MessageSujet: L’HABILLEMENT   Sam 25 Fév - 22:19

L’HABILLEMENT
Qu’elle débouche sur l’incorporation aux troupes régulières ou sur la constitution de corps francs, la levée en masse nécessite d’immenses ressources matérielles et représente un important coût à supporter pour un pays partiellement envahi. Les unités de francs-tireurs sont donc confrontées à diverses difficultés logistiques. Sur le plan vestimentaire, la plus grande diversité prévaut.
Par commodité mais aussi souci identitaire, beaucoup conservent certains attributs de leurs régions ou pays d’origine : les Bretons se remarquent à leur grand chapeau, les Ardéchois à leur ceinture de flanelle rouge… Plus pittoresques encore, “les francs-tireurs venus de Montevideo, de Buenos-Aires, du Brésil portent le poncho américain, le chapeau de feutre à plume d’or et le revolver à la ceinture”.
D’autres ont des guêtres jaunes, des capes grises ou rouges et des chapeaux pointus à rubans ou plumes d’aigle qui leur donnent “l’apparence de bandits calabrais”. D’autres encore, en dépit de leurs épaisses fourrures, ne sont pas “des trappeurs de l’Ouest du grand désert américain” mais… des partisans nantais [23]
[23] Auguste Foubert, Vandales et vautours ou l’invasion,
Plus la guerre dure toutefois, plus les corps francs tentent de se donner des tenues adaptées. Dès sa prise de commandement, Cathelineau fixe des normes vestimentaires privilégiant le noir et le bleu foncé, choix imité par un grand nombre d’autres groupes de francs-tireurs, d’où leur sobriquet d’“hirondelles noires” ou d’“hirondelles de la mort” [24]
[24] Ernest de Lipowski, La Défense de Châteaudun, suivie...
Certaines compagnies se font même donner des uniformes de l’armée régulière “afin d’éviter aux prisonniers le sort que l’ennemi réserve aux francs-tireurs, c’est-à-dire la mort accompagnée d’horribles tortures” [25]
[25] Belleval, op. cit., p. 78.
(Sort qui d’ailleurs menace des quidams, souvent des maires ou adjoints peu prompts à céder aux exigences allemandes et pris de ce fait pour des partisans [26]
[26] Abbé Garreau, Les 40 otages de la Prusse à Beaune-la-Rolande,
Ainsi équipés cependant, les corps francs perdent l’avantage de pouvoir se fondre dans la population ; ils doivent par conséquent se retirer en des lieux difficilement accessibles, mais les conditions de vie y sont très rudes. Un bon exemple en est donné par la compagnie de Belleval qui, tapie aux alentours de Besançon en novembre-décembre 1870, enregistre plusieurs décès par “congélation” [27]
[27] Belleval, op. cit., p. 135. »
Crédit texte : Armel Dirou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archedescombattants.forumactif.com
 
L’HABILLEMENT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HÉMON - Adjudant-major, Capitaine d'habillement 2è de ligne
» Cyrillus Habillement enfant, femme, homme
» les femmes qui provoquent par leur habillement ....
» l'habillement de la femme Chrétienne
» Règlement pour l'habillement de 1786

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: Guerre de 1870-1871-
Sauter vers: