ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 BATAILLE DE MALTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BUFFY1
Admin


Messages : 186
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 74
Localisation : 65000

MessageSujet: BATAILLE DE MALTE   Sam 25 Fév - 23:48

BATAILLE DE MALTE

11 juin 1940

Sir William Dobbie, gouverneur de Malte informe à la radio locale le peuple maltais de l’entrée en guerre de l’Italie. « ….Maltais !! L’Italie fasciste a déclaré la guerre à l’Angleterre, et par conséquent à Malte. Des jours difficiles s’annoncent, mais avec l’aide de Dieu, les soldats britanniques maintiendront la sécurité de l’île. Je vous appelle à m’aider à accomplir ma tâche, et prie Dieu de me soutenir pour que j’accomplisse mon devoir sans faillir, au service de Malte et de la Grande Bretagne… ». Pas d’aviation, hormis six hydravions de reconnaissance lourds basés à Kalafrana sur la côte sud, commandés par l’amiral Ford, et quatre Gloster Gladiator.

Le « révérend Dobbie » comme le surnomment ses soldats, sait très bien qu’avec les moyens dont il dispose il ne pourra pas repousser une invasion. La veille, sir William a fait le tour des remparts et des bastions de La Valette, d’où le Grand maître Jean Parisot de la Valette en 1565 avait dirigé les combats contre les Turcs.

Les jours suivants, les Italiens lancent quelques attaques. Des bombardiers à haute altitude lancent des bombes au hasard, mais tuent déjà. On décompte 30 morts et 120 blessés civils, une dizaine de militaires tués. Les trois avions disponibles se lancent à leur poursuite, et abattent deux avions, un autre sera abattu par la DCA. Commandés par un « kiwi », le néo zélandais air commodore Maynard, les pilotes Bruges, Woods et Hartley vont pendant quelques temps disputer les cieux aux italiens, aux commandes de trois vieux Gladiators (1). Ces antiquités ont été baptisées par le peuple maltais qui est très croyant: Foi, Espérance et Charité.

Du 27 juin au 23 juillet 1940 on peut décompter 80 raids. Les Italiens ont perdu 12 avions, mais il ne reste plus qu’un seul Hurricane et un seul Gladiator en état de voler.

Les vivres sont rationnés (2), les menus sont spartiates : omelette d’œufs en poudre, soupe de fanes de navets, feuilles de mélilot, mais souvent c’est tout simplement un bout de pain avec un peu de coulis de tomate et de l’ail. Le peuple est contraint de se réfugier sous terre dans les catacombes, le tunnel du chemin de fer et dans les abris creusés dans le roc.

Sir William avertit le Premier Ministre que l’île ne va plus pouvoir tenir longtemps, et qu’il envisage la reddition. Ce message crée un sursaut au sein de l’Amirauté qui ose risquer le vétéran des porte-avions en service, l’Argus au départ de Gibraltar, sur lequel on charge douze Hurricane. Puis il prend la mer pour lancer ses Hurricane au maximum à 700 Kms de Malte. Pour les pilotes c’est une première, ils n’ont pas été formés à décoller d’un pont de porte avion. Le moindre incident ne leur permettra pas de revenir sur celui-ci, car ces Hurricane n’ont pas de crosse d’appontage.

Le 2 août 1940, un grondement énorme précipite les Maltais aux abris. Douze Hurricanes en formation arrivent sur l’île, et atterrissent à Hal Far. Ils ne seront pas seuls car douze Swordfish arrivent du sud de la France avant la capitulation de celle-ci.

En 1940 l’île ne possède qu’un seul radar que les Italiens vont essayer sans succès de détruire. Il détecte les vols ennemis sitôt leur décollage de Catane en Sicile. Bien abritée dans le roc la station de Madliena se trouve reliée au poste de commandement de La Valette ainsi qu’au contrôle souterrain de la chasse.

La chasse de Malte fond rapidement au rythme infernal des attaques journalières. Les rapports pessimistes de l’amiral Cunningham et de Sir William tombent sur le bureau du Premier ministre, qui harcèle lui même l’amiral Pound, patron de l’Amirauté. Compte tenu des faibles moyens disponibles, l’opération « Hats » est mise en route. Ce convoi qui va servir de test, va comprendre quelques cargos rapides dont un pétrolier à destination de Malte, escortés par le cuirassé Valiant, et surtout le porte-avions flambant neuf Illustrious. Le convoi appareille de Gibraltar le 27 août avec l’escadre H de l’amiral Somerville. En fait, ce convoi a une doublure qui appareille d’Alexandrie sous les ordres de l’amiral Cunningham avec deux cuirassés, l’Eagle et cinq croiseurs.

Un Swordfish qui vole en éclaireur prévient Cunningham que cinq cuirassés, dix croiseurs et trente quatre destroyers font route au sud à 25 nœuds. C’est l’amiral Italien Campioni qui fonce pour couper la route de Malte à la flotte anglaise. C’est alors que redoutant les attaques d’avions venus des porte-avions, il fait faire demi-tour à sa flotte, et se replie vers Tarente. Il modifie ainsi le cours de la guerre en méditerranée, en sauvant Malte.

L’aviation italienne va prendre le relais. Le cargo Cornwall touché, gouvernail brisé, en feu, parvient à rejoindre Malte précédé par le Valiant accompagné des croiseurs antiaériens. Le convoi se reforme puis quitte Malte pour l’Egypte, faisant la preuve qu’on peut - avec de la chance - ravitailler l’île et ses vaillants défenseurs. Le haut état-major prend la décision de renforcer le « porte-avions incoulable » de Méditerranée.

Toutefois, ce porte-avion qui est incoulable, est à la merci d’un débarquement et d’une invasion. Ses effectifs sont ridicules car deux milliers d’hommes - dont la moitié de civils armés de fusils de chasse – seront vite balayés par des troupes de choc Italo-allemandes.

24 septembre (3), Londres écrasée sous le blitz va faire tout son possible pour envoyer une nouvelle escadrille d’Hurricane, un bataillon d’infanterie, des canons antiaériens à tir rapide ainsi que des munitions, sans oublier de l’essence.

Le 17 novembre, l’opération « Winch » est lancée. Le vieux porte-avion Argus est encore mis à contribution pour lancer selon le même scénario qui à déjà si bien fonctionné, une deuxième escadrille d’Hurricane. Deux Skua de la Fleet Air Arm, vieux routiers de ces eaux vont jouer les guides. L’escadrille décolle, et suivant ses guides vole vers Malte. A mi chemin ils rencontrent un vent debout ainsi qu’une tempête, augmentant ainsi leur consommation d’essence. Un par un, ils piquent vers la mer à court d’essence. Seuls les deux Skuas et trois Hurricanes rejoignent Malte. Neuf pilotes disparaissent en mer (4).

Le 11 novembre, l’Illustrious lance ses swordfish qui éliminent trois cuirassés italiens à Tarente (5).

       Le 24 novembre, un convoi qui appareille de Gibraltar apporte à Malte 1400 soldats, plus deux cargos d’approvisionnements divers.

Le 16 décembre, un nouveau convoi appareille, et arrive sans problème à Malte escorté par le cuirassé Warspite.

Seize Wellington de l’escadrille 148 rejoignent Malte avec quelques volontaires Français qui n’acceptent pas la reddition (6), quatre Glenn Martin Maryland de la 431ème, plus un Latécoère arrivé d’Algérie. Le sous marin français Narval qui opère contre les convois,  disparaît en décembre ainsi que le HMS Triton.

Le véritable siège de Malte va bientôt commencer. Pour sa bravoure face à l’ennemi, l’Ile de Malte reçoit la George Cross

Notes

(1) Ces trois gladiators ont une histoire. En fait ils n’auraient jamais du se retrouver à Malte. L’air commodore néo zélandais Maynard en fouinant dans les hangars du port découvre des caisses marquées « Propriété de la Navy ». Il y a là en pièces détachées, quatre Gloster Gladiator de l’aéronavale, débarqués du porte-avion Glorious devant partir pour la Norvège, où il va se faire couler. Le 5 mai 1940 les Gladiator volaient à l’ennemi.
(2) Les Maltais avec leur humour diront « Malta Hanina Khobz ou Sardina » (pauvre maltais, du pain et une sardine)
(3) Le pacte tripartite Allemagne-Italie-Japon a été signé le 28 septembre.
(4) Suite à une enquête il apparut que les pilotes de la RAF ont calculé leur consommation en vol à partir de données en miles terrestres (1609 mètres) et que les marins leur avaient donné la distance en milles nautiques (1.852 mètres).
(5) Avec des torpilles modifiées, qui seront copiées par les Japonais, pour l’attaque de Pearl Harbor.
(6) En juin 1940 le premier maître Duvauchelle de l’aéro navale s’échappe de Tunisie avec son avion torpilleur, et vient renforcer l’escadrille de Swordfish. Il sera abattu prés de Catane le 11 janvier 1941













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BATAILLE DE MALTE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bataille d'EYLAU (Russie)
» Ordre de bataille des Armées à Waterloo. E-M, et Garde
» Bataille de la NIVELLE (Pyrénées-Atlantiques), 10 novembre..
» Historique de la bataille de Ligny
» Sondage bataille d’Eylau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: guerre de 1939-1945-
Sauter vers: