ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 8.- LES MINUTES DE L HEURE H

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BUFFY1
Admin


Messages : 186
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 74
Localisation : 65000

MessageSujet: 8.- LES MINUTES DE L HEURE H   Sam 3 Juin - 19:23

8. LES MINUTES DE L’HEURE H

Note de l’auteur

Il est pris en compte au cours de ce scénario, quelques composantes spécifiquement françaises, qui ne sont pas traitées dans le programme originel de SIOP. L’aspect apocalyptique de ce type de conflit n’est pas majoré, mais au contraire, minoré. Certaines données fournies par SIOP - qui volontairement ont été supprimées- nous ramènent à l’âge des cavernes en six heures de temps.

Scénario : L’URSS prise à la gorge par la course aux armements, ne peut plus suivre financièrement. Le Politburo décide d’attaquer préventivement les pays membres de l’OTAN, pour geler le problème et repartir à zéro. (Les militaires ont le sens de l’humour, et du mot juste).

Situation : QG du NORAD sous les Monts Cheyenne dans le Colorado, non loin de la ville de Colorado Springs. (1)

Dimanche 24 décembre 1985.

03.00 Zoulou, en alerte « routine ». Les voyants des stades d’alerte sont tous éteints.

SIOP et RSIOP ronronnent dans leur pièce à température et hygrométrie constantes.
Le général de service est assis à son poste au dessus de tous les opérateurs, face aux grands panneaux lumineux qui projettent la synthèse des informations mondiales.

03.01 Z sur l’écran d’un opérateur, des spots clignotants indiquent la présence de sous marins soviétiques à 200 milles des côtes américaines. (2)

03.01 Z sur l’écran d’un autre opérateur, les sites de Poljarny, de Plesetsk et de Tyuratam en URSS s’animent. Le synoptique montre que la moitié des portes s’ouvrent, et que le remplissage des propergols est en route. L’opérateur passe l’alerte au stade « Bonhomme de neige », lance la conférence préliminaire à l’attaque. Il appuie sur une touche de sa console, pour alerter le général de service.

03.03 Z le général (dont le nom de code est pour ce jour Icare) constate que les trajectoires des missiles qui viennent d’être lancés des SNLE soviétiques stationnés devant les côtes (3), aboutissent sur le territoire des Etats-Unis, les ordinateurs sont chargés. Ils vont calculer le point de chute des ogives, et le temps qu’il reste avant l’impact. Il passe en état d’alerte « Gros Boucan » et lance la conférence téléphonique d’attaque.

• Un message d’alerte est adressé au QG OTAN, à plus d’une centaine de sites stratégiques de par le monde, et aux chefs d’états occidentaux membres de l’OTAN.
• Un message d’alerte est adressé à toutes les ambassades par les moyens radios des attachés militaires.
• Les troupes au sol sont mises en alerte et pré positionnées dans des abris.
• Les gyrophares rouges d’alerte générale, se mettent à tourner dans toutes les bases.
• Le mot de code affecté à cette alerte  est « Armageddon »

03.05 Z le général passe à l’état d’alerte « Pistolet Armé », et se fait confirmer les trajectoires, les points d’impact, ainsi que le temps restant avant impact. Il constate que les charges délivrées par les SNLE soviétiques visent la base d’Andrews qui est la base où est stationné l’E4B Looking Glass 01 de commandement, les bases de B52 et de KC 135, le quartier général d’Omaha, et que des ICBM mégatonniques foncent sur les silos de lancement de Minuteman de Malmstrom, non loin de Great Falls.

03.07 Z Il décroche le téléphone qui le met en liaison immédiate avec le Président pour une conférence de guerre atomique. Il passe en état d’alerte « Pas de Chasseurs ».

03.08 Z Les klaxons d’alerte retentissent dans toutes les bases de bombardiers et de ravitailleurs en vol. Les équipages des B52, des KC135 et des chasseurs d’escorte, se ruent vers leurs appareils.

• NORAD passe au stade « Maison Ronde » (4)
• Les E3F AWACS en vol de routine au dessus du territoire passent en veille « guerre ». (5)

03.08 Z le Président valide à l’aide des codes inscrits sur sa carte, les ordres de tirs de répliques qui seront délivrés de manière automatique par SIOP. Les ordres de lancement sont communiqués par diverses voies de communications, aux opérateurs enterrés dans les silos. Les clés tournent avec ensemble, et les ICBM mis à feu prennent le chemin de l’Union Soviétique. La riposte est une copie conforme de l’attaque. Elle va éradiquer les mêmes objectifs sur le sol Russe, et tuer la même quantité d’êtres humains.

• Le Président évacue la Maison Blanche, et embarque dans son hélicoptère « faucon de nuit » pour rallier l’E4 de commandement qui attend déjà moteurs tournants. Sur la base d’Andrews.
• NORAD passe au stade « Attention les yeux »

03.09 Z Selon SIOP, la base d’Andrews sera détruite dans 5 minutes par une ogive de 50 kilotonnes, détonation au sol, les bases de B52 dans 6 minutes par des détonations kilotonniques dans l’air dans l’axe des pistes, Omaha dans 15 minutes par des détonations mégatonniques au sol, et le site de silos des Grandes Plaines du Minnesota dans 20 minutes, par des détonations mégatonniques au sol. Il comptabilise la perte de 14 millions de morts dans les agglomérations qui jouxtent les bases militaires dans cet intervalle.

• NORAD passe au stade ultime «Fondu au Noir ». Une attaque DINGOS vient de débuter (6). SIOP nanti des codes d’autorisation du feu nucléaire donne les ordres simplement validés par le code personnel d’Icare pour les armes aériennes et terrestres, et par Harpon pour l’arme sous marine. (7).
• Les Présidents des nations OTAN se rendent dans leurs bunkers de commandement.
• Le Président français rallie son PC de Taverny en hélicoptère. Le Président du Conseil est évacué hors du Grand Paris dans un site protégé.

03.09 Z Les SNLE soviétiques postés devant les Grands Bancs procèdent à un deuxième tir destiné à vaporiser les principales bases navales US de la côte Ouest, avant d’être détruits par les SNA américains qui les ont pris en chasse.

03.09 Z Les SNLE soviétiques postés dans l’Océan Pacifique, procèdent à un premier tir destiné à vaporiser Pearl Harbour, ainsi que les bases navales du Japon, et de Corée du Sud.

03.10 Z Israël met en batterie ses systèmes anti missiles, et lance ses bombardiers tactiques dans toutes les directions pour vaporiser les capitales arabes.
• Les britanniques et les français font décoller leurs bombardiers stratégiques, la chasse et les ravitailleurs en vol. Les E3F AWACS décollent de toutes les bases pour prendre en compte tous les aéronefs OTAN qui vont encombrer les cieux (Cool.
• Les troupes au sol se massent aux frontières

03.11 Z Omaha lance d’autres ICBM pour arriver au total de 14 millions de morts en Union Soviétique, ce qui implique de rayer de la carte des agglomérations entières, car leurs installations militaires sont en général isolées, et à l’écart de la population.

03.11 Z Les B52 et les KC135 de toutes bases, commencent à rouler sur le taxiway pour décoller en urgence. Le commandant de bord tout en roulant, insère les codes dans le boîtier de décodage. Il avertit son équipage que c’est la guerre, et qu’ils vont décoller en urgence. Il abaisse sa visière pare-éclair de son casque, son copilote fait de même, ainsi que les techniciens situés dans les puits techniques de l’appareil.

03.14 Z Les chasseurs d’escorte, les bombardiers B52 (9) et les KC135 décollent en séquence rapide de toutes les bases. Les rideaux pare-éclair tirés par surcroît de prudence, les pilotes prennent un cap d’évitement de l’axe de piste.

03.14 Z Omaha déterrée par une ogive mégatonnique, disparaît des ondes avec son personnel.

03.14 Z Andrews est rayé de la carte par une détonation au sol d’une ogive kilotonnique, avec l’E4 de commandement, et le Président qui n’ont pu décoller à temps.

03.14 Z TACAMO est en l’Air. Harpon est en contact permanent avec NORAD.

03.15 Z En succession rapide, les ogives kilotonniques explosent à 2000 mètres d’altitude dans l’axe de toutes les pistes de décollage des bases aériennes. Certains appareils sont détruits. Les bases et leur environnement sont rasés.

03.15 Z Sur les écrans des sites de commandement européens, les trajectoires des IRBM soviétiques aboutissent aux ports et installations militaires de l’OTAN en Europe. En France, Taverny, les ports de guerre Brest et Toulon sont visés par des ogives mégatonniques.

• Taverny, le Grand Paris et les ports de guerre sont vaporisés. Les infrastructures militaires de l’Angleterre, l’Italie, la Grèce, la RFA, le Danemark et la Norvège sont détruites.
• Les radars d’alerte avancée NADGE, de la Norvège à la Turquie, sont vaporisés.

03.15 Z Six ogives mégatonniques explosent à 300 km au dessus de l’Europe sur un axe Nord-Sud. L’Europe toute entière est plongée dans le noir suite aux effets EMP. Le chaos s’installe. Les unités de la Sécurité Civile survivantes sont déployées, mais seront rapidement dépassées par le caractère hystérique de la population survivante.

03.15 Z L’amiral, nom de code « Harpon », chargé de la liaison avec les sous marins lanceurs d’engins quitte le Quartier Général et embarque dans l’E3 TACAMO.

03.15 Z Harpon donne l’ordre aux SNLE US de vaporiser toutes les installations navales soviétiques ; Il relaie cet ordre au TACAMO en vol au dessus du Pacifique.

03.15 Z trois lunes blanches apparaissent dans le ciel noir des bases de l’Air Force déjà frappées, et explosent en 10.000 soleils. Les bases de B52 et de KC135, viennent d’être rayées de la carte. Les épouses, les enfants, les amis, les rampants et les habitants des villes voisines, sont réduits en poussière par la chaleur de 6.000 degrés celsius. Les équipages ont fort à faire pour tenir leurs mastodontes (ouies d’aération obturées) en ligne de vol lorsqu’ils traversent les nuages de débris radioactifs. Les survivants grimpent, et prennent la direction du cercle arctique en évitant les nudets (10) que l’ennemi parsème sur leur route, afin d’éclaircir leurs rangs.

03.15 Z Six ogives mégatonniques explosent en succession rapide à 500 km au dessus des Etats-Unis sur un axe Nord-Sud. Le pays est plongé dans le noir suite aux effets EMP. Certains équipements non durcis, des avions de commandement grillent.

03.15 Z Le Dispositif de localisation du successeur du Président communique le nom et la localisation du « successeur légal » à « Alice » qui est à bord de l’E3 de commandement bis. Il se trouve à Dallas Texas pour un congrès.

03.16 Z Les hommes du FBI à Dallas, alertés, conduisent le successeur et un juge, à l’aéroport où l’E4B va venir le chercher. L’aéroport est encerclé par une foule hystérique, contenue par la Garde Nationale.

03.16 Z Harpon envoie via les satellites de télécommunications, et son antenne VLF, un ordre de préavis de guerre atomique à tous les SNLE, et conditionne l’ordre de deuxième frappe à un ordre exprès. Il note les accusés de réception.

03.16 Z Constatant que les Soviétiques procèdent à un nouveau lancement d’ICBM en direction des villes de la côte Est et Ouest, Harpon donne l’ordre de vider les silos avant qu’ils ne soient détruits. La nouvelle vague de missiles va tuer 11 à 20 millions de personnes car ce sont des villes qui sont visées, des ports, des infrastructures de vie telles que des barrages, et des aéroports civils.

03.17 Z Les communications au sol sont fortement perturbées par l’ionisation de l’air ambiant du fait des multiples explosions nucléaires.

03.19 Z Les ¾ des silos sont vides, et vont rapidement être détruits par les ogives mégatonniques détonant au sol (11). Les opérateurs qui ne seront pas tués par les déflagrations, vont devoir rester 15 jours dans leur blockhaus enterré avant de pouvoir sortir. Les retombées radio actives auront en principe été chassées par les vents, et ils pourront sortir contempler le désert lunaire sombre, parsemé d’entonnoirs géants fumants, qu’est devenu leur environnement immédiat.

03.20 Z Dans l’avion E3 Looking Glass n°2, qui a décollé juste avant que la ville ne disparaisse, « Le successeur » prête serment, et devient Président des Etats-Unis, nom de code Condor. « Alice » (12) le met au courant de toutes les actions entreprises pour contrer l’attaque surprise et sollicite des instructions.

03.24 Z Les ogives mégatonniques percutent les sites de silos dont la majorité est déjà vide, et transforme un millier de km2 en surface lunaire fumante. Le blast de souffle ravage les villes à 200 km à la ronde et la chaleur enflamme des immeubles distants de 250 km. La prairie couverte de neige flambe sur des centaines de km à la ronde.

03.25 Z Condor entreprend d’appeler son homologue soviétique qui est enfoui dans un abri souterrain aux environs de Tcherepovets, afin de faire le point des destructions mutuelles, et de tenter d’arrêter l’holocauste. Les nudets ont gravement détraqué la couche d’ozone (13), et les communications ne passent pas. Pour compliquer les choses, la grande majorité des satellites de télécommunications sont inopérants, leurs stations au sol ayant été vaporisées.

03.30 Z Condor donne l’ordre aux bombardiers stratégiques, aux chasseurs de protection, et aux ravitailleurs de cercler au point PCP (14).

De 03.31 Z à 04.37 Z tentative de réparer les communications, et de trouver un cheminement radio pour entamer des négociations avec le n° 1 soviétique.

04.38 Z Condor donne l’ordre à tous les bombardiers rescapés de refueller. Chaque bombardier s’approche de son ravitailleur, et procède aux opérations de refuelling. Les ravitailleurs à court de carburant essaieront de se poser sur des pistes de secours en Alaska, sur les lacs gelés ou s’écraseront.

04.40 Z un radar de surveillance qui a pu être réparé, constate que les bombardiers soviétiques sont eux aussi en train de cercler au dessus de leur territoire, en compagnie de leurs ravitailleurs.

04.50 Z La communication est établie avec le n°1 soviétique. La conversation porte surtout sur les moyens d’arrêter le massacre. Ils conviennent d’un cesser le feu, et fixent un nouveau rendez vous téléphonique pour tirer les conséquences de cet acte de guerre.

04.58 Z Looking Glass transmet aux bombardiers l’ordre de faire demi tour, et à TACAMO de suspendre les tirs des SNLE jusqu’à nouvel ordre. (15)

05.10 Z les accusés de réception parviennent les uns après les autres à Looking Glass qui enregistre. Les sous marins retournent vers les profondeurs en état de « vigilance perpétuelle »

06.00 Z Une comptabilisation sommaire des destructions sur le sol US, fait apparaître une perte d’environ 90 millions d’individus.

06.20 Z Une ultime conversation entre les deux présidents entérine le cessez le feu, et fixe un rendez vous dans une ville intacte d’Europe pour signer la paix. Les soviétiques alignent 85 millions de morts.

06.25 Z Tous les acteurs volants de cette guerre apocalyptique – américains et russes -, vont redescendre vers un sol crevé de cratères lunaires, encore en feu, où tous leurs proches sont soit à l’article de la mort, soit proprement réduits en cendres. (16)

06.25 Z L’Europe comptabilise 70 millions de morts et le reste du monde 20 millions de morts.

06.30 Z La liste des capitales et des grandes villes détruites, avec leurs pertes humaines comptabilisées remplit une dizaine de pages.

07.00 Z Le jour se lève, mais le soleil n’apparaîtra pas sur la terre pendant une longue période, car la fumée des explosions, et les milliers de tonnes de débris projetés dans l’atmosphère, vont obscurcir le ciel pendant des semaines. La nuit nucléaire s’installe sur la terre (17).


LA GUERRE EST FINIE

La guerre est finie elle aura duré quatre heures, fait entre 200 et 300 millions de morts, et rendu la vie sur terre extrêmement pénible, voire impossible pour certains des survivants.

07.00 Z Les centaines de millions de survivants de par le monde, se battent à mort pour un bout de pain sec irradié, une gorgée d’eau polluée. Le tout dans l’obscurité, car il va falloir réparer les lignes électriques détruites, et remettre en route les centrales endommagées. (18)

Selon les estimations des spécialistes de la FEMA (19), la moitié des quelques centaines de millions de rescapés vont rapidement mourir assassinés, de maladies diverses, d’irradiation, de brûlures, d’inanition, de suicide et de divers traumas. Les vieillards, les femmes enceintes, et les enfants mourront les premiers, puis les hommes, et en dernier les femmes. Selon ce rapport dans la seconde moitié des survivants, un tiers mourra rapidement de cancer ou de leucémie généralisé dû aux doses létales d’irradiations subies. Les silos de grains ayant pris feu ou étant irradiés, la famine va s’installer pour les rares survivants. Tous les animaux d’élevage seront morts, les animaux survivants seront irradiés et impropres à la consommation. Les seuls animaux à sang chaud qui survivraient le cas échéant à l’espèce humaine, seront les rats et les lapins. Les infrastructures de transport seront annihilées. Ce sera chacun pour soi dans la nuit nucléaire.

Les tribulations des survivants ne seront pas finies. En effet, lorsque la nuit nucléaire fera place au soleil, tout ce qui survit à la verticale des trous d’ozone sera grillé par les rayons solaires (UV et gamma) qui ne seront plus arrêtés par la ceinture d’ozone atmosphérique (20).
Si cette couche est détruite à plus de 70% l’espèce humaine s’éteindra……et le cycle de la vie recommencera après quelques milliers d’années.
   
CONSIDERATIONS ACTUELLES
« Les quatre cavaliers de l’Apocalypse » (21)

La guerre nucléaire imaginée par SIOP se fonde sur un différend économico-idéologique. A l’heure actuelle, la récession frappant tous les pays sans exception, les armements et les plans de neutralisation de l’ennemi idéologique sont devenus des plans généraux pour contrer un éventuel ennemi, avec l’armement ancien, remis à niveau régulièrement. Toutefois la prolifération de l’arme atomique entre des mains souvent irresponsables, rend notre monde encore plus dangereux qu’il ne l’était dans les années 80. Certains de ces pays pourraient être tentés de s’en servir contre leur voisin, ou simplement pour lancer une nouvelle croisade religieuse ou idéologique. Ces états sont dépourvus d’une flotte de SNLE ou de bombardiers stratégiques conventionnels, mais ils ont pu développer à loisir des missiles plus ou moins bricolés qui transporteront leurs bombes atomiques sur le paillasson des grandes villes de l’occident, sans préavis (22) – à moins qu’ils ne les transportent tout simplement dans un banal fourgon.

Dans ce dernier cas, l’ennemi n’étant pas clairement identifié, qu’en sera-t-il de notre dissuasion atomique ? La ou les villes visées n’en seront pas moins détruites. Le ou les pays visés seront en proie à la panique et à la désolation, qui feront le lit d’une invasion idéologico religieuse.

Notre monde est devenu un monde d’incertitudes, qui est au bord d’un holocauste terroriste, qui n’a pas été prévu par SIOP.
Une seule parade : prévenir ces irresponsables qu’en cas de destruction surprise d’une capitale, les SNLE – en vertu d’ordres permanents - vaporiseront tous les états, détenteurs de bombes atomiques, qui n’ont pas souscrit ou refusé, le contrôle de l’AIEA.

Notes

(1) La construction de cet ensemble débuta en 1959. Toute l’installation souterraine est montée sur des amortisseurs géants. Le problème des bases occidentales, est qu’elles sont toutes à côté d’agglomérations, dans lesquelles loge une bonne partie des familles du personnel. Ce n’est pas le cas en Russie où les bases sont établies dans des lieux déserts.

(2) Ces submersibles ont déjà été repérés par le réseau SOSUS quelques jours auparavant. Chaque navire mû par des hélices a une signature unique. Il suffit d’en enregistrer les composantes, de les stocker dans un ordinateur pour repérer et identifier par la suite tel ou tel bâtiment à la mer.

(3) Tirs de missiles balistiques à trajectoire surbaissée en principe imparables compte tenu du faible préavis de mise en défense.

(4) À partir de ce moment, les décisions majeures sont entre les mains du Chef des Armées, le Président des Etats-Unis, ou de son successeur. La décision finale d’utilisation du feu nucléaire est du ressort des politiques où que ce soit dans le monde.

(5) Les E3F AWACS « SENTRY », qui se relaient en vol H24 – et qui sont ravitaillables en vol - vont prendre en compte chacun dans son secteur de couverture radar, les chasseurs, les bombardiers stratégiques, et les ravitailleurs qui vont foncer vers les confins glacés de l’Alaska.

(6) DINGOS Destruction Intégrale Garantie par Offensive Surprise. Les Japonais ont effectué une attaque DINGOS à Pearl Harbor.

(7) Si Harpon devient muet, les SNLE opèreront selon un plan de bataille pré établi et déchargeront leurs ICBM vers l’ennemi identifié. Ce tir ultime – que rien ne pourra plus arrêter - réduira en cendres toutes les villes restées debout, et tuera le dirigeant des soviets dans son bunker de Tcherepovets.

(Cool Pour la France, les Mirage 2000-N vont décoller, ravitailler en vol, et foncer en vitesse supersonique vers l’URSS pour y délivrer leur charge nucléaire. Toutefois leurs couloirs de pénétration étant abondamment pourvus de défenses anti-aériennes, le voyage risque d’être mouvementé, malgré l’accompagnement de chasseurs. La France n’ayant pas les moyens de maintenir en l’air une partie de ses bombardiers stratégiques, l’alerte est fixée à 15 minutes. C’est en gros le délai que mettront les IRBM pour parcourir la distance Russie-France pour détruire les sites militaires et civils.

(9) Dans les soutes 4 bombes nucléaire mégatonniques, plus quatre SRAM kilotonniques sous les ailes.

(10) Nudet pour Nuclear detonation

(11) Par exemple, il y a 200 silos dans la région de Great Falls dans le Montana. Selon les données de SIOP il faut s’attendre sur cette région à environ 300 impacts au sol mégatonniques. La région sera à tel point radioactive que la vie sera impossible pendant au moins un siècle. Les retombées de ces explosions vont dériver vers les greniers à grains du Midwest. La famine sera générale dans tout le pays.

(12) Nom de code du général commandant les opérations de riposte.

(13) Le rayonnement solaire traverse la couche d’ozone raréfiée et crée des interférences magnétiques importantes. Les ultraviolets passant au travers des trous d’ozone, vont faire surchauffer la haute atmosphère, et maintenir les poussières radioactives à la façon d’un couvercle, au dessus de la Terre.

(14) PCP Positive Point Control. Position pré établie où un bombardier stratégique non loin de son ravitailleur, doivent cercler en attendant la confirmation de la mission, que les codes reçus lui ont dévolue. Ce point se situe à la limite de la mer de Beaufort et de l’océan glacial Arctique.

(15) Il faut savoir que si les SNLE, lorsqu’ils reviendront à l’immersion périscopique, ne reçoivent pas l’ordre définitif de cessez le feu – ou reçoivent des ordres contradictoires -, ils en déduiront que la chaîne de commandement a disparu. En conséquence ils videront leurs silos sur les cibles pré établies.

(16) Leurs bases de départ étant impraticables, et dépourvues de toute assistance opérationnelle, ils vont devoir se trouver des terrains non dévastés pour y poser leurs mastodontes.

(17) Une étude table sur une nuit nucléaire de un à six mois, voire un an. Pour l’Europe si une étude a été faite, elle est restée « très secret ».

(18) Selon la même étude, il faudrait entre 4 et 10 ans pour remettre en état le réseau électrique des Etats-Unis après un conflit nucléaire. Remplacer les techniciens disparus etc…. Pour l’Europe si cela a été étudié, c’est resté un secret bien gardé.

(19) FEMA Federal Emergency Management Agency. Ce service a été créé en 1979 par le Président Carter, lorsqu’il décida d’enlever la responsabilité de la Défense Civile au ministère de la Défense. La FEMA démontra l’étendue de son incompétence lors de l’ouragan Katrina en Louisiane.

(20) Il a fallu deux milliards d’années pour créer la couche d’ozone qui nous protège des rayons meurtriers du soleil. Une guerre nucléaire pourra en 4 heures de temps la détruire à plus de 70%.

(21) Apocalypse (6,1-Cool

Et ma vision se poursuivit. Lorsque l’Agneau ouvrit le premier des sept sceaux, j’entendis le premier des quatre Vivants crier comme d’une voix de tonnerre : « Viens ! » Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval blanc ; celui qui le montait tenait un arc ; on lui donna une couronne et il partit en vainqueur, et pour vaincre encore et encore.

Lorsqu’il ouvrit le deuxième sceau, j’entendis le deuxième Vivant crier ; « Viens ! » Alors surgit un autre cheval, rouge-feu ; celui qui le montait, on lui donna la possibilité de bannir la paix hors de la terre, et de faire que l’on s’entr’égorgeât ; on lui donna une grande épée.

Lorsqu’il ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième Vivant crier : « Viens ! » Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval noir ; celui qui le montait tenait à la main une balance, et j’entendis comme une voix, du milieu des quatre Vivants, qui disait : « Un litre de blé pour un denier, trois litres d’orge pour un denier ! Quant à l’huile et au vin, ne les gâche pas ! »

Quand il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis la voix du quatrième être vivant qui disait : Viens. Je regardai, et voici que parut un cheval d'une couleur verdâtre. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait.

Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu, et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu » (Apocalypse 6 :9). Alors, on leur donna pouvoir sur le quart de la Terre, pour exterminer par l’épée, par la faim, par la peste, et par les fauves, la Terre.

(22) L’Iran étudie la faisabilité d’un container maritime à toit ouvrant contenant un missile IRBM à charge nucléaire. Un vulgaire porte-conteneurs pourra servir de site de lancement.


© ARMES & ARMEES - 2010 - LH GALEA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
8.- LES MINUTES DE L HEURE H
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Belgique : l'heure de cours pourra durer 45 minutes pour lutter contre l'échec scolaire.
» Meme heure, meme minutes
» Idée d'activité pour 1ère heure de cours (classe de seconde) ?
» Bac: vous demande-t-on de venir une demi-heure avant le début des épreuves?
» Exprimer une durée en fraction et en heure décimale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: Guerre froide-
Sauter vers: