ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 BIOGRAPHIE D'ALFRED LE GRAND

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BUFFY1
Admin


Messages : 298
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 75
Localisation : 65000

MessageSujet: BIOGRAPHIE D'ALFRED LE GRAND   Dim 26 Fév - 11:49

ALFRED le Grand  (846/849 – 899)

BIOGRAPHIE

Les Saxons occupaient l’Angleterre actuelle depuis le 5ème siècle, après avoir vaincu les occupants précédents. A l’arrivée des Danes au 9ème siècle, les royaumes saxons de Northumbrie, de Mercie et d’Eastanglie furent détruits l’un après l’autre. Après la défaite de Cippenham, le royaume du Wessex, l’idée d’Angleterre, sa culture, sa langue, sont réduites à quelques hectares de marais.

De constitution faible, Alfred est fréquemment malade. Selon une théorie récente, il aurait souffert de la maladie de Crohn qui provoque des douleurs abdominales aiguës et des hémorroïdes. Il part avec son père en pèlerinage à Rome en 855 en passant par la cour de Charles le Chauve, puis rencontre le Pape Léon IV qui l’intronise roi d’Angleterre (1).

Tout au long de sa vie, il va devoir faire front contre les tentatives expansionnistes des Danes, tenter de les évangéliser et pour finir, de les assimiler. A l’accession au pouvoir en 858 de son frère AEthelred, il devient le numéro deux de l’Etat. Ecrivain enragé, il commence à rédiger tout un ensemble de lois, qui vont réguler la loi du plus fort qui prévaut en ces temps.

Roi généreux, pieux, mais impitoyable et tenace, Alfred (AElfred)(2) est né à Vantage dans le Berkshire dans les années 850. Il est le quatrième fils d’AEthelwulf et d’Osburga son épouse. Son père l’emmène avec lui à Rome rencontrer le Pape. Ce dernier sans doute mal renseigné, salue Alfred en qualité de futur roi d’Angleterre. Lorsque son père meurt en 858, le Witangemot (3) le désigne tout naturellement roi de Mercie et du Wessex en 871, alors que cette charge revenait de droit à son frère aîné AEthelwold.

Enfant studieux, il fait ses humanités avec des moines précepteurs. Outre sa langue natale, il parle couramment le latin. Comme il a la manie de tout écrire, il exige de ses capitaines de savoir lire et écrire. Après avoir troussé toutes les filles serves en fonction dans le château (et s’en être amèrement repenti en confession), il se marie en 868 avec AElswith, petite fille d’un roi de Mercie, d’un caractère peu commode, qui lui donne cinq enfants dont Edouard et AEthelflaed (4).

Cette même année, les Saxons versent un tribut aux Danes victorieux afin de les tenir au large du Wessex.  En 870, les Danes massacrent les otages saxons, et reprennent le sentier de la guerre. En 871 pas moins de neuf batailles ont lieu, les unes victorieuses, les autres sont des défaites. Mais il faut noter que compte tenu du faible nombre de soldats aux prises, il ne s’agit en fait que de grosses escarmouches. En aucun cas, une bataille perdue ne cause la perte définitive de l’armée adverse. Chacun se replie sur ses positions pour entamer des négociations.  En avril 871, AEthelred perd la vie. Alfred prend les rênes du pouvoir après la défaite de Wiltonceaster (5). Il négocie une trêve qui tiendra cinq ans, ce qui lui permettra de renforcer son pouvoir sur les terres qui font partie de son royaume naissant. Il crée un embryon de troupes royales afin de pallier les défauts de la fyrd.

En 876, Guthrum le Malchanceux (6) rompt la trêve et lance ses troupes contre Werham (Wareham) qu’il prend et pille conformément à ses habitudes. La population massacrée, ses survivants réduits en esclavage, il pousse en direction de l’ouest pour prendre Exanceaster (Exeter). Il s’empare de Cippenham, ce qui précipite ainsi Alfred dans la plus grande crise de sa vie. Vaincu, il doit évacuer précipitamment la ville. Accompagné de son épouse, de ses deux enfants, et d’une dizaine de soldats, il se réfugie dans les marais des Somerset Levels. Les hommes des marais vêtus de peaux de loutres, qui vivent comme au temps des cités lacustres (7) accueillent le fugitif, et l’abritent en se moquant totalement du rang de leur invité.  Le pire, c’est que nombre de grands seigneurs se rallient aux Danes, tel Wulfhere, ealdorman du Wiltshire. Pendant les premiers mois de 878, le royaume se situe dans les marais, mais Alfred prépare son retour. Il envoie des messagers pour rameuter ses troupes, en leur donnant un lieu de rendez-vous : la Pierre d’Egbert. Puis c’est Ethandun, où les troupes royales, appuyées par la fyrd (Cool de chacun des grands seigneurs fidèles à Alfred, gagnent la bataille (9). Les Danes vaincus se replient sur Cippenham, où Alfred les assiège. A bout de vivres, ils demandent à négocier puis se rendent. Guthrum est investi souverain de l’Estanglie. Il est même baptisé sous le nom d’AEthelstan.

En 886, le traité de Wedmore partage l’Angleterre en deux sphères d’influence. Le Wessex et le sud de la Mercie deviennent saxons, tandis que l’Estanglie, la Mercie du Nord et la Northumbrie passent sous domination danoise ; cette possession de fait, se nomme le Danelag. Il demeure un problème de taille : Guthrum n’est, et ne sera jamais le roi de tous les Danois, Norses ou Sviars. Ces derniers continueront à attaquer le Wessex avec des fortunes diverses. Il est clair que le traité de Wedmore entérine l’aveu de faiblesse d’Alfred, mais lui permet de recomposer ses forces, de fortifier le Wessex puis d’entreprendre la reconquête. Cette reconquête, il la prépare d’abord en mariant sa fille AEthelflaed à AEthelred de Mercie. Cette union lie les Saxons de Mercie à ceux du Wessex. Ce ne sera pas un mariage heureux, mais AEthelflaed deviendra une héroïne de la lutte contre les Danois.  

En 885, Alfred s’empare enfin de Lundene (Londres). Un nouveau traité est signé, prenant acte de la victoire des Saxons. C’est alors que les Danes et Norses implantés en Europe sont peu à peu chassés. Ils se replient avec femmes et enfants dans les possessions du Danelag (10), où ils entendent s’installer. Alfred positionne ses troupes pour observer les développements de cette nouvelle implantation. Les Danes entrent enfin en guerre. Edouard (11) les bat à Farham. De 894 à 897, ils perdent toutes les batailles, ce qui les contraints à soit retourner sur le continent, soit de se replier en Northumbrie. A ce stade, les hostilités sont terminées et seules quelques escarmouches sans importance sont relevées.

Alfred va pouvoir se passionner pour l’organisation de son royaume et de son armée. Il crée le concept des burghs (châteaux forts), dotés de garnisons fixes, commandés par des nobles choisis par lui pour leur fidélité, et leur science de la guerre. Il crée la notion de vasselage – qui sera copiée en France – où l’ealdorman en place doit fournir un contingent de soldats armés et équipés pour la guerre. La fyrd, dont la faiblesse est de voir ses hommes partir à la saison des moissons, va être partagée en deux. Une partie partira faire la guerre, tandis que l’autre s’occupera de toutes les moissons. Afin de faire pièce au maraudage des Danes embarqués sur leurs drakkars qui pillent les côtes, Alfred va mettre en place un programme de constructions navales sur des plans qu’il conçoit lui-même. Fervent catholique, il baptise ses navires de noms évocateurs tels que Christenlic, Heanhengel (Chrétien, Archange). C’est néanmoins la première flotte de guerre d’Angleterre avec ses traditions impérissables. Il crée, et organise de manière méticuleuse le fisc, afin d’avoir une garantie de rentrées financières.

Parallèlement, il va entretenir une correspondance assidue avec les grands de ce monde, tels le patriarche de Jérusalem, et le Pape à qui il envoie des donations. Il crée une faculté de grand savoir, copiée sur celle de Charlemagne. Pour lui donner un essor, il s’assure du concours de John le Saxon, et de Grimbald, savants d’Europe. Il effectue un certain nombre de traductions à l’usage du clergé et du peuple (il exige que ses officiers et sous-officiers sachent lire et écrire). Il rédige le recueil intitulé Blostman, une anthologie de vie chrétienne, et en particulier des Soliloques d’Augustin d’Hippone. Il est à l’origine de la Chronique Saxonne. L’œuvre épistolaire d’Alfred est considérable. L’Université de Liverpool a créé une chaire de littérature anglaise « Roi Alfred », en son honneur. Il meurt le 26 octobre 899. Il est béatifié, et fêté le 12 décembre.

Notes :

(1) A noter que Royaume d’Angleterre n’existe pas en tant que tel à cette époque. Toutes les terres saxonnes seront unifiées par les successeurs d’Alfred (fils d’abord, puis petit fils)
(2) Les lettres saxonnes AE, l’un dans l’autre, prononcé ash en Angle médiéval n’existent plus de nos jours.
(3) Le witangemot est l’assemblée générale de tous les ealdormen, suzerains du roi de Mercie et de Wessex.
(4) Edouard deviendra Edouard l’Ancien et AEthelflaed sera mariée à AEthelred de Mercie.
(5) Capitale du Wiltonscir.
(6) Guthrum le Malchanceux fut son surnom, car rien ne lui réussissait. Ses troupes aspiraient à changer de chef. Avait un os (une côte) de sa mère dans les cheveux pour lui porter bonheur.
(7) Les hommes des marais qui parlent un idiome mâtiné de mots saxons, se nourrissent de gibier d’eau, de cerfs, de poissons qu’ils piègent dans des nasses tressées.
(Cool La fyrd est une milice nationale levée par chacun des ealdormen., seigneur d’un comté.
(9) Les troupes de Wulfhere rejoignent en pleine bataille les troupes d’Alfred, créant un chaos qui est bien près d’être fatal aux troupes saxonnes.
(10) Sorte de regroupement familial.
(11) Fils aîné d’Alfred, il deviendra «Edouard l’Ancien »

Bibliographie :

Alfred, Roi guerrier, John Peddie
La chronique Anglo-saxonne, Dent, Londres, 1972
La vie du Roi Alfred, Evêque Asser.
The Medieval Life of Alfred, Palgrave, Houdmills, 2002

©️ VAE VICTIS - LH GALEA * 2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BIOGRAPHIE D'ALFRED LE GRAND
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nesselrode, Charles-Robert, comte de
» Les treize grands mères indigènes
» BERTHIER Alexandre - Maréchal d'Empire
» Grand coléoptère noir
» Saint Basile le Grand Docteur de l'Eglise et commentaire du jour "Au milieu de vous se tient..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: BIOGRAPHIES-
Sauter vers: