ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 LE SOLDAT INCONNU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 27
Date d'inscription : 25/02/2017

MessageSujet: LE SOLDAT INCONNU   Sam 25 Fév - 22:28

L’inhumation du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe de l’Etoile, à Paris, a eu lieu le 11 novembre 1920.

Le 12 juillet 1918, monsieur Manoury, député, propose d’élever un tombeau au soldat anonyme. Le 7 décembre de la même année, les députés proposent à Clémenceau le transfert au Panthéon du corps d’un soldat inconnu.

Le 12 décembre 1919, le Chambre des Députés décide que le corps d’un soldat inconnu sera transporté au Panthéon. Mais les associations d’anciens combattants, considérant que le soldat inconnu devrait être inhumé dans un lieu spécifique, se sont mobilisées pour que ce soit sous l’Arc de Triomphe.

Le 8 novembre 1920 les députés convoqués en session extraordinaire, adoptèrent définitivement la loi relative « à la translation et à l’inhumation des restes d’un soldat français non identifié ».

Il s’agissait de placer dans un lieu hautement symbolique et d’accès aisé, le corps d’un combattant sans nom, qui représenterait ainsi tous les morts au combat non identifiés, chaque famille pouvant le reconnaitre comme le sien.

Le rapporteur s’exclame dans une superbe envolée : « Fut il le plus humble des citoyens, ouvrier ou patron, paysan ou bourgeois, illettré ou savant, patricien ou plébéien, qu’importe, pour tous il sera le plus grand ».

Le 8 novembre les députés ont voté à l’unanimité la loi suivante :

Article 1 : Les honneurs du Panthéon seront rendus aux restes d’un soldat non identifié, mort au Champs d’honneur, au cours de la guerre 1914-1918. La translation des restes de ce soldat sera faire solennellement le 11 novembre 1920.

Article 2 : Le même jour, les restes du soldat inconnu seront inhumés sous l’Arc de Triomphe.

Différents corps de militaires sont exhumés des champs de bataille (Artois, Somme, Chemin des Dames, Champagne, Lorraine, Verdun, Flandre) Le 10 novembre 1920, en fin de matinée, ce sont 8 cercueils recouverts d’un drapeau tricolore qui sont alignés dans une galerie de la citadelle de Verdun, transformée en chapelle ardente.

Tout est prêt pour l’arrivée de la délégation conduite par le ministre André Maginot. Il faut trouver un « deuxième classe » ayant fait la guerre .Un des plus jeunes Auguste Thin, fils d’un soldat mort pour la France est choisi. Pour cela il touchera une tenue neuve.

L’heure arrivée, le ministre, appuyé sur ses canes, et le général gouverneur entrent dans la galerie. La sonnerie aux morts retentit, les tambours se sont mis à rouler lugubrement et les cœurs sont serrés.

Les cercueils ont été placés sur deux colonnes de quatre. La garde d’honneur fut confiée à une compagnie du 132°Régiment d’infanterie.

Le Ministre s’est avancé vers le soldat Thin et lui donna un bouquet d’œillets blancs et rouges qu’il devait déposer sur un cercueil. Il lui dit : « Celui que vous choisirez sera le soldat inconnu que le peuple de France accompagnera demain sous l’Arc de Triomphe ».

Témoignage d’Auguste Thin

« Il me vint une pensée simple, j’appartiens au 6°corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c’est également le chiffre 6 que je retiens. Ma décision est prise, ce sera le sixième cercueil que je rencontrerai ».

Dans la nuit, le cercueil gagnera la capitale par le train. Avant d’arriver à l’Arc de Triomphe, il fut porté au Panthéon où le Président de la République Raymond Poincaré prononça une allocution.

Après cette courte escale au Panthéon, où le cœur de Gambetta est transféré au même moment, le cercueil du soldat inconnu est placé sur un canon de 155 et il est acheminé vers sa dernière demeure.

Sous l’Arc de Triomphe, au milieu d’une foule immense, l’Archevêque de Paris béni le cercueil.

Trois mois après, Auguste Tin rend sa belle tenue neuve, son casque, son ceinturon, quitte sa peau de soldat et prend celle des civils, sans jamais oublier son frère de guerre, là-bas, sous l’Arc de Triomphe.

Auguste Thin était né à Saint Vaast la Hougue en 1899 et il est mort le 10 avril 1982.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://archedescombattants.forumactif.com
 
LE SOLDAT INCONNU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tringlot, soldat du train (définition et origines du terme)
» Vivant Denon...Le Peintre Soldat...
» DAJOU (François) Soldat de l'Empire - Médaille de Ste-Hélène
» Les dessous du soldat
» Psychologie du soldat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: Guerre de 1914-1918-
Sauter vers: