ARCHE DES COMBATTANTS


Site historique destiné aux fanas d'histoire militaire française et internationale, de l'antiquité à nos jours
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 2.- CONSTITUTION DU BOUCLIER AMERICAIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BUFFY1
Admin


Messages : 268
Date d'inscription : 25/02/2017
Age : 74
Localisation : 65000

MessageSujet: 2.- CONSTITUTION DU BOUCLIER AMERICAIN   Sam 3 Juin - 19:51

2.- CONSTITUTION DU BOUCLIER AMERICAIN
« VIGILANCE PERPETUELLE »

Faisant supporter par leurs alliés, au sein de la structure OTAN, la protection du glacis occidental «Europe», les américains vont s’occuper sérieusement de la protection de leur propre territoire (Amérique Nord, Canada et Alaska).
Alors que les soviétiques affichent leurs intentions hégémonistes, le Strategic Air Command (SAC) est créé dans les années 1944-1946. C’est la 15ème Air Force équipée de B29, qui va aligner 10 groupes pour parer à une attaque surprise. En 1947 L’Air Force est créée, et prend le contrôle du SAC. Le père du SAC, le Général Curtis Le May prend le commandement du SAC en 1948, qu’il assumera jusqu’au 1er février 1965 lorsqu’il prendra sa retraite. Ses successeurs poursuivront son œuvre en adoptant tous les progrès technologiques qui pourront faciliter la défense du monde libre.

Au niveau aéronautique

Le quartier général va s’établir à Omaha et le NORAD sous les Monts Cheyenne (1) (Colorado). A cette époque, le SAC commence à s’équiper – en août 1946 - d’un bombardier géant, le B36 Pacemaker (2). Toutefois, malgré son rayon d’action de 5.500 kms, et comme on ne peut le ravitailler en vol, il doit stationner au plus prés des côtes soviétiques, c'est-à-dire en Alaska, dans des conditions climatiques très dures pour les équipages, et encore plus dures pour les équipes de maintenance.

Victime d’incendies à répétition, il est retiré du service et remplacé momentanément par le B47 puis par le B52 (3), qui lui, peut être ravitaillé en vol par les nouveaux KC135 quadriréacteurs (4) qui viennent d’être mis au point.
Le B52 et son ravitailleur le KC135, vont assurer pendant toute la durée de la guerre froide, la protection du territoire américain. Les États-Unis vont inventer, et mettre au point toute la logistique nécessaire, les procédures des centres de contrôle, les procédures d’authentification et d’engagement du feu nucléaire.

Au niveau missiles intercontinentaux en silos

Dans la constitution du bouclier, et des vecteurs délivrant l’arme atomique, on se doit de parler des missiles intercontinentaux, que les USA vont déployer face à ceux des soviétiques. Dès 1957, ils mettent en place l’ICBM SM-65 ATLAS (6). De ces quelques engins, les USA vont constituer une force absolument effarante qui compte à l’heure actuelle pas moins de 4896 têtes nucléaires de la taille mégatonnique sinon plus (7). Les ICBM se subdivisent en quatre sortes de missiles adaptés aux différentes tâches qui leurs sont affectés (Cool.

Au niveau défense anti-aérienne

Les canons anti-aériens, même de gros calibres, ne pouvant abattre les gros bombardiers soviétique Bear ou Bison (10) à leur altitude de vol, le commandement va déployer un ensemble de batteries de missiles dès 1954, qui dépendront de l’artillerie anti-aérienne. Les Etats-Unis vont se doter du Nike-Ajax (MIM 3.3A) et du Bomarc (11). Dans les années 60, la société Raythéon va étudier un missile baptisé MIM23 HAWK (12) (Homing All the Way Killer), qui signifie également « faucon ». Ce système anti-aérien mérite à lui seul une étude, car il fut vendu à quasiment tous les pays du bloc occidental. Il est bien sûr encore en service. Le système qui va le remplacer s’appelle Patriot, qui lui aussi est vendu à tous les pays du bloc occidental sauf la France.

Au niveau du personnel

Une sélection draconienne va permettre le maintien sous les drapeaux, et le rappel de réservistes (pour 21 mois) qui formeront les équipages des bombardiers, des ravitailleurs en vol, des radaristes, des guetteurs, des services techniques, des servants des missiles, des troupes de surveillance des sites et de l’encadrement. Tous seront soumis au PFP (Programme de Fiabilité du Personnel), mis au point par une équipe de psychologues et de psychiatres (qui ont largement eu le temps de se faire la main sur les équipages de B17 qui bombardaient de jour). Selon les observations amassées pendant la 2ème guerre au sein des escadres de bombardement, il est apparu que les équipages ne pouvaient supporter plus de 25 missions sans être gravement affectés mentalement (13). Le commandement a du également prendre en compte les problèmes psychologiques soulevés par la puissance de l’arme atomique, et de l’holocauste qu’elle pouvait provoquer. Le désordre mental résultant d’états d’âme d’êtres ayant la liberté de penser, pouvait conduire à une sorte d’impuissance catatonique à exécuter certains ordres. Le PFP mis au point remplit parfaitement son rôle, au point d’être copié par toutes les puissances détentrices de l’arme atomique.

Toutefois, le métier très particulier des pilotes, et des sous mariniers, use rapidement les hommes. A la moindre anicroche au PFP, les individus sont écartés de l’Arme atomique puis versés dans des unités de la Garde Nationale, pour se refaire une santé. Certains qui n’ont jamais pu recouvrer une vie normale, ont du transiter dans une unité psychiatrique de l’armée.

Au niveau de la sécurité, les enquêtes de police très sévères vont écarter de l’Arme atomique tous ceux, qui ont personnellement, ou dont des proches ont des idées de gauche. Il en sera de même dans tous les pays membres de l’OTAN en Europe. Les enquêtes en France, écarteront par exemple les membres de la CGT, du PC, de CGT-FO, des postes touchant à l’armement OTAN. Les habilitations iront, selon le type d’activité de NATO SECRET à NATO COSMIC (14). Des badges comportant des bandes de couleurs autorisent, ou interdisent, certains secteurs d’une usine d’armement en fonction du niveau d’habilitation.

Notes :
(1) Ces emplacements parfaitement identifiés par les soviétiques, étaient placés en « destruction prioritaire ». Toutefois seul Omaha pouvait être détruit facilement, car insuffisamment enterré. L’autre PC, NORAD (North American Aerospace Defence Command) creusé sous une montagne était parfaitement à l’abri.

(2) Le B36 développé par Convair Aircraft, était ce que l’on pouvait faire de mieux en utilisant les technologies d’après guerre. Toutefois le choix de moteurs en propulsif, va s’avérer discutable, car ceux-ci insuffisamment refroidis, prenaient facilement feu. Les moteurs à pistons supportaient difficilement le froid polaire qui sévissait sur les bases du Grand Nord, et devaient être réchauffés en permanence.

(3) Le Bear : désignation OTAN du TU-95. Bombardier stratégique construit par Tupolev en 1954, équipé de turbopropulseurs à hélices contre rotatives. Très lent mais disposant d’un rayon d’action de 12.500 km. Le Bison construit par Myasischev, transporte 1 mégatonne sur 6.500 km.

(4) Ces missiles sont des extrapolations des recherches allemandes dans ce domaine. Le BOMARC ressemble à la fusée anti-aérienne allemande WASSERFAL.

(5) Système très efficace, et très fiable toujours en service dans les pays membres de l’OTAN; missile autoguidé volant à mach 2.6, de 5 m de long et de 680 kg, sa charge militaire d’explosif (74kg) à haute puissance, détone à proximité de l’avion ennemi. L’onde de choc et les éclats endommagent irrémédiablement la cellule visée. Plafond de 18.000 m et 110 km de portée. Les utilisateurs ne tarissent pas d’éloges. Construit sous licence en France et en RFA (chaîne Nord), ainsi qu’en Italie (chaîne Sud) sous licence. La chaîne Nord était pilotée par THOMSON CSF et AEG TELEFUNKEN, la chaîne Sud par SELENIA. Un bureau technique (CDTOH) commun gérait les problèmes techniques ainsi que les liaisons avec RAYTHEON.

(6) Le missile SM-65 ATLAS toujours en service, a été construit par la firme Convair (celle qui avait construit le B36, et qui a ainsi modernisé son vecteur). Caractéristiques ci-dessous :
CGM-16D CGM-16E/HGM-16F
Longueur 22.9 m (75 ft) 25.1 m (82 ft 6 in)
Diamètre 3.05 m (10 ft)
Poids 118000 kg (260000 lb)
Vitesse 25000 km/h (15500 mph)
Plafond 800 km (500 miles)
Portée 10200 km (5500 nm)
Propulsion Fusées de lancement: 2x Rocketdyne XLR89-NA-5; 666 kN (150000 lb) chacun
Croisière: Rocketdyne XLR105-NA-5; 267 kN (60000 lb)
Orientation: 2x Rocketdyne LR101-NA-7; 4.5 kN (1000 lb) chacun
Booster: 2x Rocketdyne LR89-NA-5; 733 kN (165000 lb) each
Sustainer: Rocketdyne LR105-NA-5; 253 kN (57000 lb)
Vernier: 2x Rocketdyne LR101-NA-7; 4.5 kN (1000 lb) each
Charge W-49 thermonuclear (1.45 MT) en Mk.2 ou Mk.3 RV W-38 thermonuclear (4.5 MT) in Mk.4 RV

(7) Au dernier décompte les USA comptabilisent 4896 têtes nucléaires réparties à raison de 2016 têtes sur les SNLE, 1050 embarquées sur des B52, 1150 en silos, 680 têtes légères pour le champ de bataille. Pour information, une seule tête de 1.5 mégatonne peut vitrifier en 30 secondes une ville comme Londres (1580 KM2 - et 7,5 millions d'habitants). Les Soviétiques d’abord, et maintenant la Russie, possèdent des ogives d’une puissance de 25 mégatonnes.

(Cool Le terme ICBM utilisé souvent improprement, recouvre 4 types de missiles bien distincts :

• Les missiles balistiques à courte portée pour champ de bataille. Short-range battlefield).
• Les missiles balistiques de courte portée SRBM : portée maximale de 1 000 km
• Les missiles balistiques de portée moyenne MRBM : portée entre 1 000 et 3 000 km
• Les missiles balistiques de portée intermédiaire IRBM : portée entre 3 000 et 5 500 km.

(9) La tension, subie pendant de longues heures de vol sous la menace de la chasse ennemie, puis de la FLAK au dessus du but, provoquait des lésions nerveuses entraînant une incapacité temporaire, ou de longue durée, selon les individus.

(10) Il était conseillé de ne parler de rien, touchant au métier exercé, et des fonctions au sein de l’Organisation, à toute personne non habilitée, y compris à sa propre famille.

© ARMES & ARMEES - 2010 - LH GALEA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
2.- CONSTITUTION DU BOUCLIER AMERICAIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commentaire de l'article 34 de la constitution
» Constitution d'un échantillon représentatif
» DISSERT PRESIDENT AMERICAIN ET PREMIER MINISTRE BRITANNIQUE
» La "Constitution européenne"
» Constitution formelle et constitution matèrielle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARCHE DES COMBATTANTS  :: Guerre froide-
Sauter vers: