ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 EDITH CAVELL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BUFFY1
Admin


Messages : 240
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 74
Localisation : 65000

MessageSujet: EDITH CAVELL   Dim 26 Fév - 23:37

EDITH CAVELL

HÉROÏNE ANGLAISE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Edith Louisa Cavell, naît le 4 décembre 1865 à Swardeston au Royaume Uni. Son père est un ecclésiastique de l’église anglicane. Elle poursuit des études, qui l’amèneront à devenir institutrice. Elle va entrer comme jeune fille au pair en Belgique, puis reviendra en Angleterre soigner son père malade.

En avril 1896 elle entre au Royal London Hospital en qualité d’aide infirmière. Entre 1903 et 1907 elle se met à son compte en qualité d’infirmière libérale. Puis elle retourne en Belgique aider Antoine Depage à fonder une école d’infirmières à Ixelles. Elle est nommée infirmière chef de l’établissement.

Lorsque la première guerre mondiale éclate, l’établissement est pris en charge par la Croix Rouge Belge (dont Antoine Depage est Président). Edith Cavell qui est en Grande Bretagne auprès des siens, revient à Ixelles dès le 3 août 1914. Edith et ses élèves vont soigner les blessés alliés et allemands, sans faire de distinction.
Ceci est son occupation visible. Elle est également agent de renseignement du (Secret Intelligence Service) MI6. En plus de ses activités de renseignement, elle crée et anime une filière d’évasion des alliés bloqués derrière les lignes vers la Hollande qui est neutre. Victime d’une infiltration allemande de son réseau, elle est arrêtée le 5 août 1915, avec tous les collaborateurs de son organisation.

Philippe Baucq, Louise Thuliez, la comtesse Jeanne de Belleville, la princesse Marie de Croy, Louise de Bettignies, Louis Severin, l’avocat Albert Libiez, les cafetiers Pansaers et Rasquin, et François Vandievoet.

Tous sont incarcérés à la prison Saint Gilles. Une cour martiale, composée des juges Werthmann, Stoeber et Duwe, va les juger les 7 et 8 octobre 1915. Edith Cavell, Philippe Baucq, Louise Thuliez, Jeanne de Belleville, et Albert Libiez sont condamnés à mort. Les autres prévenus sont condamnés à des peines de prison. Pour couper court aux protestations internationales, la cour fait fusiller dès le lendemain à 14 heures, Edith Cavell et Philippe Baucq. Les autres condamnés à mort voient leur peine commuée en peine de prison à perpétuité.

Le pasteur anglican Stirling Gahan qui va la confesser, va nous transmettre les derniers mots de cette femme héroïque : « Le patriotisme n’est pas assez, je ne dois avoir ni haine, ni amertume envers quiconque ». Ces mots sont gravés sur le mémorial de St Martin’s Place, non loin de Trafalgar Square à Londres.

  Pour son exécution, c’est un pasteur luthérien qui va l’assister jusqu’au bout. Il va laisser un témoignage sur les derniers moments d’Edith Cavell. Le 12 octobre 1915, elle est avec son compagnon Philippe Baucq, yeux bandés, face à huit soldats. Tous deux seront achevés d’une balle dans la tête par l’officier commandant le peloton.


© ARMES & ARMEES - LH GALEA - 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
EDITH CAVELL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C\'est ici qu\'on se présente et qu\'on discute - Tome 43
» Info sur les cliniquesbelges
» nouvelle parmis vous je suis suivie a edith cavell (ok)
» papotes de fevrier 2010
» PMA à l’étranger ? Quel Pays ? Quelle clinique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: guerre de 1939-1945 :: Les résistants-
Sauter vers: